Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

Lire la suite...
Comment réformer les prisons PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mercredi, 26 Octobre 2016 00:00

Recourir au privé, offrir de nouveaux services, éduquer au travail

 

Les innovations se multiplient dans de nombreux pays pour créer de nouvelles prisons et surtout pour leur assigner de nouvelles missions. Le besoin est aigu en France, puisque la politique carcérale est un échec complet : les prisons sont saturées et deviennent des centres de formation à la délinquance voire au terrorisme. La situation s’est aggravée avec les lois Taubira de 2014.

L’IREF (Institut de Recherches Economiques et Fiscales) a publié récemment un remarquable rapport d’Emmanuel Martin, économiste issu de la Faculté d’Economie Appliquée d’Aix, naguère universitaire directeur d’IES Europe, Institute for Economic Studies. L’étude a une grande rigueur scientifique et devrait convaincre les plus hautes autorités politiques, judiciaires et morales.

L’auteur rappelle d’abord les limites du tout répressif et du tout public, caractéristiques de la politique carcérale française. La prison devrait avoir pour première mission de permettre aux détenus de se réinsérer et ne pas tomber dans la récidive. Pour ce faire, les autorités publiques peuvent recourir au partenariat privé, pour assurer certaines prestations, mais aussi pour gérer totalement les prisons.

L’exemple est donné par plusieurs pays actuellement. Aux Etats-Unis, il existe deux grands groupes privés gestionnaires de prisons qui ne se contentent pas de garder des gens derrière des barreaux mais leur assurent des services médicaux, psychiatriques et leur fournissent des programmes de réinsertion. Ces groupes ont racheté les prisons à l’administration et font de très bonnes affaires, tout en permettant aux prisonniers d’avoir des permissions, des détentions à domicile, des internements résidentiels. L’Australie est sans doute le pays où la privatisation a été la plus développée. Aujourd’hui 10 des 94 prisons sont privées. La mort ou l’évasion d’un prisonnier entraîne une pénalité de 100.000 dollars prévue dans le contrat passé avec les autorités publiques. Un prisonnier coûte 112 dollars par jour au lieu de 170 dans les prisons publiques. Les contrats entre entreprises et administrations sont soumis à appels d’offre et la concurrence est ouverte à l’échéance du renouvellement. Les travaux de l’institut anglais « Reform » concluent à la supériorité des performances de 12 prisons privées sur leurs homologues publiques : moindres coûts, meilleur traitement des détenus, moins de récidive.

Une procédure va plus loin encore, c’est le « pay for success » : la prison privée est rémunérée d’après ses succès en matière de réinsertion. Ce système a été mis en place en Pennsylvanie en 2013 et le succès s’entend de la réduction du nombre de récidives : 13 % en moins pour les deux dernières années.

Pour assurer leur succès, les prisons privées font souvent appel à des associations charitables (comme le Center for Employment Opportunities dans l’état de New York), à des bénévoles, ou à des professionnels rémunérés. Ces « investissements en capital humain » se révèlent très rentables et les prisonniers ont très vite les moyens de payer pour les prestations qu’ils reçoivent. Pour améliorer les performances des prisonniers, non seulement des enseignements leur sont prodigués, mais ils doivent aussi réussir à des examens de culture générale (General Education Development, équivalent de notre brevet). Dans ces nouvelles prisons, tout le monde travaille et la rémunération est assez satisfaisante pour éliminer tout dérapage vers une « exploitation » des prisonniers. Emmanuel Martin de conclure : « Certes la délégation du service carcéral à des gestionnaires privés heurte la conviction commune de ceux qui croient encore que le secteur public est mieux à même de remplir cette mission. C’est bien d’ailleurs sous l’emprise de cette idéologie étatique que le Ministère américain de la Justice a annoncé en août 2016 qu’il mettrait progressivement fin aux contrats de gestion privée de ses détenus ». Heureusement, les prisons fédérales ne représentent que 10 % de la population carcérale américaine !

L’article d’Emmanuel Martin rappelle une histoire bien connue : Alexis de Tocqueville, juge de profession, avait été mandaté par le ministre de la justice de notre pays pour aller étudier le système carcéral américain dont on disait le plus grand bien à l’époque. Il a ainsi découvert et l’Amérique et la démocratie en Amérique.

Emmanuel Martin : Réformer les prisons en faisant appel au privé

Newsletter de l’IREF, samedi 8 octobre www.irefeurope.org lecture 15 minutes

 
More Articles :

» La manif était pour tous, mais tous n’étaient pas là

24.000 à Paris, dit la police. 60.000 dit la CGT. Les deux ont raison : les 36.000 de différence représentent des manifestants qui s’étaient écartés du cortège pour aller boire un coup ou pour assurer la relève des grévistes assurant le...

» Theresa May à Paris

Cherche-t-elle un allié pour un Brexit adouci ?

» Etat actionnaire : des privatisations en vue ?

Fin janvier, la Cour des Comptes avait publié un rapport sévère sur « l’Etat actionnaire » (voir notre Nouvelle Lettre 1308 du 14 février). Elle sonnait l’alerte sur la situation des entreprises concernées par un Etat qui se veut...

» Trump accroît le budget de la défense de 10 %

C’est l’annonce majeure de son discours au Congrès ce soir

» Privatiser l’assurance maladie : est-ce possible ?

En dépit des communiqués rassurants du gouvernement, la branche maladie est celle qui inquiète le plus la Cour des Comptes qui a publié le 13 septembre dernier un rapport alarmant. Le ministre de l’économie Michel Sapin n’en a tenu aucun...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1333 du 12 septembre 2017


Editorial : Pourquoi les Français n’aiment pas les réformes

Connaissance du libéralisme : Le renard libre dans le poulailler libre - La loi, la liberté et le droit - Droit,morale et religion

Avis à nos lecteurs : 8ème Week end de la Liberté


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...