Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait

La crise est inéluctable

A la différence d’Adam Smith et Turgot qui pensaient que l’activité économique apporte le progrès en permanence, grâce à des adaptations permanentes voulues par le marché, Malthus estime que la crise est inéluctable dans un pays industrialisé.

Lire la suite...

L'Abécédaire...

Il y a 333 entrées dans ce glossaire.
Chercher des termes du glossaire (expression régulière autorisée)
Commence par Contient Terme exact
Tout A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V
Terme Définition
RETRAITE

Période qui suit, au cours d'une vie, la phase d'activité professionnelle. Les systèmes modernes ont fixé, dans nos pays, deux principes : celui de l'âge de départ en retraite et celui d'une rémunération, assurée par un système de répartition, pour les retraités.

En ce qui concerne l'âge de la retraite, ce qui frappe le plus, c'est la volonté d'uniformiser les situations (comme en France avec le passage de l'âge de la retraite de 65 à 60 ans). On peut s'interroger sur ces pratiques, qui n'ont aucun sens pour des situations personnelles très diversifiées (type d'activité, niveau de revenu, santé de la personne, intérêt du travail, etc...). Il parait absurde, contraire aux libertés individuelles et, en même temps, antiéconomique de vouloir uniformiser des situations, par nature, très différentes.

La question de la rémunération est plus délicate. Peu à peu, les pays occidentaux ont mis en place des systèmes de retraite par répartition : ce sont les actifs du moment qui cotisent, non pour leur propre retraite, comme ils le pensent à tort, mais pour les retraités du moment. Ce système est très sensible à la répartition démographique entre actifs et inactifs. Il est donc destiné inévitablement à exploser lorsque ce rapport deviendra défavorable, c'est-à-dire lorsque les classes nombreuses arriveront à l'âge de la retraite (vers 2005-2010) tandis que les classes creuses arriveront sur le marché du travail. C'est dans cette perspective qu'ont été mis en place des systèmes de retraites complémentaires, qui reposent en général sur le principe de capitalisation, c'est-à-dire que chacun cotise pour lui-même, suivant un simple principe d'épargne à long terme. Mais, plus généralement, c'est tout le système qui est .menacé à terme. La question du passage généralisé à la capitalisation (y compris pour le régime de base) se pose donc. L'objection courante (peur de la dévalorisation de l'épargne à long terme face à l'inflation) n'est pas fondée, car il existe des systèmes d'indexation et, de toute façon l'inflation est un phénomène monétaire que l'Etat crée artificiellement. Mais, par contre, se pose la question de la transition d'un régime à un autre : une génération risque-t-elle d'être sacrifiée, puisqu'elle devrait payer deux fois ? Pour les autres, par la répartition, et pour elle-même, par la capitalisation. Cette génération risquerait de supporter une nouvelle fois les conséquences du "marché politique", qui ne s'intéresse qu'au court terme (en fonction des échéances électorales immédiates) et néglige les questions à plus long terme; mais plus on retardera la solution du problème, plus il deviendra insoluble et explosif. En outre, de nombreux exemples étrangers montrent qu’il existe des techniques de passage à la capitalisation acceptables pour tous, pourvu qu’on veuille bien ne pas avoir de blocages étatiques et idéologiques (refus des fonds de pension, etc).

Glossary 2.7 uses technologies including PHP and SQL

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...