Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

En 2007, l’ALEPS décide douze thinks-tanks libéraux français à proposer en commun un « Guide du candidat ». Six chapitres s’adressent respectivement au chômeur, au contribuable, à l’assuré social, à l’écolier, au citoyen et à l’Européen. Une grille permet de noter  les programmes des divers candidats. Sur 180 points théoriques, le premier est arrivé à 80 points, et Ségolène Royal à 5. On savait déjà que Nicolas Sarkozy ne serait pas libéral.
 

63 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

La propriété c’est le vol

« Il ne se dit pas en un siècle une formule aussi éblouissante. Je la tiens pour un trésor plus grand que toute la fortune des Rothschild ».

Lire la suite...

L'Abécédaire...

Il y a 333 entrées dans ce glossaire.
Chercher des termes du glossaire (expression régulière autorisée)
Commence par Contient Terme exact
Tout A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V
Terme Définition
INFLATION

L'inflation est un déséquilibre qui se manifeste par une hausse durable du niveau général des prix. Cela signifie que la hausse d'un prix isolé n'est pas de l'inflation ; elle peut simplement refléter la diminution de l'offre d'un bien, c'est-à-dire une rareté: l'inflation implique qu'il y ait plus de prix qui montent que de prix qui baissent (hausse du niveau général des prix). D'autre part, une flambée provisoire des prix n'est pas une inflation, qui implique une hausse durable.

Les inconvénients de l'inflation, même à taux réduit, sont nombreux. Elle provoque des effets de redistribution des revenus (entre prêteurs et emprunteurs ; elle pénalise les titulaires de revenus fixes); elle favorise en général l'Etat (gonflement des impôts) ; surtout, elle provoque l'instabilité des calculs économiques, aug mente l'incertitude, et au total diminue l'efficacité du système, décourage l'investissement, et, lorsqu'elle est durable, s'accompagne d'une augmentation du chômage.

Pendant longtemps, les diverses analyses de l'inflation ont été soit fausses, soit surtout partielles et insuffisantes; telle la théorie de l'inflation par la demande (Keynes) qui considère que la hausse des prix n'est due qu'à une consommation ou à un investissement excessif (mais pourquoi cet excès ?.) ; la théorie de l'inflation par les coûts (hausse excessive des coûts de production, tels que les salaires ou les matières premières, ce qui revient seulement à déplacer le problème, et à expliquer des hausses de prix par des hausses de prix !) ; la théorie de l'inflation structurelle ou de mutation : il existerait en particulier des goulots d'étranglement qui empêche raient l'offre d'augmenter (cela ne dit pas pourquoi, à un moment donné, l'inflation est plus ou moins forte).

Ces analyses partielles, ne peuvent qu'aboutir à des politiques anti-inflationnistes erronées (comme les politiques budgétaires ou comme les politiques des revenus) ou insuffisantes (comme le freinage des crédits). Pour pratiquer une véritable lutte contre l'inflation il faut partir d'une analyse qui considère l'inflation sous tous ses aspects, c'est-à-dire comme un phénomène généralisé, atteignant tout le corps économique ; c'est le cas de l'analyse monétariste, synthétique de l'inflation.

Cette analyse (Friedman et les nouveaux économistes) insiste sur le rôle des structures économiques. Il existe des barrières naturelles contre l'inflation, comme la concurrence ou l'épargne. Si elles n'ont pas pu jouer, c'est en raison de "l'inondation monétaire", c'est-à-dire d'une croissance de la masse monétaire sans aucun rapport avec les besoins de l'économie. Le monétarisme insiste aussi sur le rôle des anticipations, c'est-à-dire des comportements de crainte de hausse des prix. Dans ces conditions, la disparition de l'inflation exige: - un contrôle strict de la croissance de la masse monétaire et donc l a fin de la manipulation permanente de la monnaie, - un renforcement des automatismes du marché au niveau des structures (préservation de la concurrence, véritable marché de l'épargne, etc.), - une stabilisation des anticipations, par une politique économi que stable, s'inscrivant "dans la durée".

Glossary 2.7 uses technologies including PHP and SQL

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...