Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Ce livret destiné à des militants libéraux avait deux objectifs : d’une part, rappeler le contenu du contrat que des candidats libéraux devraient passer avec les électeurs, d’autre part, imaginer deux scénarios de l’alternance : la gauche reconduite en 2002 et en 2007, mais devenue libérale, ou la droite au pouvoir en 2002 et pour longtemps. En fait, la droite a gagné en 2002, mais le scénario « Thatcher » n’a jamais fonctionné, et la gauche reprend le pouvoir en 2012 !

21 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Innovation et destruction créatrice

C’est certainement au titre de sa théorie de l’innovation et de la destruction créatrice que Schumpeter est le plus connu. Il a le mérite de replacer au cœur de l’économie le personnage de l’entrepreneur, totalement oublié depuis Jean Baptiste Say.

Lire la suite...
Angela Merkel lance sa campagne PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 05 Juillet 2017 00:00

Rien de révolutionnaire : elle garde un cap qui vaut le succès à son pays

 

Contraste des styles : elle ne cherche pas à plaire, elle n’est pas prophète du changement. Bien qu’Emmanuel Macron ait, une fois de plus, invité le couple franco-allemand au chevet de l’Europe chancelante, la Chancelière tient des propos simples et concrets : il faut garder la ligne qui a permis à l’Allemagne de sortir de la crise, de résorber le chômage, de réduire les déficits budgétaires et la dette publique, d’accumuler les excédents de la balance commerciale. Elle garde la ligne depuis 12 ans.

Dans la perspective des élections générales du 24 septembre prochain, elle fixe deux objectifs précis : un taux de chômage encore plus bas que 3 %, c'est-à-dire le plein emploi, et la régulation du flux migratoire.

Sur le premier point, elle se réfère aux périodes passées, avec les 5 millions de chômeurs en 2005, souvent concentrés dans les Länder de l’Est. Viser le plein emploi aujourd’hui c’est un tout petit bond en avant, puisque le taux de chômage actuel est autour de 4 %.

Sur le deuxième point, elle a su tenir ferme au cours des deux dernières années, où l’afflux massif d’immigrants lui a valu une baisse de popularité et l’émergence d’une réaction populiste. Elle a tenu bon, d’abord au nom de ses principes : l’ancienne prisonnière de la RDA est attachée à la liberté de circulation des êtres humains, ensuite au nom de l’efficacité puisque la population allemande vieillissante a besoin d’un apport de main d’oeuvre. Angela Merkel refuse donc toujours l’idée d’un quota, elle préfère multiplier les initiatives afin d’intégrer rapidement les nouveaux arrivants : apprentissage accéléré de la langue, installation dans des logements décents, et bien sûr travail immédiatement disponible compte tenu de la dynamique industrielle du pays. Cette question a créé des tensions avec l’alliée historique de la CDU, la CSU bavaroise plus conservatrice et nationaliste, mais tout est rentré dans l’ordre et le président de la CSU, Horst Seehoffer était aux côtés de la Chancelière pour ce lancement.

A l’heure actuelle les sondages donnent 40 % des voix à la CDU/CSU, très loin devant les socialistes du SPD de Martin Schultz, qui vient d’infléchir sa campagne dans un sens plus centriste alors qu’il était parti pour faire, lui aussi, la révolution aux côtés de son ami Macron (voir la Nouvelle Lettre 1238). Il y a une différence fondamentale entre Angela Merkel et Emmanuel Macron : l’une a réussi avec des orientations plutôt libérales (le vieil « ordolibéralismus » allemand), l’autre n’a rien fait sinon des discours, avec des orientations plutôt incertaines.

 

 

 
More Articles :

» Macron : Empathique et Emphatique

Empathique : il s’est adressé à de nombreuses catégories de Français en comprenant leur inquiétude, leurs besoins, en les remerciant et les encourageant à faire un effort salutaire pour tous. Emphatique : il a grossi démesurément les...

» Elections : un nouveau visage pour l’Europe ?

Vote des membres du SPD allemand et des Italiens : incertitude ou instabilité ?

» Fin du modèle allemand ?

La constitution de la Grande Coalition a été saluée comme un succès pour les socialistes du SPD. Victoire à la Pyrrhus : d’une part, les dirigeants du SPD sont très mal en point au sein de leur propre parti (à tel point que Martin Schutz...

» En marche sans bouger

Je suppose que vous avez réagi à l’annonce, vendredi dernier, de l’arrêt de la Cour de Cassation précisant que le conducteur d’un véhicule à l’arrêt, moteur arrêté, pouvait être poursuivi et condamné pour tenir son téléphone...

» Laurent Wauquiez : le meilleur et le pire

Emission politique sur France 2 ce jeudi : Laurent Wauquiez a été le meilleur et le pire. Le meilleur, c’est l’homme politique, expert en dialectique, capable de déjouer les attaques les plus sournoises, de convaincre les téléspectateurs,...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1361 du 25 avril 2018

Editorial : La sueur des autres
Actualité
:
La vraie nature de l’impérialisme américain - Jeunesse et éloquence : Macron a séduit les Américains - Gentils étudiants et méchants CRS
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Pierre Bentata, Les désillusions de la liberté


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...