Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Le chômage est un scandale doublement public. D’une part, il n’a pour origines que des initiatives publiques : politiques budgétaires, monétaires, droit social. D’autre part, il est scandaleux d’avoir tant de chômeurs alors que la science économique donne une réponse claire au défi du chômage . « On a tout essayé contre le chô-mage » disent les gouvernants. Tout, sauf ce qui marche… En 1996 déjà un colloque tenu à Paris par des économistes de renom mondial rappelait cette évidence.

109 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

La modernité de Bastiat

Les tout derniers développements de la science économique se trouvent entières dans l’œuvre de Bastiat : il a été précurseur de l’école du « public choice » (Buchanan), de l’analyse des institutions (Hayek), de la théorie des droits de propriété (Alchian, Demsetz).

Lire la suite...
Les grèves : ce qu’il en coûtera PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 31 Mai 2016 00:00

On les appelle « mouvements sociaux ». Il ne s’agit pas de mouvements puisque toute activité cesse, et ils ne sont pas sociaux puisqu’ils nuisent à la société. Les grèves, puisqu’il faut les appeler par leur nom, sont le sport favori des syndicalistes français ; le droit du non-travail les y encourage. Celles qui se succèdent au prétexte de loi El Khomri ont déjà coûté en heures de travail perdu par les entreprises françaises en panne de personnel, de livraisons, de carburants. Mais des coûts énormes sont et seront engendrés dans l’immédiat par les annulations, et à plus long terme, par les désinvestissements.

 

 

 

Champions européens de la grève

Une étude publiée la semaine dernière par l’IREF propose un graphique saisissant qui montre la position privilégiée de la France dans la hiérarchie gréviste. Etabli à partir des travaux de la fondation allemande Hans Böckler, on trouve dans ce graphique le nombre de jours de travail perdus par les entreprises du secteur privé du fait des grèves (en général du secteur public en France) : 139 jours. Pauvres Suisses, avec un seul jour, pauvres Autrichiens avec deux jours, Allemands (16 jours) et Anglais (23 jours) ne peuvent pas lutter !

Les syndicats français sont d’une belle productivité, puisqu’ils détiennent le record alors qu’ils sont les moins représentés au sein du personnel (7%) : seules l’Estonie et la Turquie ont moins de salariés syndiqués, alors que le taux de syndicalisation dépasse 50 % dans les pays scandinaves, avoisine 20 % en Allemagne et 25 % en Angleterre. Cette belle productivité s’explique par la faveur dont la gent syndicale bénéficie : financement officiel par l’Etat, financement occulte par les entreprises, et surtout législation aberrante. « Le droit de grève s’exerce dans le cadre des lois qui le réglementent » (art 521-1 du Code du travail), mais on attend toujours les lois en question, sauf les lois Auroux (1982) qui surprotègent les représentations et les actions syndicales dans l’entreprise. Le « service minimum » inventé en 2007 pour les grèves dans le secteur public est une plaisanterie qui n’amuse plus personne.

 

Les pertes immédiates : 20 milliards ?

Le blocage du pays à la suite du manque de carburant et de la paralysie des transports ferroviaires et aériens a un coût immédiat. Ce sont les 16 jours de monsieur Martinez, représentant ainsi 5 % de l’activité annuelle. A supposer que ce manque à travailler soit compensé par des gains de productivité pour moitié de ce qui a été perdu, voilà tout de même 0,20 points de croissance abandonnés. L’INSEE devrait réviser ses prévisions pour 2016 et les ramener dès à présent à 1,3 points.

Mais il y a pire : ce sont les défections causées par le climat social actuel. Elles ont d’une part conduit à une baisse de la fréquentation dans les restaurants, d’autre part donné lieu à des annulations d’hôtellerie. La France, et notamment la région parisienne, n’avait pas besoin de ça après les drames terroristes de l’an dernier. L’Euro de football ne drainera pas les supporters attendus, ou ils abrègeront leur séjour. On estime à quelque 20 % la perte subie par les secteurs concernés, ce qui vaudrait encore une régression de 0,2 point de croissance. De la sorte, et au total, c’est environ 20 milliards d’euros qui vont sûrement partir en fumée. Ce chiffre fixe un ordre de grandeur, et nous ne souhaitons qu’une chose : avoir surestimé les déséconomies externes des grèves politiques.

 

L’image de la France

Le « made in France » si cher à notre classe politique et à nos souverainistes en prend déjà un bon coup. Le « French baching », le dénigrement systématique de notre pays, se déchaîne dans la presse mondiale – et pas seulement européenne. La prétention de gouverner l’Europe aux côtés des Allemands est pour l’instant ridicule. Nous indiquions la semaine dernière que les investissements étrangers fuient le pays, et 80 % des investisseurs sont atterrés par le climat social. Ne reste plus à la CGT qu’à envahir les Chantiers de Saint Nazaire… La réputation, d’une marque ou d’un produit se construit sur plusieurs années, et se détruit en quelques semaines. Aux côtés de la Corée du Nord, la France est le dernier pays communiste au monde, les soviets font la loi.

 
More Articles :

» La défaite de la CGT : enfin la paix sociale ?

Battue dans les urnes, sa présence dans la rue et les médias n’est pas atteinte

» Vote libéral : c’est difficile

J’ai écrit mon livre « Le Vote Libéral » avec deux intentions bien claires : affirmer que l’heure libérale approchait dans notre pays, expliquer qu’on peut presser le pas libéral en tirant parti et des primaires et des...

» Baroud d’honneur ?

La manifestation de la CGT et de FO n’a rien eu d’honorable

» La CGT n’a pas de chance

Les Français devraient savourer leur victoire sur la CGT. La centrale communiste les a condamnés pendant plusieurs semaines à subir pénurie de carburants, paralysie des transports, blocage de l’activité, mais plus grave encore : avec...

» Le triste sort de la loi travail

Les pétitionnaires ont gagné : le gouvernement diffère la présentation du texte

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1326 du 13 juin 2017


Editorial : Les abstentionnistes avaient leurs raisons

Conjoncture : La bourse ou la banque : un choix remis en cause

Actualité  : Theresa May à Paris

Spécial présidentielles  : Bayrou citoyen - Déjà un député en infraction - Pour comprendre la pensée d’Emmanuel Macron

Actualité libérale


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...