Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Publication trimestrielle depuis plus de 40 ans, le Bulletin rend compte de la vie de l’ALEPS mais il propose aussi dans chacun de ses numéros plusieurs études de ses administrateurs, dont Fred Aftalion, Axel Arnoux, Jacqueline Balestier, Jean Philippe Feldmann, Georges Lane, Bertrand Lemennicier, Pascal Salin, Patrick Simon.

50 pages, Abonnement  annuel : 50€,  numéros anciens 5€ suivant disponibilité

Bulletin d'abonnement

Portait

La propriété c’est le vol

« Il ne se dit pas en un siècle une formule aussi éblouissante. Je la tiens pour un trésor plus grand que toute la fortune des Rothschild ».

Lire la suite...
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ALEPS PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 03 Novembre 2010 01:00

Plus que jamais les solutions sont libérales. Il faut le faire savoir 

 

C’est au cœur même du Paris libéral, dans ce haut lieu du 35 avenue Mac Mahon, que s’est tenue l’Assemblée Générale annuelle de l’Association pour la Liberté Economique et le Progrès Social. La première partie de l’Assemblée a été consacrée au rapport financier du Trésorier de l’ALEPS Georges Lane et au rapport moral du Président Jacques Garello. La deuxième partie a permis d’écouter les auteurs nommés pour le Prix du Livre Libéral et d’échanger longuement avec eux.

Les comptes de l’ALEPS font apparaître un léger déficit, de l’ordre de 0,3% du budget. C’est nettement mieux que ce que Bercy réussit à faire. Quitus a été donné au Président et aux administrateurs. Néanmoins le niveau des cotisations demeure très inférieur à ce qui serait nécessaire pour soutenir une campagne libérale à travers les médias, qui ont établi depuis plusieurs années une conspiration du silence autour du libéralisme.

Pourtant une telle campagne s’impose, souligne Jacques Garello dans son rapport moral. L’année 2O11 sera doublement décisive, d’abord parce qu’un train de réforme va quitter le quai, celui de la fiscalité, et les premiers échos font craindre le pire ; ensuite parce que le train des retraites s’est arrêté à la première halte et devra repartir avec une nouvelle locomotive ; enfin parce que les programmes électoraux dans la perspective de 2012 vont s’affiner. L’ALEPS sera présente sur ce terrain. Depuis 1988 (Programme pour un Président,) et 1993 (Programme pour un Parlement), l’ALEPS a précisé les grands axes d’une révolution libérale, et en 2007 le Guide du Candidat avait permis de mesurer le degré d’engagement libéral des divers postulants à l’Elysée. Hélas, le mieux placé d’entre eux avait une note réellement médiocre…

Qu’est-ce que l’ALEPS aujourd’hui ? C’est une équipe jeune, qui joue un rôle directeur, innovateur et fédérateur. La jeunesse de l’équipe est évidente dans cette assemblée. Les administrateurs de l’ALEPS ont une moyenne d’âge de 48 ans, moyenne artificiellement relevée par le Président et quelques-uns de nos doyens. Hommage soit rendu à tous nos amis disparus au cours des derniers mois : François Ceyrac, Jacques Plassard pour le Collège Présidentiel, René Le Goff pour le Conseil d’Administration. L’ALEPS a la bonne fortune d’avoir un nouvel administrateur avec Maître Jean Philippe Delsol.

L’innovation est une tradition dans la vie et les œuvres de l’ALEPS. Ont été créés en quelque quarante ans la Nouvelle Lettre, les Universités de la Nouvelle Economie, le site libres.org, et maintenant la SEFEL, société d’édition et de formation Economie et Liberté, car la diffusion des idées libérales en France souffre d’un manque de relais dans le domaine du livre, de l’image et de l’enseignement. Junior Entreprises, animé par Nicolas Lecaussin est aussi une initative pleine de promesses pour mettre des enfants en contact avec des entrepreneurs.

Il appartient à l’ALEPS de montrer aux Français quelle est la bonne direction, et de le faire avec un souci de vérité complète, en réaction contre la pensée unique. L’ALEPS est un bastion d’indépendance intellectuelle et politique, et c’est le caractère inaltérable de ses écrits et de ses positions qui vont finalement forcer le succès. Ce résultat est d’autant plus probable que l’ALEPS a voulu depuis plus de cinq ans maintenant resserrer les liens avec les autres membres de la famille libérale, sans esprit de chapelle ni de domination, dans le cadre d’un partenariat bien vécu. Ainsi l’ALEPS est-elle en symbiose avec l’IREF (Institut de Recherches Economiques et Fiscales), avec Contribuables Associés, avec l’IFRAP, avec l’Institut Turgot, avec Liberté Chérie, avec Euro 92. Les libéraux français sont trop pauvres et trop peu nombreux pour s’ignorer mutuellement. La liste des manifestations et ouvrages réalisés en commun est impressionnante.

Il existe en France une crise de l’engagement civique. Il faut éviter la « trahison des clercs » qui a permis la montée des totalitarismes entre les deux guerres mondiales. Il appartient à l’ALEPS d’appeler des hommes et des femmes de bonne volonté à faire pousser le bon grain libéral. Un jour viendra la moisson.

 

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...