Mario Monti démissionne : pourquoi ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Mercredi, 19 Décembre 2012 00:00

Il pense surtout à devenir Président de la République

Toute la classe politique européenne s’est émue de cette démission. Cela ne risque-t-il pas de remettre l’Italie en position de fragilité sur les marchés financiers ? Nouvelle crise de l’euro en perspective ? François Hollande s’est empressé de rassurer les Français : il veille au grain.

Il a eu raison sur un point : cette démission n’est pas liée à l’annonce de Sylvio Berlusconi de revenir sur la scène politique. Il est vrai que le gouvernement d’union nationale avec le « parti du peuple de la liberté » n’a pas résisté à la volonté de rupture dudit Cavaliere. Mais les chances de Berlusconi de revenir au pouvoir sont aujourd’hui minimes, les sondages parus il y a deux jours sont catastrophiques, non seulement à cause des scandales successifs qui l’ont concerné, mais aussi parce que ses alliés (en particulier la Lega Norte) et sa formation elle-même ont subi des échecs électoraux très lourds depuis deux ans au moins. La « droite populaire », voire libérale, a pris des coups en Italie. Berlusconi aurait continué à « soutenir » Monti si celui-ci avait accepté une politique du centre, mais Mario Monti pense plutôt à un pacte avec Bersani, le leader du Parti Démocrate (socialiste) et de la gauche italienne.

En fait, le cœur de l’affaire c’est Monti lui-même, et son ambition de devenir Président de la République, dont l’élection est prévue en mai 2013. Monti a désiré partir en pleine gloire. Il apparaît aux yeux des Italiens et de l’Europe comme l’homme courageux qui a imposé la rigueur budgétaire et réhabilité le crédit de son pays à travers des réformes qualifiées de libérales. En particulier, il a repoussé l’âge de la retraite à 66 ans. Mais les caractéristiques structurelles de l’économie italienne n’ont pas disparu : hypertrophie de l’administration locale et corruption, fonctionnaires d’Etat trop nombreux, économie parallèle et fraude fiscale, etc. La crainte de Monti c’est que, les faits l’emportant sur les apparences, il perde sa réputation en restant trop longtemps Premier Ministre et Ministre de l’Economie et des Finances. La cote des hommes politiques monte quand ils ne font plus rien.

 
More Articles :

» La rançon de l’ignorance

Cacophonie généralisée sur les « grandes réformes »

» Libéral, social et gaulliste

Je suis libéral, social et gaulliste ». Ce n’est pas moi qui l’ai dit, mais Alain Juppé : c’est le titre d’une interview donnée à Valeurs Actuelles le 11 septembre.

» J’aime les socialistes

Comme notre Premier Ministre a fini par l’avouer à La Rochelle, moi aussi j’aime les socialistes. Mais ce qui semble aller de soi de la part d’un membre éminent du PS vous surprendra sous la plume d’un ayatollah du...

» Comment changer de cap quand on a perdu le Nord ?

Je vous avais annoncé en juillet des changements décisifs dans les mois à venir. Mes dons de voyance sont limités, car le changement le plus spectaculaire n’était pas dans mes scénarios.Mais s’agit-il d’un changement ?

» IL FAUT SAUVER LA SECU !

Revoilà le déficit de la Sécu. La Commission des Comptes de la Sécurité Sociale annonce, le 5 juin, un déficit plus important que prévu. Trois jours plus tôt la Commission de Bruxelles laissait la France sous procédure de déficit...

Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Revue des Livres

Jacques Garello

Comment sauver vos retraites

L’ouvrage est sorti des presses jeudi 28 novembr...

Olivier Marteau

L’étrange défaite de la France dans la mondial...

Evidemment, cette défaite est masquée par les qu...

Portait

 

Economiste classique

Contresens sur la valeur travail

Adam Smith avait créé une ambiguïté en juxtaposant trois lectures de la valeur travail : travail incorporé, travail épargné, travail échangé. Ricardo va lever l’incertitude en choisissant la valeur du travail incorporé, malheureusement la mauvaise ! Pour Ricardo un produit qui a nécessité 10 heures de travail vaut deux fois plus qu’un produit qui n’a nécessité que 5 heures. La valeur est donc rigoureusement fixée, la valeur est « objective », ce n’est pas l’objet d’une estimation subjective ni d’un choix personnel. Le marché, la nature de l’échange et la personnalité des échangistes n’influent pas sur la valeur d’un bien. Cette conclusion est en rupture complète avec la pensée de Smith, Turgot ou Say, qui tous trois faisaient de l’échange la base de toute activité économique. Elle explique aussi comment Ricardo articulait prix et valeur : si le prix d’un produit sur le marché augmente à cause de la pression de la demande sur l’offre, il passe au-dessus de sa valeur « intrinsèque », donc il encourage l’offre à se grossir et la demande à diminuer, on revient ainsi au prix d’équilibre, conforme à la valeur objective

Lire la suite...