Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

L’économie est déséquilibre

Figure emblématique de l’école « autrichienne », ce professeur à l’Université de New York a développé l’idée de son maître Mises : l’économie est déséquilibre.

Lire la suite...
Alexandria Book Library

Retour à la racine > Année 2014

Catallaxia
Ce petit livre a été nommé cette année pour le Prix du Livre Libéral. Le jury a été séduit par l’idée de Pascal Dray : offrir un guide aux militants du libéralisme.
PDF Imprimer
Couverture du livre Catallaxia
Catégorie: Année 2014
Auteur: Pascal Dray
Editeur: Editions Muller
Année: 2014
Visites: 3809
Avis des utilisateurs:  / 2
MauvaisExcellent 
Commentaire
Ecrit par Administrator

Il pourrait porter en sous-titre : Comment amener au libéralisme des gens qui ne savent pas qu’ils sont libéraux ?

Comme l’économie, le libéralisme est affaire de bon sens, donc accessible à tout être pensant. Il suffit de le présenter de manière indirecte, en posant autour de soi des questions simples et en provoquant chez l’interlocuteur une réponse… libérale. C’est d’ailleurs le terme « cattalaxie » qui traduit le mieux cette démarche intellectuelle et socratique. Cattalaxie, c’est changer par le dialogue l’esprit de quelqu’un, c’est même chez les Grecs « transformer un ennemi en ami ». Ludwig von Mises et Hayek ont utilisé le mot. Nous dirions « mettre quelqu’un dans sa poche », les cyniques diraient « subvertir ».

Donc, Pascal Dray a sélectionné dix questions, qui forment le cœur de son ouvrage et, pour chacune d’entre elles, il donne plusieurs réponses : les fausses, qu’il démonte facilement, et les bonnes qui sont libérales. Le statut de la propriété : on sait que les Français sont attachés à leurs « biens ». Le taux d’intérêt : toujours trop élevé pour l’emprunteur, mais pas assez haut pour le livret de caisse d’épargne : faut-il le réglementer ? L’épargne : les Français prennent leurs précautions, mais comment mettre son épargne à l’abri et, si possible, la faire fructifier : livret A ou portefeuille d’actions et d’obligations ? La valeur : c’est quoi ? Est-ce le prix, et qui le fixe ? Y a-t-il un juste prix ? Le même produit a-t-il la même valeur pour tout le monde ? Et la conjoncture, les hauts et les bas dans la marche de l’économie ? Est-elle due à la spéculation, à la politique suivie par le gouvernement ? Et la crise ? Comment en sortir ? Fatalement les Français se tournent vers des facteurs exogènes, la mondialisation, l’Europe, mais il y a des pays qui s’en sont sortis, voire même qui n’ont pas été touchés : miracle ? Quelle est la bonne taille de l’Etat ? Les Français l’accusent facilement de les matraquer fiscalement, de multiplier les règlements et les démarches administratives. Mais ils n’imaginent pas qu’on puisse s’en passer. Ils aiment un Etat fort, bienveillant et économe : est-ce possible ?

Vous n’accepterez pas toujours les questions et réponses de Pascal Dray, mais vous apprécierez la démarche : faire le tour de tous ces sujets qui éloignent les Français du libéralisme. Certes ils ont été immergés dans la culture interventionniste depuis leur plus tendre enfance, mais pour autant, ils n’ont pas perdu toute lucidité, ils sont près de leurs sous, ils n’aiment pas les tricheurs, ils ont le sentiment d’être volés au coin du bois. Le jugement personnel est donc encore solide, même si l’environnement social les égare, même s’ils sont manipulés. Une bonne cure de désintoxication ne pourra leur faire que du bien. Pascal Dray insiste sur le fait que cette initiative charitable ne peut être prise que par la société civile, par des gens qui au sein d’associations ou de groupes professionnels, ou de réseaux d’amitiés, ont le courage et la patience de lancer la « catallaxie ». Ils en seront récompensés : ils verront que les Français sont libéraux !

Date d'insertion: Mercredi, 25 Juin 2014 00:35

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...