Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

En 2007, l’ALEPS décide douze thinks-tanks libéraux français à proposer en commun un « Guide du candidat ». Six chapitres s’adressent respectivement au chômeur, au contribuable, à l’assuré social, à l’écolier, au citoyen et à l’Européen. Une grille permet de noter  les programmes des divers candidats. Sur 180 points théoriques, le premier est arrivé à 80 points, et Ségolène Royal à 5. On savait déjà que Nicolas Sarkozy ne serait pas libéral.
 

63 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait


Un Marx libéral ?

Les principaux éléments de l’économie marxiste se trouvent chez John Stuart Mill, qui a ajouté aux erreurs de Ricardo et Malthus dont il prend la suite.

Lire la suite...
La concentration dans une économie de marché PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Vendredi, 14 Septembre 2012 01:00
 la fin du capitalisme et la marche inéluctable au socialisme

Les gros mangent les petits 

Le libéralisme permet aux entreprises à la recherche du profit de se développer. Mais elles sont diverses et inégales et une sélection impitoyable va s’opérer au profit de celles qui atteindront une taille supérieure. La concentration, appelle la disparition des artisans, des petites et moyennes entreprises, au bénéfice de grands groupes incontrôlés, qui eux-mêmes vont contrôler la société, au détriment de la liberté individuelle : la libre entreprise aura paradoxalement tué la liberté.

 

Pourquoi la concentration ?

La thèse de la concentration remonte à une idée de Marx, lui-même héritier de quelques économistes classiques anglais – dont Malthus et Ricardo. Mais au 20ème siècle, dans les années 1930, après la Grande Dépression, Joseph Schumpeter prédit la fin du capitalisme et la marche inéluctable au socialisme.

Au cœur de la thèse : les « économies d’échelle ». Quand une entreprise réussit à produire un plus grand nombre de produits, les coûts unitaires vont diminuer parce que les frais fixes (équipement, bâtiments, administration) vont être répartis sur une quantité plus élevée. 

La grande entreprise manageriale

La concentration n’aurait pas seulement pour effet d’accroître la compétitivité au point d’éliminer progressivement les concurrents de moindre taille. Schumpeter soutient que le passage à la grande entreprise modifie son mode de fonctionnement. Alors que l’entrepreneur « manchestérien », artisan de la révolution industrielle à la fin du 18ème siècle, était à la tête d’une entreprise à taille humaine, les grandes sociétés sont gouvernées par des directeurs, des « managers » qui ne sont plus sous le contrôle des propriétaires de l’entreprise.

Les petits actionnaires n’ayant pas l’information nécessaire pour sanctionner les erreurs de gestion, il y a irresponsabilité des managers, le pouvoir au sein des grands groupes échappe aux propriétaires. De même que les armées étaient conduites jadis par de grands capitaines, elles sont aujourd’hui menées par des états-majors anonymes. Galbraith ira plus loin : dans cette nouvelle « ère des directeurs » (Burnham), la vie en société s’organise entre cellules sociales géantes ; aux grandes entreprises correspondent les grandes administrations, les grands syndicats, tous ces corps sociaux étant entre les mains d’une classe dominante. Dans « le nouvel état industriel », la concentration s’opère entre grandes organisations concentrées, et cette évolution rapproche l’Est et l’Ouest : URSS et USA convergent. 

Small is beautiful

A cette heure le phénomène de concentration généralisée ne s’est pas produit. Tout au contraire, on a vu des géants de l’industrie disparaître à la fin du 20ème siècle et le développement des petites et moyennes entreprises a été à la base de la poussée de croissance vécue depuis lors. Aux Etats Unis, au cours des vingt dernières années, 30 millions d’emplois ont été créés dans 9 millions d’entreprises de faible taille.

La première erreur de Marx, Schumpeter et les autres a été de sous-estimer les coûts de la grande entreprise : les problèmes de relations humaines y sont bien plus compliqués, l’information y circule moins bien, enfin les frais fixes ne sont pas aussi faibles que le prétend l’analyse classique. D’ailleurs, beaucoup de « grands » groupes ont volontairement éclaté et décentralisé leurs structures, on y a inventé le concept de « centres de profits » et un véritable marché s’est installé au cœur de l’entreprise naguère organisée sur une base purement hiérarchique.

La concentration, une affaire industrielle

La deuxième erreur a été de voir la réalité économique à travers la seule activité industrielle. Il est vrai que les « économies d’échelle » existent dans quelques industries, où il faut des investissements de départ très élevés pour être compétitifs (industrie chimique et certaines industries mécaniques). Mais l’industrie ne tient plus qu’une place résiduelle dans la production globale et ce sont les services qui représentent aujourd’hui les 80% de la production et des échanges. Or, les frais fixes y sont très faibles par rapport aux frais variables (comme les salaires) et la proximité et la connaissance de la clientèle s’accommodent mieux d’entreprises souples et adaptables, de faible taille. 

Too big to fail

En sens inverse, la récente crise financière a montré que les grandes banques semblent intouchables : elles ont atteint une taille si importante qu’elles ne pourraient plus faire faillite sans entraîner un cataclysme économique. Elles ont été déclarées « trop grosses pour faire faillite ». Moyennant quoi les Etats, c'est-à-dire les contribuables, ont été priés de mettre la main à la poche pour sauver ces établissements bancaires.

Parallèlement, les Etats ont soutenu de grandes entreprises du secteur automobile en difficulté. Les grands groupes, objets pourtant de vives critiques – notamment sur les salaires de leurs dirigeants – se sont trouvés ainsi en situation d’impunité. L’irresponsabilité est devenue la règle.

 Henri Manne, inventeur de la gouvernance

La gouvernance suppose un libre marché financier

Mais il en a été ainsi par l’effet de l’interventionnisme. La logique n’est pas économique, mais politique. Il y a eu disparition de la « gouvernance », c'est-à-dire corruption du contrôle de l’entreprise par ses actionnaires.

Henry Manne, inventeur du concept de « gouvernance », a rappelé que si les actionnaires n’ont pas souvent de pouvoir en assemblée générale, ils ont toujours la possibilité de vendre leurs actions. Quand les cours s’effondrent, une Offre Publique d’Achat pourra survenir. Alors l’entreprise sera reprise par une meilleure équipe de gestion. Les managers des grandes compagnies ne sont pas irresponsables quand existe un véritable marché financier, où s’échangent les titres de propriété (comme la Bourse par exemple).

A l’inverse, le système de contrôle par le marché financier devient inefficace quand des entreprises en péril continuent à fonctionner n’importe comment, parce qu’elles sont cautionnées ou aidées par l’Etat.

C’est souvent le cas des entreprises publiques liées à l’Etat, dont le « sauvetage » peut ruiner des concurrents de taille moindre et infligent une charge aux contribuables, dont les sociétés réalisant du profit. Il y a bien exploitation des petits par les gros, mais cela n’a rien à voir avec le libéralisme. 

La taille optimale

De façon générale, il n’y a aucune indication véritable sur ce que peut être la taille optimale d’une entreprise dans un secteur donné. La taille est affaire de techniques, d’organisation, de la nature des produits et services. Or, tout cela est appelé à évoluer.

Un nouveau tourisme draine les clients vers de petits hôtels de province, mais les chaînes n’ont pas disparu. Les compagnies aériennes, très concentrées il y a quarante ans avec quelques « majors », sont aujourd’hui éclatées en de très nombreuses petites compagnies.

Les « start up » démontrent que de petites entreprises peuvent se développer en peu de temps et avoir des performances surprenantes.

La liberté ne se mesure pas aux résultats (combien d’entreprises, de quelle taille) mais aux procédures (la concurrence est-elle réelle et protégée, ou faussée par des interventions ?). Dans une société de libertés, il y a de la place pour les petits comme pour les gros.

 
More Articles :

» En attendant Macron…

Il fera connaître demain le détail de son programme économique

» Alstom, une affaire d’Etat

Alstom n’est pas une entreprise industrielle, mais une affaire d’Etat. L’Etat est à l’origine des déboires actuels de la firme et l’Etat prétend maintenant sauver les emplois et l’avenir du site de Belfort. Le scénario n’est...

» Avis de gros temps pour les cliniques privées

Leur survie est en jeu, alors que leurs prestations sont remarquables

» Amérique et Europe : Libre Echange ou Protectionnisme ?

L’Amérique, c’est évidemment Obama. L’Europe, c’est apparemment Merkel. Les deux se rencontrent à Hanovre et veulent précipiter l’issue des négociations commerciales et financières qui permettraient de faire de l’Atlantique une...

» Les leçons d’une grève

Impact de la concurrence ou de la propriété privée ?

Nouvelle Lettre de la semaine

Génération 2.0 l www.libres.org

Au sommaire du n°1312 du 14 mars 2017


Editorial : Deux foyers majeurs d'irresponsabilité

Conjoncture : La monnaie peut-elle être "souveraine" ?

Spécial présidentielles  : La non-réforme des non-retraites - François Fillon : le soft libéral - François Fillon : c'est de l'abîme que jaillit la lumière

Actualité libérale  : Trop de dépenses publiques c'est trop d'impôts


Acheter le numéro

Vidéo de la semaine

 

Jacques Garello présente son ouvrage "Le vote libéral"

 

 

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...