Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

D’Aristote à René Girard, ils ont abordé les thèmes de l’éternel humain : la nature de l’homme, son destin, sa conscience, la liberté, le pouvoir, la religion, la vie, la vérité, etc. Dans une société où le paraître l’emporte largement sur l’être, se rapprocher des philosophes nous aide à retrouver ce qui importe à long terme, ce qui est le fond de notre humanité et ce qui donne valeur à notre liberté.

64 pages, 30 portraits, 5€

Bulletin de commande

 

Portait

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

Lire la suite...
Il faut choisir entre agriculture et paysans PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 28 Février 2017 00:00

Propos iconoclastes et paradoxe apparent. Les paysans ne sont-ils pas des agriculteurs ? Faut-il abandonner l’agriculture tout en rassurant les paysans sur leur avenir ? Comme nous l’avions fait l’an dernier à l’occasion du Salon de l’Agriculture, nous soutenons que la Politique Agricole Commune a eu le tort de mêler prix des produits agricoles et revenus des paysans. Le conflit entre les dimensions économique et sociale de la question a condamné et les paysans et l’agriculture. Pour sauver les paysans, il faudrait sans doute soumettre l’agriculture aux lois de la concurrence et inviter les paysans eux-mêmes à l’innovation.

 

L’agriculture soumise à la loi du marché

La différence marquée depuis deux siècles entre produits industriels (ouverts à la concurrence) et agricoles (protégés) n’a d’autre raison que politique. Turgot en France, Ricardo et Cobden en Angleterre, ont lutté contre les entraves à la concurrence imaginées par les administrations, les spéculateurs ou les propriétaires fonciers. En France, Méline rétablit en 1871 les tarifs douaniers sur les produits agricoles en dépit de l’accord commercial passé avec les Anglais. Il s’est toujours trouvé des forces et des hommes politiques pour permettre aux agriculteurs d’échapper à la concurrence étrangère. Aujourd’hui encore le libre échange mondial se heurte au protectionnisme agricole des Etats-Unis, mais aussi de l’Europe. Pourtant, la circulation des produits agricoles s’est accélérée et étendue. On peut prévoir qu’à très court terme – en dépit des souhaits de Donald Trump ou de l’Union Européenne – les prix agricoles seront réellement mondiaux, le groupe de pression des agriculteurs perdant de son importance et de son énergie face aux forces de la concurrence mondiale. Dans ces conditions, parler de régulation des prix agricoles au niveau national (Le Pen) ou européen (Macron) est un vœu pieux. Ici comme dans toute activité économique, la loi du marché concurrentiel vaincra les manœuvres politiques, pour le plus grand bien des consommateurs du monde entier, et en particulier les plus pauvres, et aussi pour les producteurs du monde entier, y compris africains ou latino-américains.

Les paysans invités à l’innovation

Les hommes politiques (surtout quand ils sont en campagne ou au Salon) flattent la gent paysanne par des promesses utopiques. Même si leur pouvoir sur les prix est affaibli et bientôt nul, ils misent sur la redistribution : la nation entière sera, disent-ils, solidaire des exploitants agricoles. L’assistanat est-il la solution ? Pas plus ici qu’ailleurs, car le coût est croissant et grève les budgets, et surtout parce que les paysans sont dissuadés d’innover. Or, le milieu rural est propice à l’innovation. Son habitat se modifie avec les jeunes et les retraités qui fuient les grandes villes, avec les propriétaires de résidences secondaires, avec les touristes du monde entier. De nouvelles techniques permettent la transformation et la commercialisation des produits agricoles bruts, et nombreux sont aujourd’hui les entreprises agricoles qui ajoutent de la valeur sans pour autant cultiver la terre. Le crédit agricole, trop souvent dévoyé pour pousser les paysans à se suréquiper et s’endetter (en attendant la prise des terres par les entités collectivistes), peut prendre la voie du financement d’auto-entrepreneurs. Que la fiscalité et les charges s’allègent, ici comme dans d’autres secteurs, et les revenus paysans se relèveront.

Aide aux produits ou aides aux personnes

Finalement, on retrouve avec l’agriculture le même choix que celui que l’on doit faire pour le logement : aide à la pierre ou aide à la personne ? Ce n’est pas le produit agricole qu’il faut subventionner, en augmentant artificiellement son prix, c’est le paysan qu’il faut financer pour ses innovations rentables, pour moins servir la terre et davantage servir les hommes. Le besoin de dépaysement, de tourisme et – en France notamment – de services dans la restauration et l’hôtellerie, dans le patrimoine culturel et architectural, sera de mieux en mieux ressenti et de mieux en mieux satisfait, offrant des perspectives d’emplois et de profits suffisants pour que la ruralité française continue à être une réalité au lieu de dépendre des éphémères promesses parisiennes ou bruxelloises. L’innovation n’est pas réservée à des privilégiés issus des grands corps de l’Etat, tout être humain a un talent d’entrepreneur, quel que soit sa position sociale ou territoriale. Tous les Français doivent être libérés pour exploiter leur potentiel créatif, les paysans comme les autres. Cette assertion peut-elle rapporter des voix ?

 

 
More Articles :

» Quand une discrimination en chasse une autre

C’est aujourd’hui la journée mondiale de la femme. On dénombre actuellement 466 journées mondiales dont 119 ont été officiellement décrétées par l’ONU. En 2018, le calendrier a commencé le 1er janvier avec la journée mondiale de la...

» Cheminots et paysans : quelle réforme ?

On ne parle plus ces jours-ci que de la SNCF et du Salon de l’Agriculture. Il y a deux points communs à ces sujets : d’une part, cheminots et paysans sont en colère ; d’autre part, il est évident qu’il y a urgence et risque de...

» Paysans : la faute à qui ?

Le gouvernement est engagé dans l’une des plus mauvaises affaires qui soient. Les jacqueries ont annoncé la Révolution ; serions-nous à la veille d’une explosion ? 

» Emmanuel Macron et les réformateurs socialistes

L’interview d’Emmanuel Macron par Jean Jacques Bourdin sur BFM télé et RMC mercredi dernier a eu un écho retentissant, et à plus d’un titre. 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1361 du 25 avril 2018

Editorial : La sueur des autres
Actualité
:
La vraie nature de l’impérialisme américain - Jeunesse et éloquence : Macron a séduit les Américains - Gentils étudiants et méchants CRS
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Pierre Bentata, Les désillusions de la liberté


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...