Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

Innovation et destruction créatrice

C’est certainement au titre de sa théorie de l’innovation et de la destruction créatrice que Schumpeter est le plus connu. Il a le mérite de replacer au cœur de l’économie le personnage de l’entrepreneur, totalement oublié depuis Jean Baptiste Say.

Lire la suite...
Karl Marx le démontrait en 1869 : la France est socialiste PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 20 Septembre 2017 00:00

« Le pouvoir exécutif dispose d’une armée de cinq cent mille fonctionnaires…L’Etat enserre, contrôle, réglemente, surveille et tient en tutelle la société civile » Cette citation significative est rappelée par Jean Pierre Robin qui dans une page du Figaro d’hier (mardi 19) se pose la question « La France est-elle une économie socialiste » ? Devinez la réponse.

 

C’est VGE qui en 1981, à la veille de sa défaite contre Mitterrand, avait dit : « Au-delà de 40 % de dépenses publiques on est en régime socialiste ». Or, comme le rappelle Jean Pierre Robin dans un article remarquable, nous en sommes à 56,4 % actuellement. La référence à VGE est doublement bienvenue. D’une part avec une hausse sous son septennat de 6 points, il est après Mitterrand (+9) et Sarkozy (+3) celui qui a le plus gonflé la dépense publique. D’autre part une semaine avant les élections de mai 1981  il confesse dans l’Express ; « Ne dites pas aux Français que je suis socialiste, ils me croient libéral ». Les électeurs ont préféré porter au pouvoir un vrai socialiste. Jean Pierre Robin souligne que le financement des dépenses publiques fait aussi de la France le pays le plus socialiste d’Europe, avec le record de 45,9 % de prélèvements obligatoires (38,8 % pour l’Allemagne, 40,2% pour la zone euro). Manquent évidemment 10 % : l’écart est partiellement couvert par les déficits des budgets de l’Etat, des collectivités territoriales et des hôpitaux publics, le reste par quelques recettes de poche (taxes incolores et inodores). Le socialisme, précise Robin, ne se mesure pas seulement aux finances publique,s mais aussi à la réglementation et la bureaucratie.

D’ailleurs revenons à Marx :  il avait compris que l’étatisme était, comme le titre notre journaliste, « le stade ultime du socialisme ». Deux indices ne lui avaient pas échappé : d’une part « une armée de fonctionnaires de plus d’un demièmillion de personnes » et d’autre part  « l’Etat tient en tutelle la société civile, depuis ses manifestations d’existence les plus vastes jusqu’à ses mouvements les plus infimes, de ses modes d’existence les plus généraux jusqu’à la vie privée des individus ». Les choses ne se sont pas arrangées depuis 1869, et jean Pierre Robin cite également l’historien Jean Marc Daniel : « La France est devenue socialiste, du Front Populaire de 1935 à la mise en œuvre du programme de la Résistance (CNR 1946) en passant par le régime de Vichy ». Mais elle était sans doute étatiste depuis Philippe le Bel, voire plus tôt. Depuis la Libération « la France a éé sur le plan économique une Union Soviétique qui a réussi »(Jacques Lesourne, cité encore par JPR). Marx souhaitait « le dépérissement de l’Etat, instrument d’oppression du prolétariat », mais pour y parvenir il était nécessaire de pasesr par une phase de « dictature du prolétariat ». On sait ce qu’il en est advenu.

 

 
More Articles :

» Macron : Empathique et Emphatique

Empathique : il s’est adressé à de nombreuses catégories de Français en comprenant leur inquiétude, leurs besoins, en les remerciant et les encourageant à faire un effort salutaire pour tous. Emphatique : il a grossi démesurément les...

» Les propos d’Emmanuel Macron demain sur TF1

Je vous les donne en avant-première. J’ai en effet mes entrées à l’Elysée, et j’ai pu me procurer les notes préparées pour le Président, qui sera demain au Journal Télévisé de 13 heures pour un entretien avec Jean Pierre Pernaut...

» En marche sans bouger

Je suppose que vous avez réagi à l’annonce, vendredi dernier, de l’arrêt de la Cour de Cassation précisant que le conducteur d’un véhicule à l’arrêt, moteur arrêté, pouvait être poursuivi et condamné pour tenir son téléphone...

» Les retraités enfin rassurés !

On vient de leur annoncer une augmentation de 0,8 % du montant de leurs pensions, bloqué depuis trois ans. Voilà de quoi les rassurer doublement : d’une part ils pourront payer le supplément de CSG qui est prévu pour la plupart d’entre eux,...

» Pourquoi les Français n’aiment pas les réformes

Jupiter est par nature olympien. Il devait donc s’adresser aux humains du haut du Parthénon. L’héroïsme politique s’exprime plus facilement à Athènes, aujourd’hui ville de Tsipras, symbole de la démocratie européenne.  

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...