Portait

Un nouveau monde de science et d’industrie

Saint Simon « le dernier des gentilshommes et le premier des socialistes » (se définissait-il modestement) partage l’idée d’Auguste Comte : avec le XIXème siècle le monde est entré dans une ère scientifique. L’organisation sociale est encore décalée : elle a été mise en place dans l’ère militaire, puis dans l’ère législative. Il faut donc bâtir un nouveau monde, inventer de nouvelles relations humaines. Il faut une organisation scientifique de la société.

En économie, la place doit être faite à la science aussi : elle s’exprime à travers l’industrie. Les industriels, les ingénieurs, les savants, les créateurs, y compris les créateurs artistiques : voilà ceux qui doivent être au cœur d’une société actuellement occupée par les politiciens, les juristes, les corporations. C’est la nouvelle élite qui doit régner sur la société. Rien d’étonnant à ce que Saint Simon ait été si populaire dans les grandes écoles ; il s’était d’ailleurs installé en face de l’Ecole Polytechnique et Monge était son ami.

Lire la suite...
James Buchanan : la pensée libérale en deuil PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mercredi, 16 Janvier 2013 00:00

Nobel d’économie en 1986, il avait analysé avec lucidité la classe politique

Un grand économiste nous a quittés cette semaine. Un grand ami aussi, puisque j’ai eu l’occasion de côtoyer « Jim » pendant trente ans au sein de la Société du Mont Pèlerin, qu’il a présidée de 1984 à 1986. La timidité de Jim lui valait sa discrétion et son apparente raideur. Mais il se déridait volontiers dans la chaleur des échanges intellectuels, et il était d’une extrême amabilité. En 1990, il s’est réjoui de la décision d’organiser la réunion mondiale de la Société à Cannes, il aimait beaucoup la France.

L’apport scientifique de James Buchanan a été considérable. Il a été, avec son compère et ami Gordon Tullock, le grand théoricien du « public choice », qu’il ne faut pas traduire par « choix publics », mais par « analyse des décisions publiques ».

Comment se décident les hommes de la classe politique ? Ils sont des hommes comme les autres, et non pas des idoles, des prophètes ou des génies. Leur objectif premier est de prendre ou de conserver le pouvoir. Dans les pays démocratiques, une stratégie électorale doit donc être mise en place. Comment obtenir une majorité ? La recherche d’un « consensus » conduit à des compromis, voire des compromissions.

Buchanan a démasqué l’escroquerie de « l’intérêt général » qui serait sensé sortir des urnes. Il a dénoncé le « miracle de l’isoloir » : comment des citoyens égoïstes et animés de leurs vils intérêts personnels se dépouilleraient-ils de leurs vices pour dire l’intérêt général lorsqu’ils passent dans l’isoloir pour voter ?

Buchanan démontrait donc que l’Etat et les décisions des hommes d’Etat ne résultent que d’intérêts privés, soigneusement présentés aux électeurs sous forme d’intérêt général. L’Etat est sensé protéger les libertés. En fait, au prétexte de les garantir, il les dévore, comme le monstre Léviathan évoqué par Hobbes au XVIIème siècle. Quand le mur de Berlin est tombé, Buchanan a immédiatement réagi : « le communisme est mort, mais le Léviathan est toujours vivant ». Il avait raison : l’étatisation n’a cessé de progresser depuis trente ans.

Peut-on, nous Français, nous souvenir que nous avons eu aussi un grand théoricien des « public choice » ? Il s’appelait Frédéric Bastiat : « L’Etat est cette grande fiction sociale à travers laquelle chacun essaye de vivre aux dépens de tous les autres ».

 
More Articles :

» 3.536.000 chômeurs : pas de panique !

Ce chiffre intéresse-t-il encore quelqu’un ?

» Des espagnols qui rêvent à la Grèce

Comment expliquer le succès de Podemos ?

» Les retraites complémentaires en voie d’explosion

C’est un excellent exemple de l’échec des réformes « paramétriques »

» Laborieuse mise en place du contrôle des immigrants

Les Italiens ne veulent pas de fonctionnaires européens pour ce contrôle

» Sarkozy : rentrée médiatique en demie teinte

Seule originalité de son interview au Figaro : le FNPS

Veilleur d'été

Les économistes d’Aix se remettent au travail

J’apprends avec plaisir que le Cercle des Economistes, présidé par Monsieur Jean Hervé Lorenzi, sera à Aix en Provence pour la 15ème année successive.

Lire la suite...
 
1er juillet : le parti a remporté une grande victoire (à la manière de Bastiat)

Camarades, notre cause avance. Il s’est fait en ce 1er juillet un grand bond vers la société prolétarienne.

Lire la suite...
 

Nouvelle Lettre de la semaine

Le papa du Petit Poucet l www.libres.org

Au sommaire du n°1243 du 23 juin 2015


Editorial : Défaite des pères ?

Conjoncture : NASDAQ et CAC 40 à plus de 5.000 points

Actualité : Une encyclique pour rien - Pas de Grexit : priorité à la politique - Retraites complémentaires : reculer pour mieux sauter ?

Actualité du libéralisme : 800 ème anniversaire de la Magna Carta

Lu pour vous : Ethique et Numérique

Acheter le numéro

Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

En 2007, l’ALEPS décide douze thinks-tanks libéraux français à proposer en commun un « Guide du candidat ». Six chapitres s’adressent respectivement au chômeur, au contribuable, à l’assuré social, à l’écolier, au citoyen et à l’Européen. Une grille permet de noter  les programmes des divers candidats. Sur 180 points théoriques, le premier est arrivé à 80 points, et Ségolène Royal à 5. On savait déjà que Nicolas Sarkozy ne serait pas libéral.
 

63 pages, gratuit

Bulletin de commande

Revue des Livres

Alain Madelin

UNIR POUR AGIR

« Il s’agit de tracer les contours de quelques...

Jacqueline Balestier

Liberté Economique et Progrès Social

C’est dire que depuis près de 40 ans, notre ass...