Mario Monti démissionne : pourquoi ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Mercredi, 19 Décembre 2012 00:00

Il pense surtout à devenir Président de la République

Toute la classe politique européenne s’est émue de cette démission. Cela ne risque-t-il pas de remettre l’Italie en position de fragilité sur les marchés financiers ? Nouvelle crise de l’euro en perspective ? François Hollande s’est empressé de rassurer les Français : il veille au grain.

Il a eu raison sur un point : cette démission n’est pas liée à l’annonce de Sylvio Berlusconi de revenir sur la scène politique. Il est vrai que le gouvernement d’union nationale avec le « parti du peuple de la liberté » n’a pas résisté à la volonté de rupture dudit Cavaliere. Mais les chances de Berlusconi de revenir au pouvoir sont aujourd’hui minimes, les sondages parus il y a deux jours sont catastrophiques, non seulement à cause des scandales successifs qui l’ont concerné, mais aussi parce que ses alliés (en particulier la Lega Norte) et sa formation elle-même ont subi des échecs électoraux très lourds depuis deux ans au moins. La « droite populaire », voire libérale, a pris des coups en Italie. Berlusconi aurait continué à « soutenir » Monti si celui-ci avait accepté une politique du centre, mais Mario Monti pense plutôt à un pacte avec Bersani, le leader du Parti Démocrate (socialiste) et de la gauche italienne.

En fait, le cœur de l’affaire c’est Monti lui-même, et son ambition de devenir Président de la République, dont l’élection est prévue en mai 2013. Monti a désiré partir en pleine gloire. Il apparaît aux yeux des Italiens et de l’Europe comme l’homme courageux qui a imposé la rigueur budgétaire et réhabilité le crédit de son pays à travers des réformes qualifiées de libérales. En particulier, il a repoussé l’âge de la retraite à 66 ans. Mais les caractéristiques structurelles de l’économie italienne n’ont pas disparu : hypertrophie de l’administration locale et corruption, fonctionnaires d’Etat trop nombreux, économie parallèle et fraude fiscale, etc. La crainte de Monti c’est que, les faits l’emportant sur les apparences, il perde sa réputation en restant trop longtemps Premier Ministre et Ministre de l’Economie et des Finances. La cote des hommes politiques monte quand ils ne font plus rien.

 
More Articles :

» Matteo Renzi, le Tony Blair italien ?

Président d’un parti de gauche, il veut engager des réformes libérales

» La « ligne sociale libérale » de François Hollande

Le « pacte de responsabilité » : un revirement dans la politique présidentielle ?

» Platitudes

La mode est à la platitude : le système fiscal doit être remis à plat, tout comme les retraites des fonctionnaires, ou encore la malheureuse écotaxe. C’est évidemment le propre d’un gouvernement lui-même à plat, écrasé par une...

» Hollande va gagner le match retour

Récupération « adroite » de la victoire des footballeurs français

» Persévérance

« C’est par votre persévérance que vous obtiendrez la vie » (Luc, XXI, 5-21)L’Evangile de dimanche dernier 17 novembre invitait à rappeler toutes les vertus de la persévérance. Le Christ ne cachait pas à ses disciples qu’ils auraient...

Commandez

Catalogue SEFEL l www.libres.org

Cette apostrophe lancée en 1986 était cruelle à l’époque : la droite qui avait dirigé la France jusqu’en 1981 avait fait le lit de la gauche, elle avait multiplié impôts, réglementations, redistributions, elle avait désorganisé l’école et l’université. La gauche avait parachevé cette œuvre de socialisation de la France. On pourrait interpeller notre droite actuelle avec les mêmes mots, pour les mêmes raisons. La France a besoin d’une rupture, pas d’une alternance.

198 pages, gratuit

Bulletin de commande

Catalogue de la Sefel

Revue des Livres

Olivier Marteau

L’étrange défaite de la France dans la mondial...

Evidemment, cette défaite est masquée par les qu...

Jonah Goldberg

La tyrannie des clichés. Comment les gauchistes t...

Jonah Goldberg travaille à l’American Enterpris...

Portait

L’omniscience de Karl Marx

Le succès de Karl Marx tient sans doute au fait qu’il donne une réponse complète (fût-elle fallacieuse) à tous les mystères de la vie des hommes en société. Il parcourt – superficiellement - toute la connaissance scientifique de son époque. Il a emprunté à Hegel le sens de l’histoire, animée d’un mouvement dialectique : une société appelle son contraire, et leur conflit donne une nouvelle société qui, à son tour, engendrera un nouveau progrès. Thèse, antithèse, synthèse. L’histoire avance dans la lutte. Il a emprunté aux évolutionnistes l’idée d’une continuité de la matière à la vie, la vie n’étant que transformation de la matière, l’homme lui-même matière transformant à son tour la matière à travers la production : matérialisme et productivisme. Il tient d’Auguste Comte et de Saint Simon l’idée d’une organisation de la société en fonction de la classe dominante. Quand l’homme arrive au stade suprême de la transformation de la matière grâce à l’introduction du capital, tournant ultime et décisif de l’histoire sociale, tout est organisé à partir du mode de production capitaliste, c’est l’infrastructure de la société ; le droit, la famille, l’Etat, ne sont que superstructures, destinées à servir les intérêts de la classe dominante. Enfin, Marx se veut économiste, et il dédie son ouvrage majeur « Le Capital » « A mon grand’père Ricardo » : la valeur travail est à la base de sa théorie économique. Philosophe, historien, biologiste, politologue, économiste : Marx a de quoi séduire.

Lire la suite...