Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Ce livret destiné à des militants libéraux avait deux objectifs : d’une part, rappeler le contenu du contrat que des candidats libéraux devraient passer avec les électeurs, d’autre part, imaginer deux scénarios de l’alternance : la gauche reconduite en 2002 et en 2007, mais devenue libérale, ou la droite au pouvoir en 2002 et pour longtemps. En fait, la droite a gagné en 2002, mais le scénario « Thatcher » n’a jamais fonctionné, et la gauche reprend le pouvoir en 2012 !

21 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
Angela Merkel lance sa campagne PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 05 Juillet 2017 00:00

Rien de révolutionnaire : elle garde un cap qui vaut le succès à son pays

 

Contraste des styles : elle ne cherche pas à plaire, elle n’est pas prophète du changement. Bien qu’Emmanuel Macron ait, une fois de plus, invité le couple franco-allemand au chevet de l’Europe chancelante, la Chancelière tient des propos simples et concrets : il faut garder la ligne qui a permis à l’Allemagne de sortir de la crise, de résorber le chômage, de réduire les déficits budgétaires et la dette publique, d’accumuler les excédents de la balance commerciale. Elle garde la ligne depuis 12 ans.

Dans la perspective des élections générales du 24 septembre prochain, elle fixe deux objectifs précis : un taux de chômage encore plus bas que 3 %, c'est-à-dire le plein emploi, et la régulation du flux migratoire.

Sur le premier point, elle se réfère aux périodes passées, avec les 5 millions de chômeurs en 2005, souvent concentrés dans les Länder de l’Est. Viser le plein emploi aujourd’hui c’est un tout petit bond en avant, puisque le taux de chômage actuel est autour de 4 %.

Sur le deuxième point, elle a su tenir ferme au cours des deux dernières années, où l’afflux massif d’immigrants lui a valu une baisse de popularité et l’émergence d’une réaction populiste. Elle a tenu bon, d’abord au nom de ses principes : l’ancienne prisonnière de la RDA est attachée à la liberté de circulation des êtres humains, ensuite au nom de l’efficacité puisque la population allemande vieillissante a besoin d’un apport de main d’oeuvre. Angela Merkel refuse donc toujours l’idée d’un quota, elle préfère multiplier les initiatives afin d’intégrer rapidement les nouveaux arrivants : apprentissage accéléré de la langue, installation dans des logements décents, et bien sûr travail immédiatement disponible compte tenu de la dynamique industrielle du pays. Cette question a créé des tensions avec l’alliée historique de la CDU, la CSU bavaroise plus conservatrice et nationaliste, mais tout est rentré dans l’ordre et le président de la CSU, Horst Seehoffer était aux côtés de la Chancelière pour ce lancement.

A l’heure actuelle les sondages donnent 40 % des voix à la CDU/CSU, très loin devant les socialistes du SPD de Martin Schultz, qui vient d’infléchir sa campagne dans un sens plus centriste alors qu’il était parti pour faire, lui aussi, la révolution aux côtés de son ami Macron (voir la Nouvelle Lettre 1238). Il y a une différence fondamentale entre Angela Merkel et Emmanuel Macron : l’une a réussi avec des orientations plutôt libérales (le vieil « ordolibéralismus » allemand), l’autre n’a rien fait sinon des discours, avec des orientations plutôt incertaines.

 

 

 
More Articles :

» Les cinq sous de l’APL

L’APL est un feuilleton dont chaque épisode maintenant quotidien nous régale. Mais évidemment cette grande réforme n’affecte ni les causes du déséquilibre budgétaire ni les facteurs de la crise du logement et des loyers …

» Un sommet européen pour rien

Bien accueilli, Emmanuel Macron n’a guère été suivi

» Budget 2018 : quand les promesses s’envolent

La première promesse du candidat Macron était de limiter le déficit budgétaire à 2,8 % du PIB à la fin de l’année 2018. Cela reposait sur trois hypothèses : connaître avec précision l’impact des mesures que le gouvernement Cazeneuve...

» La bourse ou la banque : un choix remis en cause

Comment financer les crédits dont les acteurs économiques ont besoin ? Si on laisse de côté auto-financement ou financement de proximité (business angels), il existe deux canaux différents mais connectés : trouver en bourse des actionnaires...

» Theresa May à Paris

Cherche-t-elle un allié pour un Brexit adouci ?

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1337 du 14 octobre 2017

Editorial : L'école de la République
Actualité
:
Une grève tout à fait logique - L’avenir est-il à la confédération ?  - La discussion du budget 2018 est en marche
Connaissance du libéralisme :
Liberté et droit, la synthèse
Lu pour Vous


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...