Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Publication trimestrielle depuis plus de 40 ans, le Bulletin rend compte de la vie de l’ALEPS mais il propose aussi dans chacun de ses numéros plusieurs études de ses administrateurs, dont Fred Aftalion, Axel Arnoux, Jacqueline Balestier, Jean Philippe Feldmann, Georges Lane, Bertrand Lemennicier, Pascal Salin, Patrick Simon.

50 pages, Abonnement  annuel : 50€,  numéros anciens 5€ suivant disponibilité

Bulletin d'abonnement

Portait

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

Lire la suite...
Un sommet européen pour rien PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 28 Juin 2017 00:00

Bien accueilli, Emmanuel Macron n’a guère été suivi

 

Les chefs d’Etat présents au sommet de l’Union Européenne ont réservé le meilleur accueil à celui qui a fait campagne sur la renaissance européenne et qui a endigué la montée des extrêmes en France. Mais les embrassades ne sont pas des traités et pratiquement aucune des propositions évoquées par Emmanuel Macron dans son interview (cf.page 6) n’a été retenue. Cela n’a pas empêché la presse française, et en particulier Le Monde et Les Echos, de saluer « le retour de la France » et de suggérer que grâce au Président notre pays serait désormais le leader de l’Union, en tandem avec la Chancelière.

Celle-ci a mis tout de suite les choses au point : nous sommes 27 au sein de l’Union, et si l’entente franco-allemande est nécessaire, elle n’est pas suffisante. Il faut tenir compte de tous nos partenaires, d’autant plus que les intérêts sont contrastés a priori.

Certains sujets jugés prioritaires par Macron ont été purement et simplement éludés : le statut des travailleurs détachés (une promesse électorale et une obsession de Mélanchon), la centralisation et le budget de la zone euro (tous les membres de l’UE n’en font pas partie). D’autre part, la mondialisation qui serait pour notre Président la cause des inégalités (réelles ou virtuelles) a meilleure presse chez tous nos partenaires et la Chancelière a défini une règle d’or, celle de la réciprocité, exigée en particulier dans les négociations avec les Etats-Unis et la Chine. De la sorte, les envolées lyriques de Macron n’ont pas eu de prolongement concret au cours de ce sommet : les Européens ne marchent pas au rythme de notre calendrier électoral.

Par comparaison le calendrier électoral allemand (trois mois avant le vote) prend maintenant une importance croissante. Forte de ses victoires récentes dans les consultations locales, Angela Merkel tient la dragée haute à Martin Schultz qui, pour l’instant, est à 20 points de retard sur la Chancelière. Dimanche dernier, Schultz a relancé une nouvelle campagne, moins populiste, moins socialiste que celle qu’il avait menée jusque là et qui avait semble-t-il effrayé les électeurs allemands. Il est passé en quelque sorte de Mélanchon à Macron. Ce qui nous fait rappeler que lors de la visite de Macron au SPD, à quelques semaines de notre présidentielle, Sigmund Gabriel, alors président du SPD, avait clamé : « Une Europe dirigée par Schultz et Macron : faisons un rêve ! ». Schultz a invité Schroëder dont il avait toujours critiqué les lois Hartz sur la réforme de la législation du travail. Voilà que les socialistes allemands deviennent plus modérés que les Républicains français !

 

 
More Articles :

» Angela Merkel lance sa campagne

Rien de révolutionnaire : elle garde un cap qui vaut le succès à son pays

» L’insincérité : d’hier et d’aujourd’hui

« Insincérité » : le mot est celui de la Cour des Comptes qui a rendu jeudi dernier son rapport sur le budget de l’Etat 2017. Il qualifie les mensonges volontaires du gouvernement Cazeneuve. Mais il peut tout aussi bien désigner la façon...

» Budget 2018 : quand les promesses s’envolent

La première promesse du candidat Macron était de limiter le déficit budgétaire à 2,8 % du PIB à la fin de l’année 2018. Cela reposait sur trois hypothèses : connaître avec précision l’impact des mesures que le gouvernement Cazeneuve...

» Theresa May à Paris

Cherche-t-elle un allié pour un Brexit adouci ?

» L’économie française aux couleurs de l’Elysée

« L’économie française retrouve des couleurs » : titre des deux pages que le Figaro de mercredi dernier consacrait à la conjoncture, assorties de deux photos géantes du Président et de son Premier Ministre. Même enthousiasme à la une...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1330 du 11 juillet 2017


Editorial : La Reconquête

Conjoncture : Taillables et Corvéables à merci

Actualité  : Hambourg : enterrement du G 20 - Les dépenses de Monsieur Hulot - Le service national : Macron relance l’idée de génie - Macron : retour à la baisse immédiate des impôts - Les ordonnances travail présentées à l’Assemblée

Actualité  : Des leaders libéraux ? - A la recherche des intellectuels libéraux - La rentrée de la Nouvelle Lettre


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...