Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Un nouveau monde de science et d’industrie

Saint Simon « le dernier des gentilshommes et le premier des socialistes » (se définissait-il modestement) partage l’idée d’Auguste Comte : avec le XIXème siècle le monde est entré dans une ère scientifique.

Lire la suite...
La Russie et l’espace économique européen PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 30 Mai 2017 00:00

La visite de Vladimir Poutine en France a inspiré plusieurs articles sur la situation de l’économie russe et l’importance de ses relations avec les pays européens, notamment les membres de l’Union. Les considérations politiques sont souvent prioritaires, mais tôt ou tard les réalités économiques devraient s’imposer.

 

Une économie stationnaire

Le taux de croissance du PIB est désespérément fixé à 0,7 % depuis plusieurs années, la prévision de 0,8 pour 2017 est optimiste. L’inflation, qui avait dépassé 15 % en 1975, a été réduite à 7 % l’an dernier, mais elle pèse surtout sur les dépenses courantes de consommation et a donc un impact social considérable. Paradoxalement ce sont les finances publiques qui se portent bien : le budget national est en déficit, mais dans la fourchette demandée par l’UE (3% du PIB) et surtout la dette publique est très faible (19 % du PIB). Enfin, la balance commerciale est excédentaire (3% du PIB) mais c’est peut-être là où le bât blesse.

En effet, le commerce de la Russie ressemble à celui d’un pays sous-développé : exportations massives des ressources naturelles, notamment de gaz et de métaux, et importations de produits finis. La Russie inonde l’Europe de ses gazoducs, mais cette inondation a une dimension politique : elle tient les importateurs sous sa coupe. D’autre part, les importations ont été freinées depuis 1974 à cause des répressions politiques décidées par l’Union Européenne après l’annexion de la Crimée, et la déstabilisation de l’Ukraine. Poutine n’a pas manqué de protester contre ce qu’il considère comme un chantage des pays occidentaux.

Les échanges avec la France

La France a une place à part dans l’économie russe, parce que ses liens sont bien plus étroits que ceux qu’entretiennent les autres pays de l’UE, et notamment l’Allemagne. La France est le premier investisseur en Russie. Lors du premier trimestre de l’an dernier, la France a investi 708 millions d’euros dans l’économie russe plus que l’Allemagne, 311 millions d’euros, et les Etats-Unis 115 millions d’euros. Ces investissements représentent 130.000 emplois dans des entreprises comme Auchan, Leroy Merlin, L'Oréal, Renault, Peugeot, Citroën, Total, Société générale, BNP Paribas. En dépit des représailles, aucune de ces entreprises n’a quitté la Russie. En revanche, les représailles ont fait lourdement chuter les exportations françaises, et en particulier les exportations agro-alimentaires. La chute des cours du porc pour les éleveurs français provient de la fermeture du marché russe et de la surproduction française qui s’en suit. Globalement, le commerce a été réduite drastiquement en 2014 et 2016, diminuant de quelque 40 %, mais il y a une reprise depuis le début de l’année 2016. Enfin, et non le moindre, les investissements russes en France, en dépit de leur côté spectaculaire (millionnaires russes) sont relativement faibles.

Les perspectives politiques

Peu d’économies au monde sont dans un tel état de dépendance de la diplomatie de leur gouvernement. Vladimir Poutine a fait le choix de privilégier l’expansionnisme plutôt que la croissance économique. Sa popularité vient de sa réussite dans la reconstitution de la Grande Russie, interprêtée par le peuple (dûment chapitré, puisque l’opposition est bâillonnée) comme une victoire de la culture russe, une revanche contre l’humiliation et l’exclusion subies à travers l’URSS. La tentation est grande de s’associer avec les anciens partenaires chinois et de tourner le dos à l’Europe, et il est vrai que le Kremlin mise beaucoup sur le développement de la Sibérie. Mais l’Oural est tout de même plus près de l’Atlantique que de la mer du Japon. L’histoire et l’économie de la Russie regardent du côté de l’Ouest. Le régime ne pourra indéfiniment ignorer le libre échange et la libre entreprise, et le choix de la guerre n’est pas évident : l’intendance ne suit pas. Il va falloir se résoudre dans un terme assez proche à revenir à la liberté, tant intérieure qu’extérieure.

 

 
More Articles :

» L’économie française aux couleurs de l’Elysée

« L’économie française retrouve des couleurs » : titre des deux pages que le Figaro de mercredi dernier consacrait à la conjoncture, assorties de deux photos géantes du Président et de son Premier Ministre. Même enthousiasme à la une...

» Macron et Poutine

Poutine n’a pas reçu la leçon d’un Macron russophile sans l’être

» Brexit : un défi pour la City ou pour les Européens ?

Demain mercredi, les négociations entre Theresa May et Bruxelles vont commencer. Les conséquences politiques du Brexit sont considérables : le Royaume Uni peut exploser sous la pression des Ecossais et des Irlandais. Mais quid des conséquences...

» Dévaluations : externes ou internes ?

Les dévaluations reviennent en force dans le débat économique. Au niveau théorique, tout a été dit par Pascal Salin dans son récent ouvrage « Les systèmes monétaires ». L’actualité a provoqué de nouvelles interrogations : avec le...

» La Cour des Comptes : l’Etat fait mal, l’Etat fait trop

Jeudi dernier toute la presse a titré sur le rapport annuel de la Cour des Comptes, qui a marqué son inquiétude pour la dérive des finances publiques et a épinglé un grand nombre de gaspillages parfois scandaleux. Il y a un lien étroit entre...

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1330 du 11 juillet 2017


Editorial : La Reconquête

Conjoncture : Taillables et Corvéables à merci

Actualité  : Hambourg : enterrement du G 20 - Les dépenses de Monsieur Hulot - Le service national : Macron relance l’idée de génie - Macron : retour à la baisse immédiate des impôts - Les ordonnances travail présentées à l’Assemblée

Actualité  : Des leaders libéraux ? - A la recherche des intellectuels libéraux - La rentrée de la Nouvelle Lettre


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...