Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

Le père des néo-classiques

Après la « révolution marginaliste » qui avait pris des allures fort différentes dans les œuvres de Jevons, Walras et Menger, il fallait sans doute le talent pédagogique d’Alfred Marshall pour proposer un schéma d’exposition simple des principes de la science économique.

Lire la suite...
Le désordre n’est pas seulement dans la rue PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mercredi, 01 Juin 2016 00:00

Il est également dans les esprits…

 

 

La « loi travail » : il faut en sortir, mais personne ne sait comment, même pas le brave Philippe Martinez. C’est à n’y plus rien comprendre, car les gouvernants, les partis politiques, les personnalités, les syndicats, et la CGT elle-même prennent des positions dont les unes sont changeantes, les autres aberrantes, certaines les deux à la fois.

Commençons par les gouvernants. Le Président : il n’y aura pas de retrait de la loi travail. Est-ce l’éloignement de Paris ? A Tokyo, François Hollande a prononcé sans doute son premier discours ferme et clair : je ne cèderai pas, un syndicat ne peut faire la loi. Et à Paris, que dit Valls ? En apparence la même chose, il n’hésite pas à fusiller Sapin, la loi sera maintenue. Mais il pourrait y avoir quelques changements dans le texte. Dans l’article 2 ? Celui qui fait mal à la CGT et à FO à propos de la « hiérarchie des normes » ? Peut-être dans la forme, pas dans le fond. « On verra, mais il n'y aura pas de modification de la philosophie du texte » (Manuel Valls). Sur les bancs de l’Assemblée, les députés socialistes sont cloués sur place par le 49-3 « Ce n’était pas notre choix » disait naguère Le Guen, président du groupe ! Macron : il faut aller plus loin que la loi EL Khomri. Toujours ministre ? Le Président mène un jeu qui se veut adroit : apaiser en achetant. Ainsi, il revient sur la suppression du budget de la recherche (134 millions) et les enseignants seront promptement augmentés (avec 500 millions et la création d’une « classe exceptionnelle » qui vaut quelque 1.200 euros par an).

Les partis sont mal placés : ils sont en général contre la loi, mais pour des raisons opposées. C’est trop, dit Florient Philippot chez Bourdin (BFM, lundi) : cette loi est imposée par Bruxelles et le gouvernement est aux ordres de l’Europe. Donc, ce n’est pas la CGT qui porte la responsabilité du blocage du pays. Le Front National soigne son électorat communiste et s’abrite derrière sa doctrine souverainiste : tout ce qui se passe en France est de la faute des Européens ou des Américains, acquis à « l’ultralibéralisme ». Chez les Républicains, c’est la discorde. Juppé se veut conciliant et engage le gouvernement à «trouver une solution pour rétablir le dialogue et sortir de la grève »: c’est un rassembleur, ne l’oublions pas, et il pardonne à ceux qui l’ont bousculé en décembre 1995. Mais son lieutenant Benoît Apparut est pour le maintien du texte en l’état. En revanche, Eric Cioti et Guillaume Larrivé, réputés « durs », demandent le retrait du texte : «le blocage du pays pour une loi inutile, c’est absurde ». La position de Fillon est claire : le gouvernement doit « assumer le bras de fer », il serait lamentable de reculer, la crédibilité de l’Etat et de la France serait gravement atteinte. Chez Sarkozy, la fermeté est aussi de rigueur, et Eric Woerth, porte parole, soutient la loi, même vidée de son sens.

Est-elle vidée de son sens ? Ce n’est pas l’opinion de Pierre Gattaz, qui reste, comme le Medef, attaché à l’article 2 (« hiérarchie des normes »). Mais les conditions du licenciement économique, avec les effets de seuil, sont jugés arbitraires et irréalistes. Besancenot est sur la même longueur d’ondes, mais pour des raisons inverses (Télématin, France 2 mardi) : permettre aux entreprises de ne pas respecter les accords de branche, surtout sur la durée du travail et la rémunération des heures supplémentaires, c’est exposer les salariés à l’arbitraire patronal. D’ailleurs, c’est la grève générale qu’il faut décréter et organiser, c’est « la convergence des luttes » qui s’impose.

En effet les luttes ne sont pas toujours convergentes. A la SNCF il est question du statut des cheminots, sur lequel la loi est muette. Le président Pépy ne voulait pas céder, d’autant plus que la CFDT a quitté le mouvement, mais l’Elysée veut donner des gages à la CGT. A la RATP c’est un problème de salaire, qui ne concerne pas la loi. Chez les pilotes du SNPL on négocie depuis des mois sur les heures de rotation ; quant aux contrôleurs aériens, ils refusent toujours la délocalisation d’Orly. Chez les routiers, le mouvement reprend alors même qu’ils ont été exclus du jeu de la loi. Restent enfin les paysans, les écologistes, la gauche de la gauche, et tous ceux qui trouvent un prétexte pour bloquer le pays. Besancenot : « il n’y aura pas d’Euro s’il n’y a pas de transport, et même pas de lumière pour jouer le soir ! »

Enfin et surtout, d’après Les Echos de ce matin, Martinez ne demanderait plus le retrait de la loi. Et serait prêt à la discussion. Lassitude de ses troupes ? Quête d’une compensation (comme le succès à la SNCF) ? Course de vitesse avant l’Euro ? Ras-le-bol de la population. Aujourd’hui, on parlait davantage de la météo que des grèves : retour au monde réel ?

 
More Articles :

» Un sommet européen pour rien

Bien accueilli, Emmanuel Macron n’a guère été suivi

» Le pétrole va tuer la planète

Mais il va sans doute bénéficier à l’humanité et notamment aux peuples les plus pauvres. Le cours mondial du pétrole vient à nouveau de s’effondrer : c’est que les énergies fossiles sont plus fournies, plus accessibles et moins chères...

» De la communication à l’action

Je dirais plutôt : du mensonge à la réalité. S’agissant du Président, de son gouvernement, de sa vision européenne, les commentateurs ne manquent pas de souligner que le temps de la communication est terminé, il va falloir passer...

» Budget 2018 : quand les promesses s’envolent

La première promesse du candidat Macron était de limiter le déficit budgétaire à 2,8 % du PIB à la fin de l’année 2018. Cela reposait sur trois hypothèses : connaître avec précision l’impact des mesures que le gouvernement Cazeneuve...

» Apaisée ou assommée ?

La France sort de la canicule électorale. Dans quel état ? Apaisée, rassurée par la perspective d’un Président qui a « réussi son pari » et qui dispose des moyens institutionnels qui annonceraient des réformes décisives ? Assommée,...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1330 du 11 juillet 2017


Editorial : La Reconquête

Conjoncture : Taillables et Corvéables à merci

Actualité  : Hambourg : enterrement du G 20 - Les dépenses de Monsieur Hulot - Le service national : Macron relance l’idée de génie - Macron : retour à la baisse immédiate des impôts - Les ordonnances travail présentées à l’Assemblée

Actualité  : Des leaders libéraux ? - A la recherche des intellectuels libéraux - La rentrée de la Nouvelle Lettre


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...