Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Le monétarisme de l’école de Chicago

« L’anti-Keynes » : ainsi a-t-on qualifié Milton Friedman, bien que Keynes ait été contesté dès les années 1930 par l’école autrichienne.

Lire la suite...
Ecosse, Irlande : les dégâts collatéraux du Brexit PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 21 Mars 2017 00:00

L’explosion du Royaume Uni est un risque politique et économique majeur

 

Depuis dix jours le Brexit a atteint un seuil critique : il faut tenir compte des votes au sein des quatre nations qui constituent le Royaume Uni. A la différence des Anglais et des Gallois, Ecossais et Irlandais voulaient rester au sein de l’Union Européenne. Les Ecossais jouissent déjà au sein du Royaume Uni d’une indépendance institutionnelle : ils ont un Parlement et un gouvernement. Les Irlandais sont divisés entre l’Irlande protestante de Belfast, considérée comme parti intégrante de l’Angleterre et de l’Irlande catholique de Dublin. Depuis 1998 cette solution a mis fin à une guerre de religion meurtrière, et nulle frontière économique n’existait entre les deux, tout comme il n’en existe pas entre France et Italie ou Belgique ou Espagne, Etats membres de l’Union Européenne.

L’Ecosse est actuellement gouvernée par une majorité indépendantiste (avec un premier ministre très résolue Nicola Sturgeon) alors même qu’en 2014 un referendum avait rejeté la sécession d’avec le Royaume Uni. Mais le Brexit a changé la donne parce que les Ecossais en redoutent les conséquences économiques. Il y a d’ailleurs un vieux conflit avec Londres à propos de la gestion des ressources pétrolières de la mer du Nord, dont les bénéfices seraient trop encaissés par les Anglais. Mercredi prochain, le Parlement d’Edimbourg devrait voter la tenue d’un nouveau referendum qui pourrait conduire à l’indépendance. Mais en principe si l’accord du Parlement anglais devrait être acquis, ce n’est pas le cas ; Theresa May, premier ministre du Royaume encore Uni, et en charge de la liquidation du Brexit, ne veut pas se présenter affaiblie face aux interlocuteurs européens.

Pour l’Irlande, les choses sont encore plus sérieuses. En effet, en dépit de leur préférence pour l’Union Européenne, les électeurs de Belfast sont obligés de suivre les initiatives de Londres, puisque l’Irlande du Nord est partie de l’Angleterre. Ainsi le Nord et le Sud de l’Irlande peuvent-ils être désormais territoires de deux Etats différents. Le Brexit impliquerait donc que les échanges entre eux deux soient régis par Londres, et que des frontières réapparaissent, alors qu’actuellement la liberté des échanges garantie par l’Union Européenne est assurée et facilite la paix entre les deux communautés.

Les drames qui menacent les habitants du Royaume Uni sont dus à la stupidité et aux dérives de la « construction » européenne. On a voulu faire dépendre les relations entre les peuples des décrets de Bruxelles et des intérêts « patriotiques ». On a voulu aller plus loin qu’un marché commun et une libre circulation généralisée dans les pays membres de l’Union. Aujourd’hui on est en pleine crise, dont les accrocs dramatiques du Brexit outre Manche ne sont que les premiers effets. Il faudra beaucoup de lucidité aux dirigeants des pays membres de l’Union pour gérer cette crise. Pour l’instant ce n’est pas le cas.

 
More Articles :

» Turquie : la dictature est en place

Un simulacre de referendum a donné une majorité étique et contestée à Erdogan

» Trump contre Kim Jong-Un

Que signifie le spectaculaire bras de fer entre les deux chefs d’Etat ?

» Brexit : un défi pour la City ou pour les Européens ?

Demain mercredi, les négociations entre Theresa May et Bruxelles vont commencer. Les conséquences politiques du Brexit sont considérables : le Royaume Uni peut exploser sous la pression des Ecossais et des Irlandais. Mais quid des conséquences...

» Dévaluations : externes ou internes ?

Les dévaluations reviennent en force dans le débat économique. Au niveau théorique, tout a été dit par Pascal Salin dans son récent ouvrage « Les systèmes monétaires ». L’actualité a provoqué de nouvelles interrogations : avec le...

» Le 23 Avril votez Trump

Ou, si vous préférez, votez contre Trump.Sans trop le vouloir, le nouveau Président des Etats-Unis d’Amérique s’est invité dans notre campagne présidentielle. Je le constate et je trouve indécente et dramatique cette référence...

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1322 du 16 mai 2017


Editorial : Un triste gouvernement centriste

Conjoncture : Faut-il reparler des retraites ?

Actualité  : Le 13 mai 2017 - Il ne faut pas désespérer Billancourt…ni la CGT

Spécial présidentielles  : Ecrit au lendemain de la victoire de Hollande, il y a cinq ans - L’Europe, terre d’élection pour Emmanuel Macron - Premier entretien avec Edouard Philippe - Emmanuel Macron serait-il Tony Blair ?

Lu pour vous : Pan sur le bec - Il y a libéralisme et libéralisme

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...