Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Voir la vie comme un économiste

Ce thème de l’allocution prononcée lorsqu’il fut honoré du prix Nobel d’économie (1992) résume l’originalité de Gary Becker.

Lire la suite...
Régionales : rendez-vous manqués PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 30 Novembre 2015 00:00
Mission "sauvetage" l www.libres.org

Ceux d’entre vous qui sont friands de bonnes blagues, d’imbécilités de toutes sortes, de mensonges avérés, vont être déçus : je ne m’étendrai pas sur la COP 21 ; je laisse aux négociateurs le temps qu’il leur faudra pour sauver la « planète verte », une semaine ne sera pas de trop. Seuls quelques hauts faits de ces dernières heures seront relevés dans le corps de cette Lettre.

 

 

 

 

Je me fais un devoir en revanche de proposer quelques réflexions sur le vote auquel nous sommes conviés dès dimanche prochain.

A quelques jours du scrutin, on se pose surtout la question : qui va gagner ? En dépit de son éclat de grand chef de guerre et sauveur de la planète, François Hollande aura du mal à tirer le Parti Socialiste du mauvais pas où l’ont mis trois années de politique aberrante. Quelques sondages laissent penser que les Français sont plus inquiets du chômage que de l’environnement, voire même de l’insécurité. La gauche extrême en profite ; quant aux Verts, ils sont marris d’avoir été sevrés des grandes manifestations populaires prévues autour de la COP 21. L’émiettement de l’électorat socialiste potentiel est donc inéluctable. Les tentatives de replâtrage entre les deux tours ont peu de chances de réussir, et la fusion avec les Républicains est improbable et conduirait à un pouvoir ingérable. Le PS aura donc grand peine à garder plus de quatre régions.

Si le PS perd, qui va gagner ? Comme il fallait s’y attendre, et à en croire les sondages, le Front tire les marrons du feu terroriste. Après le Nord, déjà conquis suivant les augures, voici Marion Maréchal Le Pen en tête en PACA, et Philippot dans le Grand Est. Les chances de la jeune nièce se sont encore accrues depuis une déclaration fracassante : si elle gagne, les subventions aux avortements seront supprimées dans la région. De quoi plaire à des électeurs qui auraient pu voter Estrosi ou s’abstenir. Marine Le Pen a marqué sa différence avec sa nièce, précisant que sa position pouvait lier la future présidente de la région PACA, mais ne s’inscrit pas dans les vues du Front National. Normal : comme Philippot et autres, Marine pêche dans les eaux de gauche !

Les Républicains auront peut-être conquis une majorité de régions, mais ce ne sera pas de leur faute. Ils ont multiplié les maladresses et les divisions pendant ces derniers jours. Ils avaient amorcé à la veille du vendredi 13 une surenchère sécuritaire, pétard qui a fait long feu. Finalement, ils incarnent une classe politique usée jusqu’à la corde ; ils sont trop jacobins pour être libéraux. Ils ne bénéficieront que de votes rejets.

Pourtant l’enjeu aurait pu être ailleurs. Ces élections auraient pu marquer la renaissance de la nation française, ou encore la remise en cause de l’Etat. Mais personne à ce jour n’a saisi l’occasion.

Le thème de l’union nationale est intéressant. Mais union autour de quoi ? Autour du Président, des « valeurs de la République », du drapeau tricolore et de la Marseillaise ? C’est le spectacle donné ces jours-ci, dans les médias, les stades et les discours officiels. Certes, quelques vérités iconoclastes ont pu faire leur chemin et la pensée unique en a pris un coup. Certes, l’élan de la jeunesse a été impressionnant et porteur de promesses. Mais va-t-il en sortir un engagement durable, une vision et un espoir, et comment les fédérer? Les fossoyeurs de la France, comme nos chères ministres de la Justice ou de l’Education Nationale, ont continué à parader. Je crains qu’une fois la fièvre écologique retombée, on en reviendra aux ruptures fondamentales créées par un Etat Providence centralisé et collectiviste : l’administration contre les citoyens, les privilégiés et assistés contre les entreprenants et spoliés.

Et enfin, et non le moindre, Paris contre les provinces. La remise en cause de l’Etat centralisé, de ses impuissances, de ses présomptions, n’a guère été évoquée dans cette campagne. Les candidats, et c’est dommage pour la droite, n’ont pas compris que les régionales pouvaient être abordées sous l’angle d’une résurrection de la nation face à cet Etat qui oblige les communes et départements à s’unir contre leur gré, qui refuse de redistribuer les compétences et les moyens pour se les réserver.

Finalement, ces élections régionales ne me semblent pas être au rendez-vous ni d’une union durable ni d’une décentralisation libératrice. Signe révélateur : les Girondins eux-mêmes ont pour leader un Jacobin !

Mon caractère et ma longue expérience me tiennent éloigné des rêves et des utopies. Depuis plusieurs mois, je me suis abstenu de toute anticipation sur les présidentielles de 2017, estimant que bien des choses pouvaient se produire d’ici là. Aussi prendrez-vous les lignes qui suivent comme un simple amusement, inspiré par l’actualité de la semaine dernière.

 
More Articles :

» L’entreprise vue par Hamon et les siens

Nicolas Hazard veut des entreprises à dimensions sociale et environnementale

» Le 23 Avril votez Trump

Ou, si vous préférez, votez contre Trump.Sans trop le vouloir, le nouveau Président des Etats-Unis d’Amérique s’est invité dans notre campagne présidentielle. Je le constate et je trouve indécente et dramatique cette référence...

» François Hollande, l’humanitaire

Dans un discours remarqué pour sa flamme, notre Président défie la Russie

» Comment sauver la protection sociale

J’ai écrit mes premiers articles sur le sujet en 1974. A mes yeux, une réponse banale s’imposait : abandonner la répartition, revenir à la logique de l’assurance privée. Hélas, voilà un demi-siècle qu’elle n’a pas été entendue...

» A quoi jouent les candidats de la gauche ?

On a l’impression qu’ils sont suicidaires. Mais pas du tout !

Nouvelle Lettre de la semaine

Génération 2.0 l www.libres.org

Au sommaire du n°1312 du 14 mars 2017


Editorial : Deux foyers majeurs d'irresponsabilité

Conjoncture : La monnaie peut-elle être "souveraine" ?

Spécial présidentielles  : La non-réforme des non-retraites - François Fillon : le soft libéral - François Fillon : c'est de l'abîme que jaillit la lumière

Actualité libérale  : Trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts


Acheter le numéro

Vidéo de la semaine

 

Jacques Garello présente son ouvrage "Le vote libéral"

 

 

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...