Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Publication trimestrielle depuis plus de 40 ans, le Bulletin rend compte de la vie de l’ALEPS mais il propose aussi dans chacun de ses numéros plusieurs études de ses administrateurs, dont Fred Aftalion, Axel Arnoux, Jacqueline Balestier, Jean Philippe Feldmann, Georges Lane, Bertrand Lemennicier, Pascal Salin, Patrick Simon.

50 pages, Abonnement  annuel : 50€,  numéros anciens 5€ suivant disponibilité

Bulletin d'abonnement

Portait

Le monétarisme de l’école de Chicago

« L’anti-Keynes » : ainsi a-t-on qualifié Milton Friedman, bien que Keynes ait été contesté dès les années 1930 par l’école autrichienne.

Lire la suite...
Macron et Trump PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 30 Mai 2017 00:00

La féroce poignée de mains a-t-elle un sens diplomatique ?

 

En marge de la réunion de l’OTAN à Bruxelles, Donald Trump et Emmanuel Macron se sont isolés (mais devant des caméras) pour une prise de contact qui s’est terminée par une prise de mains spectaculaire. Spectaculaire en tous cas aux yeux de la presse américaine, puisque trois grands quotidiens, le New York Times, le Washington Post et le Wall Street Journal (donc un éventail politique très ouvert) ont mis la photo de l’historique poignée de mains à la une.

A vrai dire, la menotte de Trump est célèbre depuis qu’il a diplomatiquement écrasé les doigts de Shinzo Abe, premier ministre du Japon reçu à la Maison Blanche. Comment allait-il se comporter avec Emmanuel Macron ? Les caméras révèlent que le Président français a déjoué la manœuvre de son ami en secouant son bras de manière à gêner la féroce pression de la dextre agressive du Président américain. Apparemment il y a eu match nul entre les deux acteurs.

Une autre lecture, plus française, a vu dans la longueur de la poignée de mains un double signe : la France sait tenir tête aux Etats-Unis et l’amitié est née avec vigueur entre les deux hommes. En effet, l’amitié n’était pas évidente au départ. Scandalisé comme la plupart des Français par le vote réputé stupide et bien sûr antidémocratique des Américains, Emmanuel Macron, dans un de ses premiers discours flamboyants, avait pris à partie « Trump l’Américain » auquel il rappelait avec emphase qu’il ne représentait pas grand-chose, et qu’il ne devait pas oublier que la nation américaine devait tout à la France grâce à l’épopée décisive de « L’Hermione » de La Fayette (ce qui est une lecture de la Guerre d’Indépendance plutôt approximative). Mais il faut dire qu’Emmanuel Macron adore entonner le couplet de la grandeur de la France, guide de l’humanité entière, éclairant le monde grâce aux Lumières depuis trois siècles au moins.

La lecture diplomatique est plus incertaine : la France a-t-elle les moyens de résister aux actuelles pressions américaines ? La pression militaire consiste à réorganiser et renforcer l’OTAN, pour tenir les Russes en respect. Mais cette question ne dépend pas de la seule position de Paris, puisque l’Allemagne, les pays d’Europe Centrale et les pays Baltes, ont aussi leur mot à dire. Et la Chancelière sait que ses compatriotes ne sont pas chauds pour payer une partie du budget militaire de la France, seule nation de l’Union en possession d’une force de frappe nucléaire (depuis le Brexit). La pression économique consiste à imposer des accords bilatéraux de commerce entre Etats-Unis et différents pays membres de l’Union. La France, comme les autres, a une préférence pour un traité global dit « de libre échange », bien qu’en réalité il s’agisse de « réguler » la concurrence et d’admettre des doses non négligeables de protectionnisme.

En réalité, une interprétation plus cynique consiste à voir dans le comportement du Président français l’occasion de se donner en spectacle avant une échéance électorale décisive pour son avenir. Et cela, il sait bien le faire, il a la campagne en mains.

 
More Articles :

» Le complot contre Trump se précise

Tous les moyens sont bons pour obtenir sa destitution

» COP 21 : Résistances à Trump

Pourquoi cette unanimité ? Est-elle toujours légitimée ?

» Les 100 jours de Trump

Le bilan est-il aussi négatif que le disent les commentateurs français ?

» Turquie : la dictature est en place

Un simulacre de referendum a donné une majorité étique et contestée à Erdogan

» Trump contre Kim Jong-Un

Que signifie le spectaculaire bras de fer entre les deux chefs d’Etat ?

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1343 du 29 novembre 2017

Editorial : Le doux commerce
Actualité
:
Le libéralisme est libéral - La grande cause du quinquennat - Agir : Les constructifs se détruisent
- La leçon africaine d’Emmanuel Macrons
Connaissance du libéralisme :
Liberté et Propriété, la synthèse 
Lu pour Vous :
Assemblée Générale 2017 de l’ALEPS - Hervé Novelli lauréat du Prix Renaissance de l’économie


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...