Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

 

Economiste classique

Contresens sur la valeur travail

Adam Smith avait créé une ambiguïté en juxtaposant trois lectures de la valeur travail : travail incorporé, travail épargné, travail échangé. Ricardo va lever l’incertitude en choisissant la valeur du travail incorporé, malheureusement la mauvaise !

Lire la suite...
La Russie et l’espace économique européen PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 30 Mai 2017 00:00

La visite de Vladimir Poutine en France a inspiré plusieurs articles sur la situation de l’économie russe et l’importance de ses relations avec les pays européens, notamment les membres de l’Union. Les considérations politiques sont souvent prioritaires, mais tôt ou tard les réalités économiques devraient s’imposer.

 

Une économie stationnaire

Le taux de croissance du PIB est désespérément fixé à 0,7 % depuis plusieurs années, la prévision de 0,8 pour 2017 est optimiste. L’inflation, qui avait dépassé 15 % en 1975, a été réduite à 7 % l’an dernier, mais elle pèse surtout sur les dépenses courantes de consommation et a donc un impact social considérable. Paradoxalement ce sont les finances publiques qui se portent bien : le budget national est en déficit, mais dans la fourchette demandée par l’UE (3% du PIB) et surtout la dette publique est très faible (19 % du PIB). Enfin, la balance commerciale est excédentaire (3% du PIB) mais c’est peut-être là où le bât blesse.

En effet, le commerce de la Russie ressemble à celui d’un pays sous-développé : exportations massives des ressources naturelles, notamment de gaz et de métaux, et importations de produits finis. La Russie inonde l’Europe de ses gazoducs, mais cette inondation a une dimension politique : elle tient les importateurs sous sa coupe. D’autre part, les importations ont été freinées depuis 1974 à cause des répressions politiques décidées par l’Union Européenne après l’annexion de la Crimée, et la déstabilisation de l’Ukraine. Poutine n’a pas manqué de protester contre ce qu’il considère comme un chantage des pays occidentaux.

Les échanges avec la France

La France a une place à part dans l’économie russe, parce que ses liens sont bien plus étroits que ceux qu’entretiennent les autres pays de l’UE, et notamment l’Allemagne. La France est le premier investisseur en Russie. Lors du premier trimestre de l’an dernier, la France a investi 708 millions d’euros dans l’économie russe plus que l’Allemagne, 311 millions d’euros, et les Etats-Unis 115 millions d’euros. Ces investissements représentent 130.000 emplois dans des entreprises comme Auchan, Leroy Merlin, L'Oréal, Renault, Peugeot, Citroën, Total, Société générale, BNP Paribas. En dépit des représailles, aucune de ces entreprises n’a quitté la Russie. En revanche, les représailles ont fait lourdement chuter les exportations françaises, et en particulier les exportations agro-alimentaires. La chute des cours du porc pour les éleveurs français provient de la fermeture du marché russe et de la surproduction française qui s’en suit. Globalement, le commerce a été réduite drastiquement en 2014 et 2016, diminuant de quelque 40 %, mais il y a une reprise depuis le début de l’année 2016. Enfin, et non le moindre, les investissements russes en France, en dépit de leur côté spectaculaire (millionnaires russes) sont relativement faibles.

Les perspectives politiques

Peu d’économies au monde sont dans un tel état de dépendance de la diplomatie de leur gouvernement. Vladimir Poutine a fait le choix de privilégier l’expansionnisme plutôt que la croissance économique. Sa popularité vient de sa réussite dans la reconstitution de la Grande Russie, interprêtée par le peuple (dûment chapitré, puisque l’opposition est bâillonnée) comme une victoire de la culture russe, une revanche contre l’humiliation et l’exclusion subies à travers l’URSS. La tentation est grande de s’associer avec les anciens partenaires chinois et de tourner le dos à l’Europe, et il est vrai que le Kremlin mise beaucoup sur le développement de la Sibérie. Mais l’Oural est tout de même plus près de l’Atlantique que de la mer du Japon. L’histoire et l’économie de la Russie regardent du côté de l’Ouest. Le régime ne pourra indéfiniment ignorer le libre échange et la libre entreprise, et le choix de la guerre n’est pas évident : l’intendance ne suit pas. Il va falloir se résoudre dans un terme assez proche à revenir à la liberté, tant intérieure qu’extérieure.

 

 
More Articles :

» L’Etat français : obèse et anémique

Notre Dame des Landes, les prisons bloquées, les dealers verbalisés : autant de marques d’impuissance de l’Etat français. Ce n’est pas nouveau et, aujourd’hui comme hier, rien ne marche dans notre Etat, en dépit d’une mise en scène...

» Angela Merkel lance sa campagne

Rien de révolutionnaire : elle garde un cap qui vaut le succès à son pays

» L’économie française aux couleurs de l’Elysée

« L’économie française retrouve des couleurs » : titre des deux pages que le Figaro de mercredi dernier consacrait à la conjoncture, assorties de deux photos géantes du Président et de son Premier Ministre. Même enthousiasme à la une...

» Macron et Poutine

Poutine n’a pas reçu la leçon d’un Macron russophile sans l’être

» Brexit : un défi pour la City ou pour les Européens ?

Demain mercredi, les négociations entre Theresa May et Bruxelles vont commencer. Les conséquences politiques du Brexit sont considérables : le Royaume Uni peut exploser sous la pression des Ecossais et des Irlandais. Mais quid des conséquences...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1361 du 25 avril 2018

Editorial : La sueur des autres
Actualité
:
La vraie nature de l’impérialisme américain - Jeunesse et éloquence : Macron a séduit les Américains - Gentils étudiants et méchants CRS
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Pierre Bentata, Les désillusions de la liberté


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...