Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

Innovation et destruction créatrice

C’est certainement au titre de sa théorie de l’innovation et de la destruction créatrice que Schumpeter est le plus connu. Il a le mérite de replacer au cœur de l’économie le personnage de l’entrepreneur, totalement oublié depuis Jean Baptiste Say.

Lire la suite...
Alexandria Book Library

Retour à la racine > Année 2012

De l’urgence d’être réactionnaire
IvIvan Rioufol a toujours su qu’il ne se battait pas contre les moulins à vent. Son combat est admirablement raconté dans « De l’urgence d’être réactionnaire ».
PDF Imprimer
Couverture du livre De l’urgence d’être réactionnaire
Catégorie: Année 2012
Editeur: PUF
N° du Catalogue: 10
Année: 2012
Visites: 5413
Avis des utilisateurs:  / 0
MauvaisExcellent 
Commentaire
Ecrit par Bogdan Calinescu

Un des grands mérites d’Ivan Rioufol est celui d’avoir été persévérant. Ce n’est pas le seul, bien entendu, mais c’est celui que j’admire le plus. Il y a quelques années, c’était le pestiféré sur la place publique. Les médias ne voulaient pas en entendre parler. Et lorsqu’il était invité sur un plateau de télévision ou à la radio, on le mettait face à 3 ou 4 excités prêts à le démolir. Je me souviens que lors d’un déjeuner, il m’a même avoué être « dans le collimateur » au Figaro. Un journal de droite ! S’il a été gardé c’est surtout parce qu’il ses lecteurs sont très nombreux… Son éviction aurait beaucoup fait baisser les ventes du journal. Les temps ont changé (j’ai pu le constater aussi dans mon combat en faveur des idées libérales) et Rioufol est même très souvent présent dans les médias. Il n’est plus méprisé. Au contraire, on l’écoute et on est des fois  d’accord avec lui. Malheureusement, ces transformations sont surtout valables pour les émissions de débat et non pas pour les chaînes d’information. La « fracture civique » est encore là. On n’est pas prêt de la colmater. Toutes les semaines, Rioufol écrit dans Le Figaro ce qu’il voit dans la vie. Il voit ce que les autres ne voient pas : la tyrannie du politiquement correct. Il combat cette mainmise de la gauche sur les idées et s’insurge contre les lois ( Pleven, Gayssot, Taubira, Lellouche…) qui interdisent même le débat.

Il ne s’agit pas d’être provocateur mais simplement de pouvoir dire que l’économie libre n’a peut-être pas besoin de l’intervention des politiques, que l’esclavage a été également africain et musulman (il continue d’ailleurs dans certaines régions), qu’on n’est pas forcément pour le mariage des homosexuels. Est-on un bon Français si l’ont est plus tolérant ? Par rapport à qui et à quoi ? Avons-nous la conscience tranquille si l’on accepte la discrimination positive. Non, je suis d’accord avec Rioufol. Toutes les cultures et les civilisations ne se valent pas. Lorsqu’on on a parlé de choc des civilisations après les attentats du 11 septembre, personne (ou presque) ne s’est posé la question : mais a-t-on affaire à une civilisation en face ? Pourquoi est-il condamnable de souhaiter à ce que la France reste la France quand on se ballade dans les rues de Saint-Denis ou d’Aubervilliers ?

Rioufol s’inquiète des conséquences du multiculturalisme. « Celui-ci ne multiplie pas les cultures : il les réduits au plus petit dénominateur commun qui est de plus en plus difficile à trouver ». Cette religion du multiculturalisme propagée par le « journalisme-lessiveuse qui se pratique en meute ». Comment ne pas s’indigner avec l’auteur en regardant « Le Grand Journal » sur Canal +, émission on ne peut plus idéologiquement correcte durant laquelle toute autre opinion qui s’écarte un peu du conformisme ambiant est rapidement et efficacement contrée.

Tant que des essayistes comme Ivan Rioufol continuent à agir, la France n’est pas perdue. Ce sont eux qui font honneur à la caste des intellectuels dont les égarements idéologiques ont causé trop de dégâts…

 

Date d'insertion: Vendredi, 10 Février 2012 23:28

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...