Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

Lire la suite...
Qui a libéré Palmyre ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mercredi, 30 Mars 2016 00:00

Obama et Hollande ou El Assad et Poutine ?

 

 

A juste titre la prise de Palmyre a été saluée comme une cuisante défaite de l’Etat Islamiste. Actuellement, sous les coups de butoir des Russes (dont les troupes à terre ont été retirées), des Kurdes et de l’armée syrienne officielle de Bachar el Assad, l’Etat Islamiste essuie des revers incessants sur le terrain. Certains estiment que Daech ouvre un second front de terrorisme en Europe pour prendre une revanche sur les échecs en Syrie et en Irak : une hypothèse qui demande à être vérifiée, tant il est vrai que chez les Islamistes, on s’incline souvent devant la force.

De là à attribuer à la paire Obama-Hollande quelque participation à cette victoire, il y a un pas important, qui a pourtant été franchi jeudi dernier au cours d’une rencontre entre les deux chefs d’Etat à Washington. Cette rencontre était en marge de l’annuelle conférence internationale pour le contrôle de l’énergie nucléaire, organisée le 1er avril. Obama a évoqué le nouveau danger d’un terrorisme nucléaire et s’est félicité de l’action de l’Alliance en Syrie, alliance dont les piliers sont les Etats-Unis et la France. Il est curieux de constater que cette Alliance a toujours rejeté tout compromis avec Bachar el Assad, au nom de la démocratie syrienne, allant jusqu’à soutenir les Islamistes « modérés » de l’armée syrienne dissidente, aujourd’hui écrasés par El Assad et Poutine.

Il y a eu cependant un couac dans la chaleur de la rencontre. Quand Hollande a évoqué en français le « terrorisme islamiste qui a sévi en Syrie », Obama a fait censurer le texte dans sa traduction officielle en anglais. Aux yeux du président américain, le nom de l’Islam ne saurait être associé à quelque entreprise terroriste. Voilà bien la confirmation qu’Obama est bien le premier responsable des victoires passées de l’Etat islamiste, terroriste et barbare. Hollande a glissé sur l’affaire : il a besoin d’asseoir chez nous sa réputation de grand diplomate et de grand chef de guerre.

 
More Articles :

» La chute de Raqqa

Le califat est détruit, mais l’imbroglio politique demeure

» Theresa May à Paris

Cherche-t-elle un allié pour un Brexit adouci ?

» Peste verte, peste rouge

L’heure est à l’international : festival de Cannes, Roland Garros, mais aussi OTAN à Bruxelles jeudi dernier, G7 à Taormina samedi, hier Poutine à Versailles, mais encore hélas lundi dernier à Manchester. 

» Les 100 jours de Trump

Le bilan est-il aussi négatif que le disent les commentateurs français ?

» Le terrorisme vise la Russie

L’attentat de St Pétersbourg serait l’œuvre d’un Kirghiz djihadiste

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1330 du 11 juillet 2017


Editorial : La Reconquête

Conjoncture : Taillables et Corvéables à merci

Actualité  : Hambourg : enterrement du G 20 - Les dépenses de Monsieur Hulot - Le service national : Macron relance l’idée de génie - Macron : retour à la baisse immédiate des impôts - Les ordonnances travail présentées à l’Assemblée

Actualité  : Des leaders libéraux ? - A la recherche des intellectuels libéraux - La rentrée de la Nouvelle Lettre


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...