Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

En 2007, l’ALEPS décide douze thinks-tanks libéraux français à proposer en commun un « Guide du candidat ». Six chapitres s’adressent respectivement au chômeur, au contribuable, à l’assuré social, à l’écolier, au citoyen et à l’Européen. Une grille permet de noter  les programmes des divers candidats. Sur 180 points théoriques, le premier est arrivé à 80 points, et Ségolène Royal à 5. On savait déjà que Nicolas Sarkozy ne serait pas libéral.
 

63 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
KARL MARX (1818-1883) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Vendredi, 11 Mars 2011 01:00

L’omniscience de Karl Marx

Le succès de Karl Marx tient sans doute au fait qu’il donne une réponse complète (fût-elle fallacieuse) à tous les mystères de la vie des hommes en société. Il parcourt – superficiellement - toute la connaissance scientifique de son époque.

Il a emprunté à Hegel le sens de l’histoire, animée d’un mouvement dialectique : une société appelle son contraire, et leur conflit donne une nouvelle société qui, à son tour, engendrera un nouveau progrès. Thèse, antithèse, synthèse. L’histoire avance dans la lutte. Il a emprunté aux évolutionnistes l’idée d’une continuité de la matière à la vie, la vie n’étant que transformation de la matière, l’homme lui-même matière transformant à son tour la matière à travers la production : matérialisme et productivisme. Il tient d’Auguste Comte et de Saint Simon l’idée d’une organisation de la société en fonction de la classe dominante. Quand l’homme arrive au stade suprême de la transformation de la matière grâce à l’introduction du capital, tournant ultime et décisif de l’histoire sociale, tout est organisé à partir du mode de production capitaliste, c’est l’infrastructure de la société ; le droit, la famille, l’Etat, ne sont que superstructures, destinées à servir les intérêts de la classe dominante. Enfin, Marx se veut économiste, et il dédie son ouvrage majeur « Le Capital » « A mon grand’père Ricardo » : la valeur travail est à la base de sa théorie économique. Philosophe, historien, biologiste, politologue, économiste : Marx a de quoi séduire.

La plus value et l’exploitation des travailleurs

La valeur d’un produit est celle du travail que les prolétaires ont fourni. Le capital lui-même n’est que du travail accumulé, du « travail mort » (J. Attali). Mais l’importance du capital dans le processus productif a poussé une classe d’individus à se l’approprier. La propriété privée va donner aux capitalistes un pouvoir de domination sur ceux qui n’ont que leur force de travail. Les capitalistes se contenteront de verser des salaires juste suffisants pour assurer la survie et la reproduction des prolétaires. Ce minimum vital est très inférieur à la valeur du travail incorporé dans le produit. La différence représente une plus-value au bénéfice des possédants, elle naît de l’exploitation des travailleurs. Le taux de profit est le rapport entre la plus value réalisée et le capital engagé. Il ne cesse de décroître (baisse tendancielle des profits, là encore héritée de Ricardo) pour ceux qui ont moins de capital que les autres. L’intensité capitalistique (rapport du capital à la production) doit donc augmenter sans cesse, ce qui conduit à la concentration du capital. Mais, ce faisant, les capitalistes se condamnent à long terme.

Les contradictions internes du capitalisme

Une production toujours plus concentrée et plus capitalistique s’accroît sans limite, d’autant plus que les coûts diminuent avec les quantités produites. Mais où est le pouvoir d’achat pour absorber toute cette production ? Il a été largement confisqué par les capitalistes sous forme de plus-value. Donc la loi de Say ne peut fonctionner et, conformément à ce que disait Malthus, le système va s’effondrer dans une gigantesque crise de sur production, qui est en fait une crise de sous-consommation ouvrière.

Autre contradiction du système : seul le grand capital survit, les classes paysannes, les petits entrepreneurs et artisans, sont amenées à se prolétariser. Il n’y a plus de classe moyenne entre capitalistes et prolétaires. La prolétarisation condamne les masses à être de plus en plus pauvres, tandis que les riches sont de plus en plus riches. Prolétarisation et paupérisation vont de pair.

On peut accélérer le cours de l’histoire

Si le capitalisme se survit, c’est parce qu’un tissu institutionnel a été créé par les possédants. Ils ont inventé le droit, la religion (l’opium du peuple), la famille, pour encadrer le peuple, pour l’aliéner, et l’Etat est un instrument d’oppression des prolétaires. Pourtant le sens de l’histoire est fatal, et la chute du capitalisme inscrite dans le déséquilibre croissant entre production et pouvoir d’achat. Inexorablement le capitalisme disparaîtra pour laisser place à la société sans classe où le droit de propriété du capital aura disparu. Mais on peut accélérer le sens de l’histoire par la révolution, dont le ferment est fourni par la paupérisation. Le prolétariat doit s’emparer du pouvoir, et instaurer sa dictature pour détruire toutes les superstructures mises en place par la société capitaliste. Après la disparition de l’Etat, du droit, de la famille, la société sans classe pourra se réaliser et l’abondance succèdera à la rareté artificiellement créée par la bourgeoisie.

Mise à jour le Dimanche, 06 Novembre 2016 23:15
 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...