Portait

Le fondateur de l’école autrichienne

Carl Menger est souvent associé à Stanley Jevons et Léon Walras comme l’un des piliers de la « révolution marginaliste » qui a fait rupture avec le classicisme anglais de Ricardo et Mill. Il est vrai qu’il cherche, comme ses contemporains, à rendre compte de la rationalité des choix individuels. Mais tandis que Jevons et Walras pensent la découvrir dans le calcul objectif de l’utilité marginale, Menger met au contraire l’accent sur la pure subjectivité des choix, de sorte qu’il nie purement et simplement toute référence à l’homo oeconomicus. « Chaque homme est unique et irremplaçable », pourrait-on dire, et c’est à partir de l’expérience du décideur, de ses goûts, de sa situation sur-le-champ, de son information, qu’il va faire ce qui lui semble le meilleur choix. Ainsi va-t-il bien plus loin que ses contemporains, en introduisant une économie « du temps et du savoir », caractéristique de ce que l’on appelle aujourd’hui l’école « autrichienne » dont l’influence scientifique et politique est aussi grande depuis un demi-siècle que l’école keynésienne ou l’école de Chicago.

Lire la suite...
Mario Monti démissionne : pourquoi ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Mercredi, 19 Décembre 2012 00:00

Il pense surtout à devenir Président de la République

Toute la classe politique européenne s’est émue de cette démission. Cela ne risque-t-il pas de remettre l’Italie en position de fragilité sur les marchés financiers ? Nouvelle crise de l’euro en perspective ? François Hollande s’est empressé de rassurer les Français : il veille au grain.

Il a eu raison sur un point : cette démission n’est pas liée à l’annonce de Sylvio Berlusconi de revenir sur la scène politique. Il est vrai que le gouvernement d’union nationale avec le « parti du peuple de la liberté » n’a pas résisté à la volonté de rupture dudit Cavaliere. Mais les chances de Berlusconi de revenir au pouvoir sont aujourd’hui minimes, les sondages parus il y a deux jours sont catastrophiques, non seulement à cause des scandales successifs qui l’ont concerné, mais aussi parce que ses alliés (en particulier la Lega Norte) et sa formation elle-même ont subi des échecs électoraux très lourds depuis deux ans au moins. La « droite populaire », voire libérale, a pris des coups en Italie. Berlusconi aurait continué à « soutenir » Monti si celui-ci avait accepté une politique du centre, mais Mario Monti pense plutôt à un pacte avec Bersani, le leader du Parti Démocrate (socialiste) et de la gauche italienne.

En fait, le cœur de l’affaire c’est Monti lui-même, et son ambition de devenir Président de la République, dont l’élection est prévue en mai 2013. Monti a désiré partir en pleine gloire. Il apparaît aux yeux des Italiens et de l’Europe comme l’homme courageux qui a imposé la rigueur budgétaire et réhabilité le crédit de son pays à travers des réformes qualifiées de libérales. En particulier, il a repoussé l’âge de la retraite à 66 ans. Mais les caractéristiques structurelles de l’économie italienne n’ont pas disparu : hypertrophie de l’administration locale et corruption, fonctionnaires d’Etat trop nombreux, économie parallèle et fraude fiscale, etc. La crainte de Monti c’est que, les faits l’emportant sur les apparences, il perde sa réputation en restant trop longtemps Premier Ministre et Ministre de l’Economie et des Finances. La cote des hommes politiques monte quand ils ne font plus rien.

 
More Articles :

» La politique budgétaire n’est plus conjoncturelle

Les ministres ont reçu de Matignon et de Bercy le cadrage budgétaire habituel : c’est l’épaisseur de l’enveloppe qui leur est allouée. Mais cette année, l’enveloppe est plate et simple. Ce cadrage s’inscrit dans le projet de retour...

» Avis de gros temps pour les cliniques privées

Leur survie est en jeu, alors que leurs prestations sont remarquables

» Justice pour les fonctionnaires

Hollande achète leurs voix avec une contre-réforme : vive la fonction publique !

» Le discrédit de la classe politique

Les méandres de la position gouvernementale autour de la loi travail jettent un discrédit de plus sur nos dirigeants actuels. Un sentiment populaire se renforce : on ne saurait attendre rien de bon de cette classe politique, incapable d’avoir...

» Le G 20 a perdu toute crédibilité

Il était déjà peu crédible aux yeux d’un grand nombre d’économistes – ceux en tous cas qui se refusent à accepter la farce keynésienne. Mais après les deux journées de rencontre à Shanghai, vendredi et samedi derniers, cette réunion...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1283 du 21 juin 2016


Editorial : Quelle europe ?

Conjoncture : Oisiveté de l’épargne française

Actualités : Cette semaine la démocratie passe son examen - La liberté scolaire à nouveau en danger - J-5 pour le referendum sur Notre Dame des
Landes

Spécial candidat : Libérer les citoyens

Lu pour vous : Alain Mathieu : Républicains Osez !

Acheter le numéro

Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Ce livret destiné à des militants libéraux avait deux objectifs : d’une part, rappeler le contenu du contrat que des candidats libéraux devraient passer avec les électeurs, d’autre part, imaginer deux scénarios de l’alternance : la gauche reconduite en 2002 et en 2007, mais devenue libérale, ou la droite au pouvoir en 2002 et pour longtemps. En fait, la droite a gagné en 2002, mais le scénario « Thatcher » n’a jamais fonctionné, et la gauche reprend le pouvoir en 2012 !

21 pages, gratuit

Bulletin de commande

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...