Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
Macron : la voiture-balai PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mardi, 31 Janvier 2017 00:00

Les ralliements s’accélèrent : forces vives ou boulets ?

 

"Nous n'accueillerons pas systématiquement les dupes de la primaire" : l’avertissement avait été lancé par l’entourage d’Emmanuel Macron avant les résultats de dimanche. Mais comment fermer la porte à ces « frondeurs » du PS, dont certains ont demandé aujourd’hui à exercer leur « droit de retrait » ? Les ralliements s’accélèrent, mais comme pour tous les phénomènes migratoires il est difficile de savoir si les nouveaux venus sont un atout ou une charge.

Emmanuel Macron a jusqu’ici proposé le mythe du social-libéral, oxymore qui ne résiste pas à l’analyse élémentaire puisque le choix de société dont la France a besoin est bien entre libéralisme et socialisme, et on ne peut faire les deux en même temps, sauf à mettre à l’eau un bateau ivre. Son jeu l’amène tantôt à se dire de gauche – mais pas socialiste, tantôt à se situer au centre voire à droite.

Il a séduit à ce jour surtout des personnalités très marquées à gauche, même s’il s’agit d’une gauche caviar. Certes il y a quelques caméléons, telle la brave dame Corinne Lepage, Alain Minc (naguère soutien de Juppé), Jean Marie Cavada. Mais il y a aussi des prophètes et beaux esprits de la gauche, comme Bernard Kouchner, Pierre Bergé, et (dit-on) BHL. Et il y a surtout de grands leaders socialistes, comme Mesdames Guigou et (sans doute) Royale, Gérard Colomb (sans doute son meilleur porte-parole).

Si les partisans de Manuel Valls rejoignent en masse le camp Macron, l’affaire sera difficile à gérer. Cependant on doit remarquer que la perspective de beaucoup de politiciens n’est pas la présidentielle, mais les législatives qui suivent : se démarquer de la gauche extrême d’Hamon est dans certaines circonscriptions un atout électoral.

L’espoir du camp Macron est aussi de récupérer les centristes qui depuis le début traînent les pieds et, eux aussi (comme les gens de l’UDI), cherchent à se placer pour les investitures. Il y aurait aussi les transfuges qui pronostiquent Fillon perdant et prennent les devants… Mais une inflexion trop à gauche du camp Macron serait dissuasive pour ces touristes électoraux.

On attend maintenant la prochaine étape : début mars Macron doit publier son programme. Il se hâte lentement, peut-être pour ne pas laisser trop de temps aux électeurs pour déchiffrer ses mesures et les juger.

 

 
More Articles :

» La Reconquête

Le rendez-vous historique de la France avec le libéralisme a été manqué. Après une avancée autant éphémère qu’incertaine, le libéralisme a disparu de la vie politique française. Certes, la confusion est entretenue dans le discours : le...

» Garder son sang froid

Un grand nombre de Français sont persuadés qu’une lame de fond va donner au Président une majorité absolue, ou relative (base de quelques tractations ou trahisons ponctuelles). Je comprends leur pronostic, mais il est à mon sens...

» Un triste gouvernement centriste

Sans surprise le gouvernement provisoire de la République Française sera centriste. Centriste dans notre pays, c’est être à la gauche de la droite, qui est déjà à gauche. On est donc dans la pure logique macronienne : ni droite ni gauche,...

» Manuel Valls votera Macron

(Bourdin, 8 :30) : ce n’est pas un ralliement (dont visiblement Macron déclare n’avoir rien à faire, il reste le « maître de l’horloge »), mais un devoir national pour barrer la route à Marine Le Pen. 

» L’Europe des étoiles

Oublions un instant la fièvre électorale pour évoquer les 60 ans de l’Europe. L’anniversaire du traité instituant la CEE, Communauté Economique Européenne, a été célébré à Rome en ce dimanche 26 mars. Un anniversaire au demeurant...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1333 du 12 septembre 2017


Editorial : Pourquoi les Français n’aiment pas les réformes

Connaissance du libéralisme : Le renard libre dans le poulailler libre - La loi, la liberté et le droit - Droit,morale et religion

Avis à nos lecteurs : 8ème Week end de la Liberté


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...