Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait


Un Marx libéral ?

Les principaux éléments de l’économie marxiste se trouvent chez John Stuart Mill, qui a ajouté aux erreurs de Ricardo et Malthus dont il prend la suite.

Lire la suite...

L'Abécédaire...

Il y a 333 entrées dans ce glossaire.
Chercher des termes du glossaire (expression régulière autorisée)
Commence par Contient Terme exact
Tout A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V
Terme Définition
SUBSIDIARITE

L'un des principes essentiels de la Doctrine Sociale de l'Eglise, défini en particulier par Pie XI dans Quadragesimo Anno (1931). Selon ce principe, qui s'applique dans le domaine économique, il n'est pas possible de faire faire par une communauté plus vaste ce qu'une communauté du "rang inférieur" peut réaliser par elle- même. Cela signifie, par exemple, qu'un Etat ne peut s'occuper de la production des biens et des services que l'entreprise - et le marché - sont capables de produire par eux-mêmes. D'un certain point de vue, ce principe donne de la société une vision hiérarchique, réservant aux communautés les plus vastes, les questions les plus importantes; en ce sens, ce principe hiérarchique est en partie opposé aux conceptions libérales, qui raisonnent plus en termes de complémentarités. Mais, d'un autre point de vue, si hiérarchie il y a, elle est en réalité inversée: le plus important, dans la doctrine sociale de l'Eglise, c'est la personne, puis les communautés "de base" de la société, à commencer par la famille. L'Etat n'est donc pas la communauté la plus importante et les communautés sont de toutes façons au service des personnes qui les composent. La subsidiarité est donc en réalité assez proche des principes libéraux, puisqu'il s'agit de laisser chacun faire ce dont il est capable, libre ment, et de ne réserver à l'Etat que les activités hors marché, c'est-à-dire en réalité peu de choses, comme l'analyse économique l'a démontré. Il faut cependant donner tout son sens à la subsidiarité, qui n’est pas une simple décentralisation au sein des organismes publics, mais qui doit rendre aux agents privés (et décentralisés) toute leur place. En ce sens, l’utilisation du terme de subsidiarité dans certains textes européens pour justifier de nouveaux transferts vers les organismes européens centraux relève d’un contre-sens total.

Glossary 2.7 uses technologies including PHP and SQL

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...