Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait

Les produits s’échangent contre les produits

Cette formule est aujourd’hui connue sous le nom de « loi de Say ».

Lire la suite...
LEON WALRAS (1834-1910) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Vendredi, 08 Avril 2011 01:00

L’économie mathématique

Les études d’ingénieur de Léon Walras l’ont conduit à rêver d’une science économique qui serait plus rigoureuse, parce qu’elle utiliserait un langage mathématique. Comme Jevons, Walras utilise le principe du « calcul à la marge » pour expliquer la logique des choix individuels.

 

Les hommes mettent en ordre les besoins qu’ils veulent satisfaire et les moyens dont ils disposent. Cette « utilité ordinale » les amène à adopter des solutions parfaitement rationnelles. Exemple fameux : dans le salon où elle consomme tasses de thé et petits gâteaux, la vieille dame anglaise va-t-elle prendre une tasse de thé de plus ou commander davantage de gâteaux ? Quelle « utilité marginale » pour chacune de ces consommations nouvelles? De même qu’on peut connaître une fonction mathématique à partir de ses dérivées, on peut comprendre les choix économiques à partir de l’utilité comparée des diverses décisions marginales.

Ce « raccourci » va faire les délices de plusieurs générations d’économistes jusqu’à ce jour, surtout à partir du moment où des ingénieurs et mathématiciens se piqueront d’économie. A partir de 1980, l’économie mathématique sera aussi le refuge des partisans de la planification meurtris par son échec et qui rejoindront la science économique à travers la passerelle des mathématiques, tout en gardant, comme Walras, une idée mécaniciste et désincarnée de l’homo oeconomicus.

L’équilibre général

Plus pernicieuse encore que sa méthode (mais à cause d’elle) l’idée de Walras d’équilibre général aura un succès toujours affirmé en économie.

Grâce à un système complet d’équations, Walras essaie de reconstituer le jeu du marché, pour en démontrer –du moins le croit-il – le fonctionnement pur et parfait. Le marché n’est pas quelque chose de réel, c’est le résultat pour n produits de l’égalité totale entre offres et demandes s’accordant sur un prix théorique établi par un « crieur de prix » : ce commissaire priseur bénévole et étranger aux échangistes trouverait par le calcul le prix d’équilibre pour chaque produit. Les n prix se combinent entre eux de façon à égaliser dans une économie toutes les offres et toutes les demandes. Il n’y a donc pas d’erreur dans le marché – ce qui apparemment réfute la thèse marxiste de l’apocalypse du capitalisme.

Depuis Walras les économistes « néo-classiques » se concentrent sur cet équilibre général, dont les modèles iront en se perfectionnant : Hicks, Samuelson, Nash, Aumann, Ils introduiront successivement des amendements au marginalisme originel, par exemple en introduisant l’incertitude dans les comportements individuels, mais resteront toujours fidèles à la même référence : l’équilibre général. Keynes a lui-même défini un « équilibre global de sous-emploi », en décrivant un marché qui s’équilibre grâce au chômage.

La critique de l’équilibre général sera immédiatement formulée par Karl Menger, fondateur de l’économie autrichienne : comme la vie, l’économie est déséquilibre permanent, elle repose sur l’observation des pénuries et des excédents, elle suppose erreurs et adaptations.

L’économie pure

Alors, où est l’erreur de Walras ? C’est de vouloir donner une grille de lecture d’une économie réellement « pure », où tout fonctionnerait rationnellement. La concurrence y serait pure aussi : les entreprises nombreuses, de faible taille, d’une fluidité totale, parfaitement informées, libres d’accès au marché. Walras sait bien qu’en réalité il en est autrement : l’« économie appliquée » est différente, parce que le contexte institutionnel détourne les acteurs de la rationalité et les prix de la vérité. Mais Walras n’en a cure, il ne décrit pas ce qui est, mais ce qui devrait être. Il plaide seulement pour qu’en économie appliquée la production soit la plus fidèle possible à un système de contrats interactifs, qu’il croit trouver dans des entreprises coopératives. De ce point de vue, il est proche des socialistes utopistes français (Saint Simon, Fourier), et il émet toutes les réserves des socialistes à l’égard de la propriété privée : la relation avec l’économie de marché devient finalement très ténue et très surprenante !

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1330 du 11 juillet 2017


Editorial : La Reconquête

Conjoncture : Taillables et Corvéables à merci

Actualité  : Hambourg : enterrement du G 20 - Les dépenses de Monsieur Hulot - Le service national : Macron relance l’idée de génie - Macron : retour à la baisse immédiate des impôts - Les ordonnances travail présentées à l’Assemblée

Actualité  : Des leaders libéraux ? - A la recherche des intellectuels libéraux - La rentrée de la Nouvelle Lettre


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...