Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

L’omniscience de Karl Marx

Le succès de Karl Marx tient sans doute au fait qu’il donne une réponse complète (fût-elle fallacieuse) à tous les mystères de la vie des hommes en société. Il parcourt – superficiellement - toute la connaissance scientifique de son époque.

Lire la suite...

L'Abécédaire...

Il y a 333 entrées dans ce glossaire.
Chercher des termes du glossaire (expression régulière autorisée)
Commence par Contient Terme exact
Tout A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V
Terme Définition
BALANCE DES PAIEMENTS

Document retraçant l'ensemble des mouvements de capitaux entre un pays et l'extérieur, au cours d'une période donnée (mensuelle en principe). Au-delà des capitaux liés aux mouvements de marchandises (exportations-importations) ou de services, il faut tenir compte des autres mouvements de capitaux, soit sans contrepartie (dons), soit liés à des opérations d'investissement (long terme), soit enfin à moyen et court terme. Ainsi pendant longtemps a-t-on considéré la Balance des Paiements comme une « régularisation » de la Balance Commerciale : un pays doit de l’argent aux autres parce qu’il a importé davantage qu’il n’a exporté. Cette analyse a été totalement revue par Robert MUNDELL (Prix Nobel d’Economie 1999) avec son « approche monétaire de la Balance des Paiements ». Ce qui serait important dans cette optique serait l’offre et la demande respectives de liquidités monétaires. Il y a des devises plus recherchées que les autres. Un pays à forte devise peut donc se permettre d’acheter ce qu’il veut à l’étranger, toujours prêt à lui vendre pour accumuler cette « bonne » devise. Cela a été périodiquement le cas des Etats Unis, et durablement celui de l’Allemagne Fédérale avant 1989. Mais n’a pas une forte devise qui veut : si les gens recherchent des liquidités en dollar ou en deutshmark c’est parce que ces monnaies ont été bien gérées et gardent leur pouvoir d’achat international. Robert MUNDELL en concluait ainsi à la nécessité d’une stabilité monétaire, capable de faciliter le dynamisme international du pays considéré.

Glossary 2.7 uses technologies including PHP and SQL

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1361 du 25 avril 2018

Editorial : La sueur des autres
Actualité
:
La vraie nature de l’impérialisme américain - Jeunesse et éloquence : Macron a séduit les Américains - Gentils étudiants et méchants CRS
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Pierre Bentata, Les désillusions de la liberté


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...