Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

En 2007, l’ALEPS décide douze thinks-tanks libéraux français à proposer en commun un « Guide du candidat ». Six chapitres s’adressent respectivement au chômeur, au contribuable, à l’assuré social, à l’écolier, au citoyen et à l’Européen. Une grille permet de noter  les programmes des divers candidats. Sur 180 points théoriques, le premier est arrivé à 80 points, et Ségolène Royal à 5. On savait déjà que Nicolas Sarkozy ne serait pas libéral.
 

63 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
L’économie déboussolée. Dérive vers l’Economie artificielle PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Vendredi, 01 Février 2013 00:00
 

La boussole de l’économie est devenue folle. C’est un fait. Pourquoi ? 

C’est un fait. La boussole devrait indiquer des besoins mieux satisfaits pour le plus grand nombre, mais aussi la possibilité pour chacun de développer ses talents, de réaliser ses aspirations, d’améliorer et de montrer son savoir-faire. Le nord de la boussole économique, c’est naturellement la personne humaine. Aujourd’hui la boussole va dans tous les sens : les jeunes chômeurs perdent leur temps et leur espoir, les plus âgés et les retraités craignent légitimement pour le futur de leurs pensions, l’emploi est menacé, le travail et le mérite ne sont plus honorés et on vit mieux avec les allocations, les fromages et les combines. Dans ce climat c’est « chacun pour soi, l’Etat pour tous ».

 

Pourquoi en est-on arrivé là ?

C’est que l’on a perdu le nord. On a oublié le sens véritable, les lois naturelles de l’économie, et on a bâti peu à peu une économie artificielle d’où l’homme est absent. On l’a chassé pour donner la priorité à la société : le collectif a pris le dessus sur le personnel. Sans doute les intentions étaient-elles pures : elles s’appelaient justice sociale, plein emploi, solidarité, stabilité. Mais, entre les mains d’hommes politiques soumis à la pression d’intérêts catégoriels, elles ont débouché sur le résultat inverse de celui recherché. Car les armes de la politique sont celles de l’administration, de l’impôt, de la réglementation, qui au delà d’une certaine dose finissent par tuer l’initiative, l’effort, l’entreprise. La justice sociale devient alignement sur le plus bas niveau, le plein emploi laisse place au chômage massif et durable, la solidarité forcée tue l’esprit d’entraide et le sens de la responsabilité, la stabilité se transforme en précarité. Et les nuages s’accumulent aussi sur les générations futures avec la dette publique et l’explosion des retraites.

 

Ainsi l’« économie naturelle » a-t-elle progressivement dérivé vers l’« économie artificielle », qui est son opposée, comme le suggère le tableau suivant :

 

 
 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...