Portait

L’omniscience de Karl Marx

Le succès de Karl Marx tient sans doute au fait qu’il donne une réponse complète (fût-elle fallacieuse) à tous les mystères de la vie des hommes en société. Il parcourt – superficiellement - toute la connaissance scientifique de son époque. Il a emprunté à Hegel le sens de l’histoire, animée d’un mouvement dialectique : une société appelle son contraire, et leur conflit donne une nouvelle société qui, à son tour, engendrera un nouveau progrès. Thèse, antithèse, synthèse. L’histoire avance dans la lutte. Il a emprunté aux évolutionnistes l’idée d’une continuité de la matière à la vie, la vie n’étant que transformation de la matière, l’homme lui-même matière transformant à son tour la matière à travers la production : matérialisme et productivisme. Il tient d’Auguste Comte et de Saint Simon l’idée d’une organisation de la société en fonction de la classe dominante. Quand l’homme arrive au stade suprême de la transformation de la matière grâce à l’introduction du capital, tournant ultime et décisif de l’histoire sociale, tout est organisé à partir du mode de production capitaliste, c’est l’infrastructure de la société ; le droit, la famille, l’Etat, ne sont que superstructures, destinées à servir les intérêts de la classe dominante. Enfin, Marx se veut économiste, et il dédie son ouvrage majeur « Le Capital » « A mon grand’père Ricardo » : la valeur travail est à la base de sa théorie économique. Philosophe, historien, biologiste, politologue, économiste : Marx a de quoi séduire.

Lire la suite...
James Buchanan : la pensée libérale en deuil PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mercredi, 16 Janvier 2013 00:00

Nobel d’économie en 1986, il avait analysé avec lucidité la classe politique

Un grand économiste nous a quittés cette semaine. Un grand ami aussi, puisque j’ai eu l’occasion de côtoyer « Jim » pendant trente ans au sein de la Société du Mont Pèlerin, qu’il a présidée de 1984 à 1986. La timidité de Jim lui valait sa discrétion et son apparente raideur. Mais il se déridait volontiers dans la chaleur des échanges intellectuels, et il était d’une extrême amabilité. En 1990, il s’est réjoui de la décision d’organiser la réunion mondiale de la Société à Cannes, il aimait beaucoup la France.

L’apport scientifique de James Buchanan a été considérable. Il a été, avec son compère et ami Gordon Tullock, le grand théoricien du « public choice », qu’il ne faut pas traduire par « choix publics », mais par « analyse des décisions publiques ».

Comment se décident les hommes de la classe politique ? Ils sont des hommes comme les autres, et non pas des idoles, des prophètes ou des génies. Leur objectif premier est de prendre ou de conserver le pouvoir. Dans les pays démocratiques, une stratégie électorale doit donc être mise en place. Comment obtenir une majorité ? La recherche d’un « consensus » conduit à des compromis, voire des compromissions.

Buchanan a démasqué l’escroquerie de « l’intérêt général » qui serait sensé sortir des urnes. Il a dénoncé le « miracle de l’isoloir » : comment des citoyens égoïstes et animés de leurs vils intérêts personnels se dépouilleraient-ils de leurs vices pour dire l’intérêt général lorsqu’ils passent dans l’isoloir pour voter ?

Buchanan démontrait donc que l’Etat et les décisions des hommes d’Etat ne résultent que d’intérêts privés, soigneusement présentés aux électeurs sous forme d’intérêt général. L’Etat est sensé protéger les libertés. En fait, au prétexte de les garantir, il les dévore, comme le monstre Léviathan évoqué par Hobbes au XVIIème siècle. Quand le mur de Berlin est tombé, Buchanan a immédiatement réagi : « le communisme est mort, mais le Léviathan est toujours vivant ». Il avait raison : l’étatisation n’a cessé de progresser depuis trente ans.

Peut-on, nous Français, nous souvenir que nous avons eu aussi un grand théoricien des « public choice » ? Il s’appelait Frédéric Bastiat : « L’Etat est cette grande fiction sociale à travers laquelle chacun essaye de vivre aux dépens de tous les autres ».

 
More Articles :

» Avis de gros temps pour les cliniques privées

Leur survie est en jeu, alors que leurs prestations sont remarquables

» Justice pour les fonctionnaires

Hollande achète leurs voix avec une contre-réforme : vive la fonction publique !

» Le discrédit de la classe politique

Les méandres de la position gouvernementale autour de la loi travail jettent un discrédit de plus sur nos dirigeants actuels. Un sentiment populaire se renforce : on ne saurait attendre rien de bon de cette classe politique, incapable d’avoir...

» Le G 20 a perdu toute crédibilité

Il était déjà peu crédible aux yeux d’un grand nombre d’économistes – ceux en tous cas qui se refusent à accepter la farce keynésienne. Mais après les deux journées de rencontre à Shanghai, vendredi et samedi derniers, cette réunion...

» Lire Taubira ?

Que peut-on apprendre à la lecture de son livre-éclair ?

Nouvelle Lettre de la semaine

Leçon de libéralisme global l www.libres.org

Au sommaire du n°1278 du 21 mai 2016


Editorial : Libéralisme : pragmatique ou global ?

Conjoncture : Brésil : faut-il s’inquiéter ?

Actualité : Les racines de l’Europe sont-elles chrétiennes ? - L'URSSAF veut récupérer les cotisations d'UBER - Montebourg « prend de la hauteur » et fait un rêve

Actualité du libéralisme : Alain Juppé : Cinq ans pour l’emploi

Lu pour vous : Hervé Mariton : le printemps des libertés

Acheter le numéro

Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

En 2007, l’ALEPS décide douze thinks-tanks libéraux français à proposer en commun un « Guide du candidat ». Six chapitres s’adressent respectivement au chômeur, au contribuable, à l’assuré social, à l’écolier, au citoyen et à l’Européen. Une grille permet de noter  les programmes des divers candidats. Sur 180 points théoriques, le premier est arrivé à 80 points, et Ségolène Royal à 5. On savait déjà que Nicolas Sarkozy ne serait pas libéral.
 

63 pages, gratuit

Bulletin de commande

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...