Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Le chômage est un scandale doublement public. D’une part, il n’a pour origines que des initiatives publiques : politiques budgétaires, monétaires, droit social. D’autre part, il est scandaleux d’avoir tant de chômeurs alors que la science économique donne une réponse claire au défi du chômage . « On a tout essayé contre le chô-mage » disent les gouvernants. Tout, sauf ce qui marche… En 1996 déjà un colloque tenu à Paris par des économistes de renom mondial rappelait cette évidence.

109 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Les sentiments, bases de la société

Charles Fourier a inspiré Proudhon, mais Marx l’a méprisé. Marx l’économiste rejettera avec violence les « utopies » des Français, construites en ignorance totale des lois de l’économie. Il est vrai que Fourier part du principe qu’une société ne peut être harmonieuse que si elle rencontre les sentiments des individus.

 

Lire la suite...
Nous sommes étouffés par la société de spectacle PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Mercredi, 02 Mai 2012 01:00

C’est le regard que Mario Vargas Llosa porte sur la culture « démocratisée »

Au cours du meeting de la Mont Pèlerin, Mario Vargas Llosa s’est interrogé sur les faux enthousiasmes et les faux prophètes qui sont nés avec les printemps arabes. Il n’y a là que symptômes de la « société de spectacle » dans laquelle nous vivons. Le paraître a supplanté l’être. La forme fait oublier le contenu.

L’origine de cette société est la démocratisation de la culture. Au prétexte de s’adresser au plus grand nombre on a abaissé le niveau culturel. Alors que la culture est l’héritage profond d’une communauté, on l’a travestie en succession d’évènements spectaculaires. La nouvelle culture a ses stars, les vedettes de la télévision, de la scène, du sport et de la politique. Loin d’enraciner les êtres humains, la culture les désespère aujourd’hui et le nombre de drogués, surtout chez les jeunes, en est l’un des signes les plus inquiétants. Au lieu d’être libérés, ils deviennent des esclaves. Le sens de la responsabilité personnelle disparaît rapidement.

Cette période est aussi celle du laïcisme, que l’on veut substituer à la religion, mais qui constitue une religion en soi. Jamais les sectes n’ont été aussi nombreuses. Le sexe est devenu un sport ou un passe-temps, c’est un sexe animalier, dépouillé de tout amour.

La presse est l’instrument de cette pseudo culture. Les journalistes se complaisent dans le vil et le vice. Un magazine comme Olla fait sa réputation sur les histoires de divorces, de « familles » recomposées, la violation de la vie privée est payante. Tout comme est payant le catastrophisme, le sensationnel qui fait froid dans le dos.

Peut-on se prémunir contre la société de spectacle ? Là encore, c’est affaire d’éducation, mais les systèmes scolaires publics ne remplissent pas cette mission. La vraie culture sera remise en honneur par des hommes libres, qui témoigneront de l’éthique et de l’esthétique et sauront les faire partager aux jeunes.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...