Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Le chômage est un scandale doublement public. D’une part, il n’a pour origines que des initiatives publiques : politiques budgétaires, monétaires, droit social. D’autre part, il est scandaleux d’avoir tant de chômeurs alors que la science économique donne une réponse claire au défi du chômage . « On a tout essayé contre le chô-mage » disent les gouvernants. Tout, sauf ce qui marche… En 1996 déjà un colloque tenu à Paris par des économistes de renom mondial rappelait cette évidence.

109 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

Lire la suite...
Victoires de la musique et de la culture d’Etat PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mardi, 14 Février 2017 00:00

Renaud, Lang, Hamon : ces « Victoires » ont rendu hommage à l’art socialiste

 

« De gustibus non est disputendum » : les goûts ne se discutent pas. Cet adage nous interdit de dire que les « Victoires de la musique » ont consacré le mauvais goût. Pourtant le bruit y tenait lieu de musique, le rythme tenait lieu de mélodie, les cris ou les chuintements tenaient lieu de voix et la cacophonie tenait lieu d’harmonie.

Donc, est beau ce qui plaît. Et ce qui plaît aux socialistes et gauchistes doit plaire à tous les Français, y compris à tous ceux qui paient une redevance pour la télévision destinée à financer nos belles chaînes publiques.

C’est bien FR2 qui vendredi soir nous a régalés avec cette grande fête, inventée par le génial ministre de la culture que fut Jack Lang. Il était dans la salle, et l’animateur de service n’a pas manqué de le faire applaudir par une salle élégante, sollicitée d’applaudir quelques secondes plus tard deux autres spectateurs de qualité :  Benoît Hamon soi-même et Audrey Azouley, ministre de la culture, obligée par sa fonction de s’assurer que la culture d’Etat était bien à l’honneur ce soir-là.

Qu’on se rassure, elle le fut. Le propre de la culture d’Etat n’est pas d’être belle ou pas, puisqu’une fois encore les goûts ne se discutent pas. Mais qu’elle atteigne deux objectifs : flatter les goûts les plus conformes à la mission de service public assuré par l’Etat, et récompenser les artistes les plus conformes à la pensée unique. Objectif doublement réalisé : d’une part, c’est Renaud qui a remporté la victoire ; d’autre part, il n’y avait place pour aucun talent individuel. L’époque des Greco, Brassens, Ferrat et Ferré, artistes de gauche certes, mais au talent trop personnel, est terminée, a fortiori ne saurait-on évoquer Trenet, Becaud, Nougaro, Distel ou Duteil. Il est vrai que Renaud a un talent à lui : pisser sur Margaret Thatcher, cracher sur les flics (très bien venu dans l’état actuel des zones de non-droit), et autres messages d’un humanisme raffiné. D’ailleurs, il a chaleureusement remercie « son » public, cette gauche en vison, qui a reconnu le meilleur des siens et qui rend à la France son rayonnement culturel. Détail intéressant : la plupart des interprètes ont chanté en anglais, conformément aux mesures prises par Jack Lang pour interdire Dallas et autres traces de la culture américaine. Autre détail : « Fillon et sa Pénélope dehors », souhait d’un sage.

 
More Articles :

» La campagne serait-elle enfin commencée ?

Dix millions de téléspectateurs, pendant trois heures et demie. Trois utopistes, un illusionniste et un président. Voilà ce qu’on retiendra de cette émission dont certains pensent qu’elle a ouvert la campagne. Il est vrai qu’à quelques...

» Le 23 Avril votez Trump

Ou, si vous préférez, votez contre Trump.Sans trop le vouloir, le nouveau Président des Etats-Unis d’Amérique s’est invité dans notre campagne présidentielle. Je le constate et je trouve indécente et dramatique cette référence...

» Le monde change…

La percée spectaculaire de Benoît Hamon tient à l’idée de revenu universel. L’argument qui soutient cette proposition infantile semble solide : c’est la fin du travail. La révolution numérique nous conduirait à l’ubérisation, à la...

» Le socialisme se porte bien

Le Parti Socialiste se porte mal, c’est vrai. Les divisions internes, le désintérêt pour les primaires jusqu’ici, la victoire des frondeurs, la fronde de Macron : les commentateurs ont à juste titre conclu à la mort du PS fondé par...

» Tous contre Valls

Mais tous, Valls compris, contre Fillon

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1337 du 14 octobre 2017

Editorial : L'école de la République
Actualité
:
Une grève tout à fait logique - L’avenir est-il à la confédération ?  - La discussion du budget 2018 est en marche
Connaissance du libéralisme :
Liberté et droit, la synthèse
Lu pour Vous


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...