Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

Lire la suite...
Alerte sur l’avenir des retraites PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 21 Juin 2017 00:00

Où l’on s’aperçoit que l’âge de la retraite ne résout rien…

 

Dans le débat intellectuel, il n’y a rien de plus énervant que de prêcher dans le désert, et de voir les gens s’engager chaque année un peu plus dans les impasses. Quand on a raison trop tôt, personne ne vous écoute.

Voilà des années, pour être plus précis quarante ans environ, que Jacques Garello et les Nouveaux Economistes de l’époque mettaient en accusation le système par répartition. Ce système, qui veut que les retraites soient payées par les cotisations des actifs, a au moins deux vices : il suppose un équilibre intergénérationnel, qui disparaît dans une population vieillissante, et il gaspille l’argent cotisé parce qu’il n’est pas capitalisé et mis au service de l’investissement qui soutient et accélère la croissance. Or, demain sera publié le rapport du COR (Conseil d’Orientation des Retraites) qui révise une fois de plus les prévisions à moyen terme (elles seules peuvent être significatives). Révision dramatique : l’équilibre cotisations/retraites sera très menacé jusqu’en 2040, et non plus jusqu’en 2020 comme on le disait encore il y a quelques semaines (dixit aussi Macron). Donc, les déficits ne sont pas ceux d’une courte période, mais sont structurels, et vont concerner au moins une génération entière de retraités ! Pas plus tard qu’il y a un an le COR avait été plus pessimiste, et nous l’avions souligné dans notre Lettre (1282). Mais qu’importent ces prévisions ? L’essentiel est que l’on s’obstine dans notre pays à ne jouer que sur l’âge de la retraite, mesure « paramétrique », refusant la seule mesure « systémique » consistant à abandonner purement et simplement la répartition. C’est de l’inconscience, c’est le désir de ne pas bousculer trop d’intérêts opposés à tout changement. On peut lire « Comment sauver vos retraites ? » J.Garello ed.Libréchange, 2015

 

 

 
More Articles :

» L’insincérité : d’hier et d’aujourd’hui

« Insincérité » : le mot est celui de la Cour des Comptes qui a rendu jeudi dernier son rapport sur le budget de l’Etat 2017. Il qualifie les mensonges volontaires du gouvernement Cazeneuve. Mais il peut tout aussi bien désigner la façon...

» Diminuer les charges sociales

Des charges sociales trop élevées pénalisent les entreprises françaises. Ce constat a été au cœur du débat entre candidats sur les travailleurs détachés, sans doute le débat le plus animé des rencontres télévisées. Mais va-t-on au...

» François Fillon : c’est de l’abîme que jaillit la lumière

La mise en examen stimulera nos efforts et nous conduira à la victoire

» François Fillon : le soft libéral

Mais le candidat est bien celui de la rupture et de la détermination

» La Cour des Comptes : l’Etat fait mal, l’Etat fait trop

Jeudi dernier toute la presse a titré sur le rapport annuel de la Cour des Comptes, qui a marqué son inquiétude pour la dérive des finances publiques et a épinglé un grand nombre de gaspillages parfois scandaleux. Il y a un lien étroit entre...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1361 du 25 avril 2018

Editorial : La sueur des autres
Actualité
:
La vraie nature de l’impérialisme américain - Jeunesse et éloquence : Macron a séduit les Américains - Gentils étudiants et méchants CRS
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Pierre Bentata, Les désillusions de la liberté


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...