Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

En 2007, l’ALEPS décide douze thinks-tanks libéraux français à proposer en commun un « Guide du candidat ». Six chapitres s’adressent respectivement au chômeur, au contribuable, à l’assuré social, à l’écolier, au citoyen et à l’Européen. Une grille permet de noter  les programmes des divers candidats. Sur 180 points théoriques, le premier est arrivé à 80 points, et Ségolène Royal à 5. On savait déjà que Nicolas Sarkozy ne serait pas libéral.
 

63 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...

L'Abécédaire...

Il y a 333 entrées dans ce glossaire.
Chercher des termes du glossaire (expression régulière autorisée)
Commence par Contient Terme exact
Tout A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V
Terme Définition
CHOMAGE

Le chômage comprend l'ensemble des travailleurs sans emploi, disponibles pour travailler dans un bref délai et à la recherche d'un emploi salarié. La mesure du chômage donne lieu à de nombreuses erreurs d'interprétation. En particulier, les résultats différent suivant les méthodes utilisées et, en outre, de nombreuses mesures modifient artificiellement le nombre de chômeurs en transformant une partie des actifs sans emplois en catégories non comptabilisées dans le chômage (emplois jeunes, TUC, PIL et autres catégories de stages et formations diverses). Le traitement "social" du chômage se rapproche ainsi d'un traitement "statistique" du chômage, destiné avant tout ê réduire le nombre de jeunes recensés dans les demandeurs d'emplois. Enfin, il faut aussi tenir compte de la durée du chômage; c'est ainsi que si, dans une année, 16 % de la population change d'emploi, cela représente, si le chômage dure en moyenne 6 mois, 8 % de chômeurs en permanence, alors que s'il ne dure que 3 mois en moyenne, ce taux de chômage tombe à 4 %. Les explications des causes du chômage sont nombreuses: Le chômage peut être frictionnel, c'est-à-dire d× seulement au passage de travailleurs de branches en déclin, abandonnées par les consommateurs, vers des branches nouvelles, en expansion. Il est alors le signe d'une grande mobilité du marché du travail et d'une croissance économique dynamique. Le chômage conjoncturel, de son côté, résulterait d'une croissance insuffisante de la dépense et de la production et il suffirait alors de relancer l'économie pour le voir disparaître. Cette thèse se révèle, à l'usage, totalement inadaptée à la situation de nos économies modernes, qui connaissent un taux de croissance positif à moyen terme et pour lesquelles les mesures de relance se révèlent totalement inefficaces. Au contraire, le chômage structurel décrit mieux la réalité actuelle. Il est le résultat de blocages difficiles à éliminer et de malinvestissement. Blocage des créations d’emplois, quant les entrepreneurs sont découragés par la fiscalité ou la réglementation, d’étendre leur activité ; blocage des embauches quant le marché du travail manque de flexibilité (salaires minimums, négociations collectives, temps légal, conditions de travail et licenciements). Le malinvestissement est l’inadaptation qualitative de l’offre à la demande. Il est dû aux manipulations de prix, de crédits et de revenus qui empêchent les adaptations qui devraient accompagner la croissance. Toute politique globale de relance se révèle alors inefficace.

Glossary 2.7 uses technologies including PHP and SQL

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...