Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

En 2007, l’ALEPS décide douze thinks-tanks libéraux français à proposer en commun un « Guide du candidat ». Six chapitres s’adressent respectivement au chômeur, au contribuable, à l’assuré social, à l’écolier, au citoyen et à l’Européen. Une grille permet de noter  les programmes des divers candidats. Sur 180 points théoriques, le premier est arrivé à 80 points, et Ségolène Royal à 5. On savait déjà que Nicolas Sarkozy ne serait pas libéral.
 

63 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Socialiste et  macro-économiste

Issu de Cambridge et élève d’Alfred Marshall, John Meynard Keynes emprunte aux marginalistes les concepts d’équilibre général et de courte période. Mais il appartient aussi à la Société Fabienne, qui regroupe les socialistes réformateurs anglais. A ce titre, il ne croit pas aux vertus habituellement prêtées à l’économie de marché par ses prédécesseurs néo-classiques.

Lire la suite...
Alexandria Book Library

Retour à la racine > Année 2010

Revenir au capitalisme. Pour éviter les crises
Dans cet ouvrage pédagogique, le professeur Pascal Salin revient sur la crise de 2008 et montre comment, contrairement aux clichés, elle a été le résultat de l’interventionnisme et des mauvaises politiques publiques.
PDF Imprimer
Couverture du livre Revenir au capitalisme. Pour éviter les crises
Catégorie: Année 2010
Auteur: Pascal Salin
Editeur: Odile Jacob
Année: 2010
Visites: 4374
Avis des utilisateurs:  / 0
MauvaisExcellent 
Commentaire
Ecrit par Bogdan Calinescu

Ces deux dernières années, des dizaines et des dizaines de livres ont été consacrés à la crise. La plupart des auteurs n’ont fait que condamner le capitalisme et le marché en réclamant plus de réglementations et de contrôle de la part des Etats et des organismes publics. Or, le paradoxe c’est que les principales causes de  la crise résident justement en l’action de l’Etat et des hommes politiques. Pascal Salin passe en revue les facteurs à l’origine de la chute de septembre 2008. Il y a d’abord la politique déstabilisatrice de la FED et e la BCE et à l’auteur de rappeler qu’avant l’existence des banques centrales, il n’y avait pas de crises monétaires. Les crises économiques étaient d’ailleurs provoquées par les guerres (des Etats !), les épidémies ou bien les aléas de la météo. Les problèmes monétaires et financières sont bien le résultat d’une faillite de l’Etat et non d’un dysfonctionnement des marchés.

            Un autre élément déclencheur a été la politique du logement de l’administration américaine. En cause, les fameux subprimes, des crédits immobiliers accordés à des emprunteurs qui ne présentent pas de garanties satisfaisantes pour pouvoir rembourser. Et ce sont deux organismes para-publics qui ont joué un rôle central dans cette inflation des crédits : Fannie Mae et Freddie Mac. Les deux – protégés par l’Etat - ont eu pour rôle d’acheter des créances immobilières auprès des banques qui ont accordé des crédits initiaux et de les garantir. Enfin, une loi de 1977 votée sous la présidence de Jimmy Carter ; le Community Reinvestment Act, a imposé une prise en compte des minorités ethniques ou défavorisés dans l’attribution des crédits. « L’histoire vraie, souligne justement l’auteur, c’est celle d’un système qui use de la contrainte légale pour accorder des privilèges et exonérer des organisations et leurs dirigeants des obligations morales de la responsabilité ». Faire de la discrimination positive et du droit au logement opposable ne peut aboutir qu’à la catastrophe économique. Ajouter à cela les mauvaises réglementations et le jeu ambigu des agences de notation et le cocktail qui a servi de détonateur à la crise est prêt !

            A une mauvaise interprétation de la crise, il s’en est suivi la mauvaise réponse : une politique de relance keynésienne. Le marché des idées est faussé en France par des médias trop étatistes et une éducation nationale gauchisante. Dans ces conditions il est difficile de faire passer un autre message que celui keynésien. Il faudrait aussi que « l’autre message » soit bien expliqué et argumenté… Pascal Salin démontre clairement pourquoi les réactions politiques à la crise et plans de relance ont été anachroniques et ne font qu’aggraver une situation économique déjà catastrophique. Quoi de plus insensé de créer (encore !) deux structures étatiques pour « sauver les banques », comme l’a fait le président Sarkozy. De quel droit utiliser l’argent des contribuables pour les distribuer aux organismes bancaires ? S’agit-il d’une action « morale » ? Lorsque l’Etat et les politiques interviennent, ils ne font que perpétuer les déséquilibres et les mauvais choix du passé. « En réalité, écrit Pascal Salin, la crise est l’occasion rêvée par tous les politiques pour essayer de réaliser leurs obsessions… Les politiciens donnent des gages à leur électorat en faisant mine de contrôler les finances et d’empêcher les bonus excessifs, les parachutes dorés et autres rémunérations ».

Que faire alors ? Laisser libre le capitalisme, arrêtons de le « moraliser » (ce qui est immoral c’est l’Etat qui dépense à tout-va), il sait très bien comment se réformer. La crise a été révélée par le marché et non pas par des organismes de contrôle étatique.

Voici donc un ouvrage sain, précis, utile pour comprendre ce qui s’est passé en 2008. On peut néanmoins regretter le côté un peu trop théorique et universitaire de certains chapitres qui pourraient décourager des lecteurs désireux de lire un point de vue différent (libéral).

Date d'insertion: Lundi, 03 Mai 2010 16:05

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...