Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

L’économie mathématique

Les études d’ingénieur de Léon Walras l’ont conduit à rêver d’une science économique qui serait plus rigoureuse, parce qu’elle utiliserait un langage mathématique. Comme Jevons, Walras utilise le principe du « calcul à la marge » pour expliquer la logique des choix individuels.

Lire la suite...

L'Abécédaire...

Il y a 333 entrées dans ce glossaire.
Chercher des termes du glossaire (expression régulière autorisée)
Commence par Contient Terme exact
Tout A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V
Terme Définition
SERVICE

C'est le sens courant d'une action accomplie par un individu à l'avantage d'un autre. On distingue assez souvent les "services" des "biens", et l'on dit alors que les produits sont faits tantôt de biens matériels (qui ont une consistance physique, que l'on peu voir, toucher, peser etc.) tantôt de services immatériels. On dit encore qu'après l'ère industrielle nous sommes entrés dans l'ère des services. A vrai dire, la distinction entre le matériel et l'immatériel est ambiguë car il y a de l'immatériel dans la plupart des "biens" : dans le prix d'une automobile, le coût des bureaux d'études, des designers, des publicitaires, des vendeurs, des banquiers, des assureurs, est bien plus élevé que celui de la tôle ou des matières plastiques. D'autre part, le concept de service tend à supplanter aujourd'hui ceux de "bien" ou de "produit". En effet, comme l'a montré Gary Becker, ce que nous désirons et ce que nous consommons ce ne sont pas des produits (automobile, réfrigérateur, école), mais les services que nous rendent ces produits : transport, froid, connaissance. On insiste donc sur la satisfaction recherchée à travers la consommation, et non pas sur la consommation elle-même ; ce que visiblement n'ont pas compris les adversaires de la "société de consommation". On ne produit ni ne consomme pour le plaisir de produire ou consommer, mais pour offrir ou obtenir des services. Dans une économie de marché, la règle veut que l'on puisse obtenir les services souhaités qu'en rendant des services aux autres ; on peut ainsi reformuler la "loi des débouchés" de Jean Baptiste Say en disant que "les services s'échangent contre les services". Cette présentation met l'accent sur la nécessaire interdépendance des individus dans une société marchande.

Glossary 2.7 uses technologies including PHP and SQL

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...