Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

En 2007, l’ALEPS décide douze thinks-tanks libéraux français à proposer en commun un « Guide du candidat ». Six chapitres s’adressent respectivement au chômeur, au contribuable, à l’assuré social, à l’écolier, au citoyen et à l’Européen. Une grille permet de noter  les programmes des divers candidats. Sur 180 points théoriques, le premier est arrivé à 80 points, et Ségolène Royal à 5. On savait déjà que Nicolas Sarkozy ne serait pas libéral.
 

63 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Les produits s’échangent contre les produits

Cette formule est aujourd’hui connue sous le nom de « loi de Say ».

Lire la suite...
Les choix du futur PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Vendredi, 15 Mars 2013 00:00

Je me suis efforcé jusqu’à présent de présenter tout ce qui sépare l’économie naturelle, avec ses lois conformes à la nature des hommes et de leurs relations, et l’économie artificielle que la politique nous fait subir. Mais pourquoi tant de rejet de l’économie naturelle ? J’ai évoqué précédemment deux prétextes du dirigisme économique : la « justice sociale » et l’élimination des crises. En voici un troisième : les gouvernants doivent faire le choix du futur. 

 

Les choix du futur 

Pour beaucoup de gens (y compris quelques économistes célèbres), le marché est « frappé de myopie ». Et s’il est peut-être en mesure de réaliser un équilibre instantané entre offre et demande, il ne nous dit rien sur les choix qui engagent le long terme.

Dans ces conditions, n’appartient-il pas aux autorités publiques de prendre en charge les grands chantiers du futur, de préparer l’avenir ?

« Gouverner c’est prévoir » disait jadis Pierre Mendès France et, pour lui faire écho, Pierre Massé, Commissaire Général au Plan de 1959 à 1966 déclarait : « Le plan, c’est l’anti-hasard ».

 

Les entrepreneurs scrutent l’avenir 

La thèse de la « myopie du marché » révèle l’ignorance de l’économie naturelle et, en particulier, du rôle que jouent les entrepreneurs. 

D’une part, ils laissent croire que les entrepreneurs ont le nez collé sur le guidon et ne voient pas plus loin que le prochain exercice comptable, gérant comme des boutiquiers au jour le jour. En réalité, l’innovation n’est pas un exercice de voyance : elle engage l’entreprise dans une nouvelle aventure, destinée à se prolonger. Les profits à la sauvette n’assurent pas la prospérité de l’entreprise et c’est l’entreprise qui forge elle-même en grande partie son avenir. Il est vrai que la durée de vie des produits se raccourcit, pour de multiples raisons, mais à cela il est possible de répondre par des stratégies de diversification, par une connaissance approfondie des marchés et de leurs tendances. Le phénomène des « start up » a laissé croire que le succès n’est assuré que par des opérations à court terme, alors qu’il est prouvé que la plupart des start up se transforment en entreprises durables, ou entretiennent un flux permanent d’innovations. Les start up répondent ainsi à l’accélération du progrès technique, elle-même stimulée par les changements rapides intervenus dans les choix de consommateurs mieux informés et plus fortunés.

 

Les choix des entrepreneurs sont responsables 

D’autre part, dans le jeu de l’innovation et de l’adaptation, les choix des entrepreneurs sont responsables, parce qu’ils engagent leur entreprise, leur patrimoine et qu’ils ont aussi le souci de conserver les ressources humaines et techniques qui font le succès de leurs affaires.

Vigie l www.libres.org
L'entrepreneur observateur

L’entrepreneur n’est pas un joueur qui prendrait aveuglément des risques, il est l’observateur attentif du marché. C’est lui qui trouve de nouvelles clientèles pour de nouveaux biens ou services. Celui qui trouve garde : ce principe du « finder keeper » peut jouer parce que l’entrepreneur a la propriété du profit qu’il réalise. Les attaques contre le profit et l’entrepreneur conduisent, comme c’est le cas actuellement, à décourager l’esprit d’entreprise et à freiner la croissance.

On peut discuter des erreurs commises par tel ou tel dirigeant, ayant conduit leur affaire et leurs actionnaires à la ruine par leur imprévoyance, mais cela concerne des cas isolés, bien que spectaculaires ou scandaleux, et cela traduit aussi un manque de contrôle sur les dirigeants et un manque de motivation pour les dirigeants. Là encore les interventions et le laxisme des autorités publiques y sont pas pour quelque chose, comme le montrent des histoires aussi retentissantes que Enron, le Crédit Lyonnais ou les Subprimes.

En fait, le seul hasard que les entrepreneurs ne puissent gérer, c’est celui des décisions arbitraires et du laxisme des politiques et des administrations. Paradoxalement, le hasard, c’est le Plan, le hasard c’est l’Etat.

 

L’avenir tel que le gèrent les gouvernants 

La prétention des gouvernants de prévoir l’avenir et de substituer aux entrepreneurs et au marché est une « présomption fatale » (Hayek).

Elle participe de deux erreurs majeures. 

La première consiste à croire que les dirigeants sont nantis d’un pouvoir divinatoire surhumain. Nul ne peut se mesurer au hasard, nul ne peut dans le domaine de l’économie comme dans bien d’autres anticiper de façon certaine les évènements et, mieux encore, les comportements. On ne peut pas figer les situations, définir des réactions typiques. C’est évidemment le rêve de tout planificateur, mais on n’a jamais vu une planification centralisée et globale réussir où que ce soit ni en quelque période que ce soit. Et quand la réalité ne se plie pas aux prévisions des planificateurs, ils sont tentés de s’en prendre à la réalité, et quand les hommes démentent le plan, ils finissent par vouloir supprimer les hommes.

Technocrates l www.libres.org
L’élite technocrate : elle sait tout

L’impuissance des planificateurs est masquée par les titres prestigieux qu’ils ont acquis : ils sont experts en tout, et forment une élite qui finit par oublier, sinon mépriser, le bon peuple. En réalité ces technocrates de haut rang, que l’on trouve dans les cabinets ministériels et à la tête des grandes administrations, ne connaissent rien de la réalité économique. Leur savoir se limite à la vulgate macro-économique keynésienne, ils ont tous été formés dans le même moule, surtout en France où l’ingénieur issu des grandes écoles se croit omniscient et deviendra omnipotent après être passé par l’Ecole Nationale d’Administration et le corps des Inspecteurs des Finances…

 

L’horizon des gouvernants est électoral 

La deuxième erreur consiste à croire que les hommes politiques sont obsédés par les grands projets, par l’intérêt général à long terme. La manière dont se comportent les décideurs publics a été analysée par les économistes de « l’école du Public Choice » où s’est illustré le prix Nobel d’Economie James Buchanan.

Promesses électorales l www.libres.org
Les promesses électorales

En fait, les grands projets n’intéressent les hommes politiques que quand ils les présentent, pour qu’ils portent à jamais leur nom quoi qu’il advienne. Ce qui les concerne par priorité, ce sont les prochaines échéances électorales. Leur souci est de capter des voix en prenant des mesures à effet immédiat, dont précisément les conséquences (le plus souvent néfastes) ne seront connues qu’après les élections. De même se comportent les bureaucrates, attachés au renouvellement de leur budget et à la pérennité de leur poste. Ainsi se comportent les syndicalistes, qui se livrent à la surenchère démagogique et compromettent l’avenir des entreprises et des emplois. Tous ces gens-là savent qu’ils ne récolteront jamais ce qu’ils ont semé, ils sèment donc à tout vent : ils sont obligés de prendre leur bénéfice sur-le-champ, ils travaillent dans le spectaculaire. A long terme, ils comptent sur l’exceptionnelle capacité d’oubli ou de résignation des électeurs, trompés chaque fois par des prévisions fantaisistes, des promesses non tenues. Est-il surprenant que les électeurs acquièrent peu à peu le sentiment que leur vote ne sert pas à grand chose, et surtout pas à préparer l’avenir ?

La myopie n’est donc pas du côté que l’on croit en général. 

Il n’est qu’à voir l’incurie qui a accompagné depuis un demi-siècle la gestion des retraites, de l’assurance maladie, la construction scolaire et le recrutement des maîtres, le logement social (un autre défi à l’économie naturelle !), voire la défense nationale et la justice. La seule chose que les gouvernants semblent savoir de l’avenir, c’est qu’on peut rejeter sur les générations futures le poids des erreurs commises aujourd’hui : la dette publique de l’Etat français a dépassé mille neuf cents milliards d’euros.

 

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1322 du 16 mai 2017


Editorial : Un triste gouvernement centriste

Conjoncture : Faut-il reparler des retraites ?

Actualité  : Le 13 mai 2017 - Il ne faut pas désespérer Billancourt…ni la CGT

Spécial présidentielles  : Ecrit au lendemain de la victoire de Hollande, il y a cinq ans - L’Europe, terre d’élection pour Emmanuel Macron - Premier entretien avec Edouard Philippe - Emmanuel Macron serait-il Tony Blair ?

Lu pour vous : Pan sur le bec - Il y a libéralisme et libéralisme

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...