Déception de Sigmar Gabriel Imprimer
Dimanche, 03 Septembre 2017 00:00

L’ancien président du SPD a laissé les rênes du parti socialiste allemand à Martin Schultz.

 

Au tout début de la campagne il avait fait « un rêve : que Macron soit le Président français et Schultz le chancelier allemand ». En ce dimanche le rêve est brisé, les sondages ont donné Angela Merkel largement en tête après la confrontation télévisée des deux candidats. Le handicap du SPD sur la coalition CDU-CSU est maintenant de 14 points et Angela Merkel amorcera son quatrième mandat ce mois-ci. En France, on n’aime pas la Chancelière : elle a accepté trop d’immigrés, elle a conforté l’économie allemande qui fonctionne en plein emploi et inonde le monde entier de ses exportations, elle n’a pas de sympathie pour les pays rebelles aux disciplines européennes, et en particulier la France de Macron comme celle de Hollande.