Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
Ceux que Fillon a indignés PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mardi, 31 Janvier 2017 00:00

Sont-ils toujours bien placés pour donner des leçons de morale ?

 

A ce jour, le camp Fillon a fait front, la réunion de dimanche a été plutôt un succès et les médias n’ont pas osé dire le contraire, tout en continuant à suspecter « l’emploi fictif » et à se scandaliser des sommes perçues par Pénélope (excitant la jalousie et l’envie, travers français dénoncés jadis par Tocqueville).

Il y a objectivement un sérieux écart entre ce qui est reproché à Fillon et ce qui a été et demeure la pratique courante dans les mœurs politiques françaises. : les frasques de Giscard, Chirac, Sarkozy, Hollande, la double vie de Mitterrand, les condamnations de Cambadélis, Drai et autres, sans parler de Cahuzac. On songe à l’âne de la fable des animaux malades de la peste : « Je tondis de ce pré la largeur de ma langue […] Ce pelé, ce galeux d’où venait tout leur mal. Sa peccadille fut jugée un cas pendable. »

Nous empruntons une fois de plus à Bernard Zimmern des extraits de sa lettre du 29 janvier  vous pourrez lire sur emploi-2017.org la totalité de son texte :

Nous étions jusqu’alors une démocratie irréprochable. Lorsque les socialistes du département des Yvelines, celui de Benoît Hamon, ont fait entrer dans la fonction publique locale quelques dizaines de parents la veille de perdre leur majorité, en chargeant ainsi de millions les budgets à venir, pas de quoi fouetter un cheval, voire même un âne.

Nous avions, il y a vingt ans, des parlementaires qui payaient leur femme comme assistante parlementaire et nous les avons heureusement remplacées par des maîtresses qui sont beaucoup plus interchangeables, car il ne s’agit vraiment que de les remercier pour ce moment.

Nous perdons la main car, il y a vingt ans, il était encore dans la pratique gouvernementale de distribuer chaque mois des millions, à chaque ministre, en billets, sur des fonds secrets ; il pouvait en faire un usage discrétionnaire. Mais ce n’était que des francs. Et pour un usage beaucoup plus justifié que quelques conseils ou informations d’une assistante parlementaire : pour Jacques Chirac, se payer des séjours à l’île Maurice, pour un ministre de François Mitterrand, s’acheter un appartement place des Vosges.

 

 
More Articles :

» L’avons-nous mérité ?

Cette année 2017, vous aura peut-être apporté progrès et bonheur dans votre vie privée : tant mieux et je m’en réjouis pour vous. Puissiez-vous la terminer dans la joie de Noël. Mais je suis de ceux que la vie publique aura inquiétés,...

» Avent : engagement pour une vie nouvelle

Dimanche dernier était le premier dimanche de l’Avent. Les Chrétiens savent, ou devraient savoir, que l’Avent n’est pas l’Avant. Par contraste, la plupart des gens n’en ont jamais entendu parler, ou assimilent l’Avent à une période...

» Harcèlement : plan d’urgence ou profonde conversion ?

Je m’étais interdit de vous harceler avec le harcèlement. D’abord parce que tout a été dit sur le sujet – le meilleur et le pire d’ailleurs. Ensuite parce qu’en dehors d’une condamnation justifiée et sans doute unanime, chacun...

» L’enfant sans père

L’enfant sans père, la famille monoparentale ou unisexuelle : Orwell est dépassé.Manœuvres, mensonges et reniements marquent le début effectif de l’ère Macron. Ce n’est pas pour surprendre ceux qui avaient su déchiffrer la « pensée...

» Chrétiens et Citoyens

    Le principe de laïcité qui prévaut dans la plupart des démocraties occidentales signifie que le pouvoir politique ne peut être inféodé à un pouvoir religieux. Il concerne donc la société politique. C’est le principe que ne...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...