Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

En 2007, l’ALEPS décide douze thinks-tanks libéraux français à proposer en commun un « Guide du candidat ». Six chapitres s’adressent respectivement au chômeur, au contribuable, à l’assuré social, à l’écolier, au citoyen et à l’Européen. Une grille permet de noter  les programmes des divers candidats. Sur 180 points théoriques, le premier est arrivé à 80 points, et Ségolène Royal à 5. On savait déjà que Nicolas Sarkozy ne serait pas libéral.
 

63 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

La route de la servitude

En décembre 1943 Hayek écrit à Londres un ouvrage qui porte ce titre. En 1945, ce livre lui vaudra la célébrité :

Lire la suite...

L'Abécédaire...

Il y a 333 entrées dans ce glossaire.
Chercher des termes du glossaire (expression régulière autorisée)
Commence par Contient Terme exact
Tout A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V
Terme Définition
VALEUR

Deux conceptions de la valeur se sont affrontées : objective et subjective. La conception objective reprend la thèse de la valeur travail qui prétend que la valeur d'un bien dépend exclusivement de la quantité de travail nécessaire à sa production. Cette thèse, présentée par quelques-uns des économistes classiques, a surtout été reprise par Marx, qui en fait un fondement essentiel de sa théorie. Pour Marx, la valeur de la production venant exclusivement du facteur travail, et le capital n'étant que du travail accumulé, la rétribution des autres facteurs de production ne se justifie pas. On voit à quelle absurdité conduit cette hypothèse, comme si les biens avaient la même valeur pour tous. A cette thèse s'oppose celle de la valeur subjective, celle de la valeur utilité, défendue en particulier par tous les économistes néo-classiques, autrichiens et libéraux. La valeur d'un bien dépend non de la quantité de travail nécessaire à sa production mais de l'utilité que représente le bien produit pour les consommateurs. Seul l'échange révèle la valeur d'un bien, qui varie donc d’une personne à l’autre. Cette thèse de la valeur utilité décrit beaucoup plus justement la réalité des comportements. C'est ainsi que des biens ayant nécessité des quantités de travail fort différentes peuvent avoir la même valeur et qu'à l'inverse des biens représentant une même quantité de travail peuvent avoir une valeur très différente (cas cité traditionnellement en exemple du pêcheur de perles qui remonte une fois une perle et l'autre un caillou). On connaît, y compris dans nos sociétés, de nombreux exemples de biens à fort coût de production et n'ayant pratiquement pas de valeur, car non susceptibles de faire l'objet d'une demande ou d'un échange. Un bien que les consommateurs jugent inutile a beau avoir coûté cher, il ne "vaut" littéralement rien et un bien (comme une œuvre d'art) n'ayant objectivement demandé qu'un travail limité peut avoir une immense valeur.

Glossary 2.7 uses technologies including PHP and SQL

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...