Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Voir la vie comme un économiste

Ce thème de l’allocution prononcée lorsqu’il fut honoré du prix Nobel d’économie (1992) résume l’originalité de Gary Becker.

Lire la suite...
Les Libéraux : un programme pour rien PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 05 Juillet 2016 00:00

Ou, si l’on préfère, un programme pour Sarkozistes

 

 

Samedi dernier le parti appelé « Les Républicains » nous a offert un spectacle captivant sur le thème « Demandez le programme ». Pour que les spectateurs soient tenus en haleine, le texte de ce programme n’a été communiqué que la veille du vote proposé aux membres dudit parti.

370 pages à analyser et à juger en moins de 24 heures : une exercice de haut style. Hervé Mariton n’a eu aucun mal à dénoncer ce déni de démocratie. Nicolas Sarkozy l’a contré sous les applaudissements du public en prenant un chemin de traverse : il n’a retenu qu’un seul point susceptible de diviser les électeurs : l’acquisition de la nationalité française en vertu du droit du sol ou du droit du sang. C’était, une fois de plus, se moquer de ceux qui ne pensent pas comme lui. Mariton, et c’est normal, a voté contre.

Le Maire n’est pas venu salle de la Mutualité où se tenait l’évènement. Alain Juppé et François Fillon sont intervenus à la tribune pour dire qu’ils ne voteraient pas, puisque ce programme ne saurait lier un candidat à la République qui, comme c’est normal, a son propre programme. Ils ont poliment mais clairement laissé entendre que bien des points du programme leur convenaient, mais qu’ils n’acceptaient en aucune façon d’endosser le texte.

Avec le recul du temps, François Fillon interrogé par Jean Jacques Bourdin sur BFM TV lundi matin, a été plus véhément. D’une part, le texte est une pétition de principe qui ne donne aucune orientation concrète de la politique à suivre. Diminuer les dépenses publiques de 100 milliards d’euros par an, c’est bien, mais comment y parvenir? Aux yeux de François Fillon, qui tient chaque jour un langage un peu plus libéral, le programme est approximatif et, surtout, il élude plusieurs réformes à ses yeux essentielles :

1° mettre fin à l’idée de partenariat social, devenu une affaire de « professionnels », du coté des syndicats comme du patronat, et instaurer le dialogue social au niveau de l’entreprise par priorité, au lieu de mener les négociations au niveau interprofessionnel ou de la branche – c’est ce qui était le contenu de la loi El Khomri avant qu’elle n’ait été vidée de sa substance ; au demeurant la représentation syndicale limitée à un monopole de présentation par cinq syndicats issus de la Résistance est illégitime ; il faut supprimer ce monopole.

2° mettre fin à une fiscalité trop progressive, qui pénalise l’entreprise, l’investissement et l’épargne. François Fillon a rappelé que Michel Rocard, en créant la CSG, avait voulu que cette contribution soit payée par tous, et proportionnellement.

3° diminuer le nombre de fonctionnaires, et en particulier ceux qui opèrent dans les collectivités territoriales et dans les hôpitaux. La France, a-t-il rappelé, a dix fois plus de fonctionnaires que l’Angleterre. Evidemment, il ne s’agit pas de mettre des centaines de milliers de personnes au chômage, mais de les intégrer dans des entreprises mieux placées que l’administration pour exercer des missions de service public.

François Fillon, tout comme Hervé Mariton, a un programme libéral, au moins sur les principaux sujets. Comme Alain Juppé ou Bruno Le Maire, ils rejettent l’idée même d’un programme de parti. Tous nos candidats ont enfin compris ce qu’il faut changer en France : la vie politique dominée par des appareils de parti. Seul à ne pas être d’accord : Sarkozy puisque lui, au moins, a son parti…mais qui se vide de ses adhérents et de toute substance.

 

 
More Articles :

» Les successions promises à un bel avenir

La conjoncture présente est à la fois immobilière et politique. Immobilière : nous avons analysé récemment les raisons du renouveau de l’attrait des Français pour la propriété immobilière (NL 1304) : prévenir une hausse des taux de...

» En attendant Macron…

Il fera connaître demain le détail de son programme économique

» Trump accroît le budget de la défense de 10 %ce

C’est l’annonce majeure de son discours au Congrès ce soir

» Macron est-il de gauche ?

Peut-être bien que oui, peut-être bien que non. Mais il n’est pas libéral

» Comment réformer les prisons

Recourir au privé, offrir de nouveaux services, éduquer au travail

Nouvelle Lettre de la semaine

Génération 2.0 l www.libres.org

Au sommaire du n°1312 du 14 mars 2017


Editorial : Deux foyers majeurs d'irresponsabilité

Conjoncture : La monnaie peut-elle être "souveraine" ?

Spécial présidentielles  : La non-réforme des non-retraites - François Fillon : le soft libéral - François Fillon : c'est de l'abîme que jaillit la lumière

Actualité libérale  : Trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts


Acheter le numéro

Vidéo de la semaine

 

Jacques Garello présente son ouvrage "Le vote libéral"

 

 

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...