Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Le père des néo-classiques

Après la « révolution marginaliste » qui avait pris des allures fort différentes dans les œuvres de Jevons, Walras et Menger, il fallait sans doute le talent pédagogique d’Alfred Marshall pour proposer un schéma d’exposition simple des principes de la science économique.

Lire la suite...
Alexandria Book Library

Retour à la racine > Année 2013

L’entrepreneur et l’indigné
Un petit livre d’entretiens très instructif qui nous rappelle que deux mondes totalement différents s’affrontent dans notre société : ceux qui croient en la réussite individuelle et ceux qui attendent tout de l’Etat.
PDF Imprimer
Couverture du livre L’entrepreneur et l’indigné
Catégorie: Année 2013
Editeur: Ellipses
Année: 2012
Visites: 5243
Avis des utilisateurs:  / 3
MauvaisExcellent 
Commentaire
Ecrit par Bogdan Calinescu

D’un côté, Philippe Hayat, entrepreneur et fondateur de l’association « 100 000 entrepreneurs ». De l’autre, Gilles Vanderpooten, jeune salarié du milieu associatif, militant et co-auteur avec Stéphane Hessel du manifeste « Engagez-vous ! ». Le modérateur est une journaliste de la revue Challenges, Jeanne Dussueil. L’entrepreneur se méfie de l’« indignation » des jeunes aujourd’hui. S’indigner ne veut pas dire grand-chose ne serait-ce que désigner des coupables faciles : les patrons, les banques, les marchés financiers, etc. A force de s’indigner ils oublient leurs propres responsabilités. Lorsqu’ils s’indignent contre la réforme des retraites de 2010, les lycées font preuve d’une naïveté déconcertante et d’un manque de jugement évident. A l’heure où l’on se prépare à réussir dans la vie, certains ont choisi de « lutter pour préserver les retraites ». Mais c’est exactement l’inverse qu’ils devraient faire : sachant qu’une fois salariés ils vont payer de plus en plus pour une retraite par répartition en faillite, ils devraient justement demander une vraie réforme des retraites. « Pour un jeune, cette démarche est suicidaire », dit justement Philippe Hayat. « Il faudrait, au contraire, l’aider à prendre sa vie en mains, malgré l’imperfection du monde »….

Son interlocuteur, le jeune indigné Gilles Vanderpooten, veut changer le monde « d’une manière plus ou moins radicale ». Mais pour en faire quoi ? Il ne le dit pas mais il rejette la croissance et croit en l’utopie et en l’avènement d’une nouvelle société. Celle de l’« homme nouveau » qui a déjà fait des dizaines de millions de morts ? Il ne croît pas à « la moralisation du capitalisme » et c’est pourquoi il faut tout changer. Ses paroles s’enchaînent comme le crépitement d’un fusil…

Philippe Hayat a les pieds sur terre. C’est l’entrepreneuriat qui peut encore sauver notre économie. Et c’est ce qu’il faudrait dire aux jeunes : Entreprenez ! Ce n’est pas l’indignation qui doit pénétrer dans les salles de classe mais l’esprit d’initiative et l’entrepreneuriat. La France compte aujourd’hui plus de 3 millions d’entreprises dont 4 700 seulement dépassent 250 salariés. En Angleterre c’est deux fois plus d’entreprises avec plus de 250 salariés et en Allemagne, trois fois plus !

L’indigné veut plus de l’Etat et des politiques. Il veut du « social ». Mais « entreprendre et innover, c’est aussi faire du social » lui rétorque à juste titre l’entrepreneur. « Un entrepreneur qui réussit est aussi un entrepreneur social ! L’argent n’est pas son unique moteur. Contrairement aux idées reçues, c’est bien son désir d’épanouissement et d’indépendance, plus que l’appât du gain, qui a provoqué son déclic entrepreneurial ». Contrairement aux clichés marxisants, de nombreux entrepreneurs se rémunèrent après leurs salariés et souvent il ne reste rien dans les caisses. D’autres gagnent beaucoup d’argent qu’ils réinvestissent ou qu’ils donnent à des fondations.

D’un côté il y a donc ceux qui croit en l’individu et, de l’autre, ceux qui misent sur la rédemption collective. L’Histoire a déjà montré que la manipulation des masses a pris le visage de la Terreur.

Date d'insertion: Vendredi, 18 Janvier 2013 12:23

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...