Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait


Un Marx libéral ?

Les principaux éléments de l’économie marxiste se trouvent chez John Stuart Mill, qui a ajouté aux erreurs de Ricardo et Malthus dont il prend la suite.

Lire la suite...
L’entreprise vue par Hamon et les siens PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 21 Février 2017 00:00

Nicolas Hazard veut des entreprises à dimensions sociale et environnementale

 

Directeur du « pôle entrepreneurial » de la campagne de Benoît Hamon, Nicolas Hazard est lui-même entrepreneur. Auteur d’un ouvrage intitulé « La ruée des licornes », ce pur produit d’HEC et de Sciences Po exprime avec talent la pensée unique sur la nature et la vocation de l’entreprise. Evidemment l’entreprise doit se libérer de l’obsession du profit. Car elle doit maintenant bâtir son succès sur la prise en compte de ses deux missions fondamentales : contribuer au progrès social d’une part, protéger l’environnement d’autre part.

Cette approche n’est pas nouvelle, mais elle fait des adeptes de plus en plus nombreux. Une entreprise qui gagne de l’argent et des parts de marché, c’est inexcusable. Mais si elle gagne de l’argent et des parts de marché en redistribuant ses résultats et en sauvant la planète, c’est admirable. C'est-à-dire que les priorités sont inversées. Que se passe-t-il si l’entreprise « sociale et environnementale » fait faillite ? Ou encore : au prétexte qu’elle est « sociale et environnementale » doit-elle être subventionnée et les emplois garantis à vie ?

Les économistes qui ont réfléchi sur l’entreprise, depuis Say jusqu’à Kirzner, ont toujours privilégié la recherche du profit comme guide de la gestion. Car le profit est un indicateur de satisfaction des besoins dans un univers marchand et concurrentiel : au service de la communauté, l’entreprise a proposé les produits et prestations attendues par la clientèle. Voilà en quoi elle assume une mission essentiellement sociale : elle assume le bien-être du plus grand nombre possible (on peut parler ici de « commune destination des biens »). A son tour le profit permet à l’entreprise de continuer sur sa lancée en investissant, en innovant. Quant à la gestion, elle ne peut ignorer le personnel qui par ses connaissances et ses efforts assure la qualité des biens et services produits. Forte motivation et juste rémunération permettent ensemble de maintenir un haut niveau de performance. La gestion ne peut davantage ignorer ceux qui apportent le capital emprunté, comme les actionnaires dans les sociétés, ou les prêteurs dans les entreprises individuelles.

Si l’on voyait l’entreprise telle qu’elle est, et non plus comme les idéologues l’imaginent, les syndicats nourris de lutte des classes disparaîtraient, l’harmonie sociale disparaîtrait, et les candidats ne proposeraient pas des programmes utopiques. Et la productivité française augmenterait…

 
More Articles :

» Ce budget n’est ni réformateur ni libéral

Où est la réforme budgétaire promise et magnifiée aujourd’hui par les nouveaux dirigeants ?  Les dépenses n’ont pas diminué, les impôts n’ont pas vraiment baisse, et quantité d’innovations sont utopiques ou arbitraires. Un budget...

» ONU : Trump nationaliste et Macron supra nationaliste

Trump est bien Américain : la nation est plus importante que l’Etat, son souverainisme n’exclut pas l’entente avec les autres nations, ensemble et en harmonie. L’ONU ne sert à rien. Macron est bien Français : les Etats doivent se fondre...

» Pourquoi les Français n’aiment pas les réformes

Jupiter est par nature olympien. Il devait donc s’adresser aux humains du haut du Parthénon. L’héroïsme politique s’exprime plus facilement à Athènes, aujourd’hui ville de Tsipras, symbole de la démocratie européenne.  

» Pierre Bergé : la gauche caviar ?

C’est une des facettes de cette surprenante personnalité disparue vendredi dernier.Homme d’affaires, mécène, industriel, homme de presse, mais aussi « celui qui incarnait pour beaucoup une certaine « gauche caviar » : tel est le...

» Le héro auto-proclamé

« Nous devons renouer avec l’héroïsme politique » : la couverture du Point, déjà riche du portrait de notre Président, s’enlumine de cette phrase extraite de l’interview-fleuve donnée au bon peuple par Emmanuel Macron en cadeau de...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1351 du 7 février 2018

Editorial : En marche sans bouger
Actualité
:
Trump va régler son compte au FBI - L’Etat ne peut empêcher la neige de tomber - Medef : le libéralisme va-t-il s’inviter dans les élections ? - La Corse ouvrira l’ère d’une République Fédérale
Connaissance du libéralisme :
Entre riches et pauvres l’écart se creuse



Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...