Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

Les sentiments, bases de la société

Charles Fourier a inspiré Proudhon, mais Marx l’a méprisé. Marx l’économiste rejettera avec violence les « utopies » des Français, construites en ignorance totale des lois de l’économie. Il est vrai que Fourier part du principe qu’une société ne peut être harmonieuse que si elle rencontre les sentiments des individus.

 

Lire la suite...
Courage et imagination : Bayrou moralise la vie publique PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 06 Juin 2017 00:00

Grâce à la Banque de la Démocratie le financement des partis sera transparent

 

Il fallait à François Bayrou beaucoup de courage pour présenter à la presse jeudi dernier les grandes lignes de la première loi de l’ère Macron. Jeudi c’était en effet l’ouverture d’une enquête préliminaire concernant les activités de Richard Ferrand à la tête de la Mutuelle de Bretagne. François Bayrou a su tenir tête à la meute des journalistes plus intéressés par ce « contexte » que par le « texte » (jeu de mots de l’humoristique Garde des Sceaux).

Courage mais imagination : pour François Bayrou, c’est le règlement et le contrôle financier qui vont désormais moraliser la vie publique. Contrôle comptable du parlementaire : le tampon sur la fiche de taxi ou la note de restaurant vaincra la corruption. Exclusion des proches, cela va de soi, pas de cumul des mandats (lesquels ?). Contrôle financier des partis : il se fera par la création d’une Banque de la Démocratie, dont les fonds viendront de la Caisse des Dépôts et Consignations. Fonds publics, donc fonds propres. On ne relèvera que trois oublis mineurs :

-   La Caisse des Dépôts utilisera-t-elle l’argent des épargnants ?

-   Quels seraient les partis « reconnus », et sur quels critères ?

-   Comment créer un nouveau parti pour « remodeler » la politique française ?

En 1993, la loi Balladur (un expert en moralité) avait déjà posé ce principe aberrant dans un pays de liberté : seul l’Etat peut financer la vie politique ! Recueillir librement des fonds privés pour la création d’un nouveau parti ou pour une nouvelle campagne est considéré comme une atteinte à l’équité. Pourtant, Friedman dans « Capitalisme et liberté » a démontré que c’est l’inverse qui est équitable : les citoyens qui veulent défendre leurs idées doivent mettre la main à la poche, et le montant des fonds réunis est un indice de popularité. De quoi privilégier le pouvoir électoral des riches ? Mais précisément Friedman a fait la liste des milliardaires américains qui soutenaient des journaux et des candidats de gauche. Inutile de préciser qu’il en est rigoureusement de même en France. Le rapport Perruchot avait d’ailleurs posé la même conclusion pour le financement des syndicats. De la sorte, le système politique français est bloqué : l’argent va aux partis en place.

Il ne fait guère de doute cependant que quelques évidences ont échappé à l’esprit innovant de François Bayrou :

-   Pour éviter les conflits d’intérêt, il faut en finir avec l’Etat Providence, les marchés publics et le capitalisme de connivence qui se développe nécessairement dans ce cadre ;

-   La morale n’est pas ce que dit la loi, c’est ce qui est conforme à l’éthique de l’être humain libre et responsable – une éthique qui a formé le droit naturel, en particulier la propriété privée.

-   Les donneurs de leçons morales, même s’ils sont des parangons de vertu, versent facilement dans le totalitarisme. Robespierre l’Incorruptible a conduit à la Terreur.

Le problème, avec Bayrou, c’est qu’il ne fait même pas peur.

 
More Articles :

» Macron : Empathique et Emphatique

Empathique : il s’est adressé à de nombreuses catégories de Français en comprenant leur inquiétude, leurs besoins, en les remerciant et les encourageant à faire un effort salutaire pour tous. Emphatique : il a grossi démesurément les...

» Etat Providence et culture

Comment la culture française a été détruite par le marxisme

» Quand une discrimination en chasse une autre

C’est aujourd’hui la journée mondiale de la femme. On dénombre actuellement 466 journées mondiales dont 119 ont été officiellement décrétées par l’ONU. En 2018, le calendrier a commencé le 1er janvier avec la journée mondiale de la...

» Cheminots et paysans : quelle réforme ?

On ne parle plus ces jours-ci que de la SNCF et du Salon de l’Agriculture. Il y a deux points communs à ces sujets : d’une part, cheminots et paysans sont en colère ; d’autre part, il est évident qu’il y a urgence et risque de...

» En marche sans bouger

Je suppose que vous avez réagi à l’annonce, vendredi dernier, de l’arrêt de la Cour de Cassation précisant que le conducteur d’un véhicule à l’arrêt, moteur arrêté, pouvait être poursuivi et condamné pour tenir son téléphone...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1361 du 25 avril 2018

Editorial : La sueur des autres
Actualité
:
La vraie nature de l’impérialisme américain - Jeunesse et éloquence : Macron a séduit les Américains - Gentils étudiants et méchants CRS
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Pierre Bentata, Les désillusions de la liberté


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...