Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Innovation et destruction créatrice

C’est certainement au titre de sa théorie de l’innovation et de la destruction créatrice que Schumpeter est le plus connu. Il a le mérite de replacer au cœur de l’économie le personnage de l’entrepreneur, totalement oublié depuis Jean Baptiste Say.

Lire la suite...
L’entreprise vue par Hamon et les siens PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mardi, 21 Février 2017 00:00

Nicolas Hazard veut des entreprises à dimensions sociale et environnementale

 

Directeur du « pôle entrepreneurial » de la campagne de Benoît Hamon, Nicolas Hazard est lui-même entrepreneur. Auteur d’un ouvrage intitulé « La ruée des licornes », ce pur produit d’HEC et de Sciences Po exprime avec talent la pensée unique sur la nature et la vocation de l’entreprise. Evidemment l’entreprise doit se libérer de l’obsession du profit. Car elle doit maintenant bâtir son succès sur la prise en compte de ses deux missions fondamentales : contribuer au progrès social d’une part, protéger l’environnement d’autre part.

Cette approche n’est pas nouvelle, mais elle fait des adeptes de plus en plus nombreux. Une entreprise qui gagne de l’argent et des parts de marché, c’est inexcusable. Mais si elle gagne de l’argent et des parts de marché en redistribuant ses résultats et en sauvant la planète, c’est admirable. C'est-à-dire que les priorités sont inversées. Que se passe-t-il si l’entreprise « sociale et environnementale » fait faillite ? Ou encore : au prétexte qu’elle est « sociale et environnementale » doit-elle être subventionnée et les emplois garantis à vie ?

Les économistes qui ont réfléchi sur l’entreprise, depuis Say jusqu’à Kirzner, ont toujours privilégié la recherche du profit comme guide de la gestion. Car le profit est un indicateur de satisfaction des besoins dans un univers marchand et concurrentiel : au service de la communauté, l’entreprise a proposé les produits et prestations attendues par la clientèle. Voilà en quoi elle assume une mission essentiellement sociale : elle assume le bien-être du plus grand nombre possible (on peut parler ici de « commune destination des biens »). A son tour le profit permet à l’entreprise de continuer sur sa lancée en investissant, en innovant. Quant à la gestion, elle ne peut ignorer le personnel qui par ses connaissances et ses efforts assure la qualité des biens et services produits. Forte motivation et juste rémunération permettent ensemble de maintenir un haut niveau de performance. La gestion ne peut davantage ignorer ceux qui apportent le capital emprunté, comme les actionnaires dans les sociétés, ou les prêteurs dans les entreprises individuelles.

Si l’on voyait l’entreprise telle qu’elle est, et non plus comme les idéologues l’imaginent, les syndicats nourris de lutte des classes disparaîtraient, l’harmonie sociale disparaîtrait, et les candidats ne proposeraient pas des programmes utopiques. Et la productivité française augmenterait…

 
More Articles :

» En attendant Macron…

Il fera connaître demain le détail de son programme économique

» Cet homme est dangereux

Emmanuel Macron est une menace : pour l’honneur, pour la vérité, pour la démocratie. 

» Fillon devant Macron ?

C’est ce qu’indique un sondage publié aujourd’hui même. Et Bayrou ?

» Le 23 Avril votez Trump

Ou, si vous préférez, votez contre Trump.Sans trop le vouloir, le nouveau Président des Etats-Unis d’Amérique s’est invité dans notre campagne présidentielle. Je le constate et je trouve indécente et dramatique cette référence...

» Victoires de la musique et de la culture d’Etat

Renaud, Lang, Hamon : ces « Victoires » ont rendu hommage à l’art socialiste

Nouvelle Lettre de la semaine

Génération 2.0 l www.libres.org

Au sommaire du n°1312 du 14 mars 2017


Editorial : Deux foyers majeurs d'irresponsabilité

Conjoncture : La monnaie peut-elle être "souveraine" ?

Spécial présidentielles  : La non-réforme des non-retraites - François Fillon : le soft libéral - François Fillon : c'est de l'abîme que jaillit la lumière

Actualité libérale  : Trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts


Acheter le numéro

Vidéo de la semaine

 

Jacques Garello présente son ouvrage "Le vote libéral"

 

 

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...