Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Le monétarisme de l’école de Chicago

« L’anti-Keynes » : ainsi a-t-on qualifié Milton Friedman, bien que Keynes ait été contesté dès les années 1930 par l’école autrichienne.

Lire la suite...

L'Abécédaire...

Il y a 333 entrées dans ce glossaire.
Chercher des termes du glossaire (expression régulière autorisée)
Commence par Contient Terme exact
Tout A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V
Terme Définition
BASE MONETAIRE

La base monétaire ou monnaie de base constitue la forme ultime de monnaie dans laquelle les autres formes sont convertibles: dans un système de billets convertibles en or, c'est l'or qui constitue la monnaie de base. Dans les systèmes actuels (billets/monnaie scripturale), la monnaie de base est essentiellement constituée de billets de banque. De manière plus précise, ce que l'on appelle aujourd'hui monnaie de base regroupe l'ensemble des formes monétaires émises par la Banque Centrale (d'où son autre nom de "monnaie banque centrale") c'est-à-dire les billets et les dépôts auprès de la banque centrale (qui équivalent à des billets, qui peuvent immédiatement être transformés en billets), c'est-à-dire essentiellement les réserves obligatoires des banques. Cette monnaie est appelée monnaie de base, car elle constitue le fondement de la création monétaire : c'est parce qu'elles ont de la monnaie de base que les banques de second rang peuvent accorder des crédits (les dépôts font les prêts), qui, à leur tour donneront de nouveaux dépôts (les prêts font les dépôts), entamant ainsi un véritable processus multiplicateur: la monnaie scripturale créée par les banques de second rang sera un multiple de la quantité de monnaie de base. Comme la valeur du multiplicateur est assez stable, il suffit de contrôler la quantité de monnaie de base pour contrôler l'ensemble de la masse monétaire. Or, cette monnaie de base est créée à 3 occasions : achats d'or et devises (qui dépendent essentiellement du système de change flottant ou fixe), créances sur le trésor (fonction des déficits budgétaires et de leur mode de financement) et enfin crédits à l'économie (opérations de refinancement), accordés par la Banque Centrale aux banques de second rang. Par diverses techniques (open market, réescompte) la Banque Centrale a les moyens de contrôler cette source de création de monnaie de base et, par là, toute la monnaie de base elle-même. Ainsi, le contrôle de la base monétaire est l'instrument privilégié d'un contrôle de la masse monétaire elle-même

Glossary 2.7 uses technologies including PHP and SQL

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1360 du 18 avril 2018

Editorial : Un an après
Actualité
:
L’interview de trop - Des interviews pour rien
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Jean Baptiste Noé, La parenthèse libérale


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...