Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

Socialiste et  macro-économiste

Issu de Cambridge et élève d’Alfred Marshall, John Meynard Keynes emprunte aux marginalistes les concepts d’équilibre général et de courte période. Mais il appartient aussi à la Société Fabienne, qui regroupe les socialistes réformateurs anglais. A ce titre, il ne croit pas aux vertus habituellement prêtées à l’économie de marché par ses prédécesseurs néo-classiques.

Lire la suite...
Alexandria Book Library

Retour à la racine > Année 2012

Rescapé du camp 14
Ce livre est le témoignage incroyable d’un homme de 30 ans qui s’est évadé de la Corée du Nord. Né dans un camp de travail, Shin a réussit à s’échapper de l’enfer communiste et raconte l’inimaginable. La barbarie communiste sévit encore.
PDF Imprimer
Couverture du livre Rescapé du camp 14
Catégorie: Année 2012
Editeur: Belfond
Année: 2012
Visites: 4960
Avis des utilisateurs:  / 3
MauvaisExcellent 
Commentaire
Ecrit par Bogdan Calinescu

Shin est le seul détenu né dans un camp de concentration nord-coréen qui a réussi à s’évader. Il avait 23 ans lorsqu’il est arrivé en Chine après une longue marche. Comme des millions d’autres Nord-Coréens, il a grandi dans un camp car toute sa famille y avait été enfermée. Il n’a pas eu d’enfance, il a été torturé (à 14 ans, il est suspendu, nu, à un crochet au-dessus d’un brasier) et a assisté à l’exécution de sa mère et de son frère parce qu’ils auraient tenté de s’échapper du camp. Il a connu la faim, le froid et le vieillissement prématuré. A 25 ans, il en faisait déjà 60. En s’évadant (après avoir parcouru à pied plus de 600 km), il sauve néanmoins sa vie. Il travaille d’abord à la frontière chinoise, il réussit à se réfugier en Corée du Sud et ensuite il arrive aux Etats-Unis où il fonde un Mouvement pour promouvoir les libertés en Corée du Nord.

Pendant ces années de captivité, lorsqu’il a commencé à comprendre ce qui lui arrivait, il s’est demandé comment le monde pouvait le tolérer. En consultant Google Earth, on remarque facilement que les seuls endroits illuminés en Corée du Nord sont les camps de travail. Ces camps ont duré deux fois plus longtemps que les camps soviétiques et douze fois plus que les camps nazis. « Pourquoi on ne bombarde pas les routes qui mènent à ces camps ? », se demande Shin. Il a raison. La lâcheté des dirigeants occidentaux est inégalable. D’après les rares informations dont on dispose, il existerait 6 camps dont le plus grand mesure 50 km de long sur 40 km de large. Dans deux camps seulement, on peut espérer être libérés un jour tout en restant surveillés par les forces de sécurité de l’Etat. Si l’on arrive dans les autres camps dont le n° 14, on est sûr qu’on est condamné aux travaux forcés, donc à une mort certaine. Plusieurs centaines de milliers de nord-coréens (enfants, femmes et vieillards compris) ont péri dans ces camps.

En lisant son témoignage, on se demande comment il a pu survivre entre la faim, le froid, les tortures, les exécutions, les punitions… Même le suicide est interdit dans les camps car il est considéré comme une forme d’évasion. Si un détenu passe à l’acte, les membres de sa famille sont punis. Bien entendu, on ne se lave pas dans les camps et on est obligé de faire ses besoins dans les champs pour les…fertiliser. Pendant 23 ans, Shin n’a mangé que de la bouillie de maïs, du chou au vinaigre ou de la soupe de chou. Il a perdu ses dents et marche comme un vieillard. Humiliations et brimades forment le quotidien des détenus. Ils ne sont plus des êtres humains mais des bêtes à qui ont « permet de survivre » : « Si la pitié est interdite, il n’y a guère d’autres règles pour les prisonniers. Les gardes peuvent laisser libre cours à leurs pulsions et à leurs excentricités… La théorie justifiant les camps est qu’il faut nettoyer jusqu’à trois générations les familles de ceux qui n’ont pas une pensée correcte ». Même les nouveau-nés sont tués à coups de barre de fer !

Ce récit devrait être étudié dans les écoles et lu lors des assemblées de l’ONU. C’est une véritable honte de voir que cette barbarie puisse encore exister aujourd’hui.

Date d'insertion: Vendredi, 19 Octobre 2012 16:33

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...