Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Ce livret destiné à des militants libéraux avait deux objectifs : d’une part, rappeler le contenu du contrat que des candidats libéraux devraient passer avec les électeurs, d’autre part, imaginer deux scénarios de l’alternance : la gauche reconduite en 2002 et en 2007, mais devenue libérale, ou la droite au pouvoir en 2002 et pour longtemps. En fait, la droite a gagné en 2002, mais le scénario « Thatcher » n’a jamais fonctionné, et la gauche reprend le pouvoir en 2012 !

21 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Le père des néo-classiques

Après la « révolution marginaliste » qui avait pris des allures fort différentes dans les œuvres de Jevons, Walras et Menger, il fallait sans doute le talent pédagogique d’Alfred Marshall pour proposer un schéma d’exposition simple des principes de la science économique.

Lire la suite...
Nos craintes étaient justifiées, hélas ! PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 07 Mars 2017 00:00

Le numéro 1300 de la Nouvelle Lettre a été spécial à plusieurs points de vue. Publié à l’occasion de la cérémonie du cinquantenaire de l’ALEPS, il marquait aussi la 36ème année de parution de notre « bulletin de la paroisse libérale ». Surtout il lançait un avertissement : il faut aller jusqu’au bout. Hélas cet avertissement n’a pas été entendu. Les lignes (en italique) qui suivent le texte de la NL 1300 rappellent comment on a dévié de la route tracée au départ.

 

Avertissement : Ne pas succomber aux tentations

Pas d’IVGL : pas d’Interruption Volontaire de Grossesse Libérale ! Le chemin des réformes libérales est semé de pièges et d’embûches, et n’y a pas de cadeau à attendre des autres candidats

François Fillon peut être tenté par l’élargissement. Très nombreux sont ceux qui volent au secours de sa victoire après l’avoir combattu. Ils l’embrassent jusqu’à pouvoir l’étouffer. François Fillon sait pouvoir compter sur la vague de la société civile qui l’a porté et négligera sans doute les manœuvres de partis et de clans.

Le désir de « rassemblement » l’a emporté. Juppéistes et Sarkozistes sont venus grossir l’effectif de la campagne. Benoit Apparut, Thierry Solaire, NKM et tant d’autres ont été parachutés « porte-paroles » de Fillon, l’équipe des Fillonnistes est devenue minoritaire. Au fur et à mesure que la perspective de la victoire s’éloignait la pression des nouveaux venus s’est accentuée ; ils ont eu peur pour le « troisième tour » puisque seule leur réélection les intéresse. Heureusement la société civile a tenu bon.

 

François Fillon peut être tenté aussi par l’empirisme qui l’amènerait à changer de cap en fonction des circonstances nationales, européennes ou mondiales. Il s’est déclaré lui-même « empiriste » […]. Cependant, il n’a cessé d’affirmer ses convictions profondes et c’est ce qui a fait son succès sans doute, par contraste avec ceux qui se contentaient de proposer un catalogue de mesures ponctuelles. Pour ouvrir vers le centre, la réforme de la santé, présentée par les adversaires comme une « casse sociale », a été abandonnée. Laurent Wauquiez a tout de suite donné une version « soft » de la réforme, et finalement on a fini par dire que la réforme de la Sécurité Sociale avait pour but de la sauver ! Ce premier couac a valu tout de suite cinq points de moins. « Les manœuvres de partis et de clans » ont effacé la ligne du programme dans ce qu’elle avait de libéral. On a abandonné certains des objectifs jugés trop ambitieux : il faut faire profil bas quand on est « réaliste ».

François Fillon peut succomber enfin au consensualisme et ne pas dire les choses ouvertement, « brutalement » comme l’accusent ses adversaires. Un langage affadi, dans le but de ne déplaire à personne, peut semer le doute chez ses supporters les plus enthousiastes. Ce serait reçu comme une marque de faiblesse, une annonce de transgression voire de trahison. Il faut éviter de se plier au vocabulaire de la pensée unique. Il ne faut pas avoir peur des noms d’oiseaux que les adversaires lui réservent déjà – et quoi qu’il dise.

Une fois les primaires largement gagnées, l’équipe Fillon (élargie !) a fait un choix discutable : pour s’adresser à un électorat plus large que celui des quatre millions de votants, on a cru bon d’utiliser un autre langage. Dans ses rencontres nombreuses avec le pays réel, François Fillon a tenu des propos fermes et clairs. L’ «affaire » l’a conduit à mesurer chacun de ses termes devant les journalistes et il n’a pu s’exprimer dans le registre où il excelle : celui de la reconstruction économique et morale du pays. Son sang froid et son courage vont sans doute valoir à François Fillon des soutiens nouveaux.

Conclusion : comment neutraliser les adversaires

Dès maintenant François Fillon a droit à tous les mots, toutes les expressions pour le déconsidérer : adepte de la casse sociale, de la mondialisation sauvage, de la croissance des inégalités, de la ruine de la planète, il serait poutiniste, pétainiste, européiste, réactionnaire, traditionnaliste, raciste et, couronnant le tout, ultra-libéral […] Le feu nourri de mensonges, de calomnies, d’erreurs volontaires, de commentaires savants, risque de se déchaîner pendant plusieurs mois.

Il s’est déchaîné, avec une violence inouïe. A quelques exceptions individuelles près, les médias, acquis au socialisme, se sont déchaînés sans limite. L’Elysée a participé ouvertement à la chasse à l’homme pour donner ses chances au dauphin désigné.

La situation appelle un engagement libéral. Il faut accompagner François Fillon […] en convaincant les électeurs des bienfaits des réformes libérales, en menant une action capillaire et en mobilisant les réseaux sociaux.

La société civile a démontré dimanche qu’elle n’avait cure d’une classe politique sans foi ni loi. Des millions de Français sont déçus, décontenancés, voire désespérés : ils peuvent rejoindre ceux qui ont choisi François Fillon si nous les persuadons que lui seul a un programme de libération et de renaissance. Le défi est d’importance : vaincre la tyrannie du statut quo sans aucun soutien médiatique. Mais nous sommes réellement en présence d’un choix de société qui pèsera lourd dans la décennie à venir.

 
More Articles :

» Garder son sang froid

Un grand nombre de Français sont persuadés qu’une lame de fond va donner au Président une majorité absolue, ou relative (base de quelques tractations ou trahisons ponctuelles). Je comprends leur pronostic, mais il est à mon sens...

» Tâche immense

Victoire ou triomphe ?Emmanuel Macron a remporté une victoire   attendue, mais sans panache puisque les jeux étaient faits d’avance avec le ralliement des Républicains, des Centristes et des Socialistes, et la grande peur de « l’extrême...

» Quelle opposition ?

A la fin de cette semaine nous aurons un Président, ou une Présidente. Mais qu’importe ? De toute façon l’avenir de notre pays est mal engagé. Un quart seulement du corps électoral aura gagné ces élections, encore faut-il préciser que...

» La majorité de Trump éclate

Les Républicains les plus libéraux rejettent un texte trop accommodant

» Deux foyers majeurs d’irresponsabilité

L’Education Nationale et la Sécurité Sociale sont les deux foyers du mal français. Dans l’hypothèse osée où les électeurs français seraient en position de faire cette année un vrai choix de société, la vraie rupture serait d’en...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1337 du 14 octobre 2017

Editorial : L'école de la République
Actualité
:
Une grève tout à fait logique - L’avenir est-il à la confédération ?  - La discussion du budget 2018 est en marche
Connaissance du libéralisme :
Liberté et droit, la synthèse
Lu pour Vous


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...