Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait


Un Marx libéral ?

Les principaux éléments de l’économie marxiste se trouvent chez John Stuart Mill, qui a ajouté aux erreurs de Ricardo et Malthus dont il prend la suite.

Lire la suite...
Alexandria Book Library

Retour à la racine > Année 2012

Une anthologie des penseurs libéraux
C’est l’anthologie la plus complète et la plus passionnante. Dans Les penseurs libéraux, Alain Laurent et Vincent Valentin proposent aux lecteurs des munitions indispensables pour comprendre tous les libéralismes.
PDF Imprimer
Couverture du livre Une anthologie des penseurs libéraux
Catégorie: Année 2012
Editeur: Les Belles Lettres
Année: 2012
Visites: 5455
Avis des utilisateurs:  / 0
MauvaisExcellent 
Commentaire
Ecrit par Bogdan Calinescu

C’est incroyable mais vrai. En France, il manquait un Dictionnaire exhaustif des penseurs libéraux français et étrangers. Dans le pays qui ignore Bastiat, on est plus habitué à la déformation du libéralisme qu’à une analyse lucide et neutre. Cet ouvrage corrige le tir. Il y a d’abord l’excellente introduction de Vincent Valentin qui traite des avatars du terme « libéral ». L’auteur relève d’abord un paradoxe : alors que le monde se libéralise, on ne sait toujours pas très bien en quoi consiste le libéralisme. Ceci est valable, bien entendu, pour la France mais aussi pour d’autres pays. Il y a surtout les ennemis et ceux qui déforment. Il y a aussi la signification du mot « liberal » aux Etats-Unis et en France. De l’autre côté de l’Atlantique, un libéral est un défenseur de l’Etat-providence alors qu’ici c’est un adepte des libertés et de la concurrence. En France, il devient  très facilement un « ultra-libéral » ou un « libéral sauvage ». Portant, le mot qui fait son apparition au XVIIIe siècle signifie générosité et prodigalité. Les représentants des Lumières nomment « Libérales » les lois qui accordent la liberté de pensée, d’expression, de conscience. Adam Smith défend la liberté du commerce et le libre-échange (il n’a fait que montrer pourquoi certains pays s’enrichissent plus que d’autres). Les premières explications du libéralisme tiennent à la liberté individuelle et à la maîtrise du pouvoir.

Pour Vincent Valentin, au XIXe siècle, on peut trouver les livres-programme de Laboulaye, Guyot, Faguet, Leroy-Beaulieu, Prevost-Paradol mais pas grand-chose sur le mot lui-même. C’est au XXe que le libéralisme s’affirme comme « idéologie ». Pour ma part, et là je rejoins Jean-François Revel, le libéralisme n’est pas une idéologie comme le socialisme peut l’être. C’est un concept s’appuyant sur la liberté et donc très loin d’une idéologie qui impose un « package doctrinaire ». Le socialisme veut changer le monde, le libéralisme croit qu’il peut être meilleur. Il laisse l’initiative aux individus alors que le socialisme donne des directives grâce à l’Etat et à l’administration. Le libéralisme ne fait pas de promesses insensées alors que le socialisme le fait sur le dos des autres.

L’ouvrage rappelle à juste titre qu’il existe aussi un interventionnisme libéral incarné par un Roosevelt qui déclarait que « notre vie collective, nos lois et notre Constitution existent avant tout pour protéger l’individu, veiller sur ses droits et exprimer ses justes principes ». Les mêmes mots dans la bouche de François Hollande et il serait accusé de mener une politique ultralibérale. En effet, le libéralisme américain c’est du socialisme réformiste, « clintonien » ou « blairiste ». Mais l’originalité du libéralisme se situe dans « l’adoption du pluralisme et de la concurrence pour tous les types de relations sociales ». L’individu prime sur la communauté et en économie le marché peut se réguler lui-même. Il n’a pas besoin de l’Etat qui s’arroge ce droit.

Les textes des auteurs cités, depuis La Boétie jusqu’à David Friedman, sont toujours précédés de présentations bio-bibliographiques détaillées et d’une analyse des citations ce qui rend cet ouvrage encore plus remarquable et utile.

Date d'insertion: Vendredi, 28 Septembre 2012 22:57

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...