Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Le chômage est un scandale doublement public. D’une part, il n’a pour origines que des initiatives publiques : politiques budgétaires, monétaires, droit social. D’autre part, il est scandaleux d’avoir tant de chômeurs alors que la science économique donne une réponse claire au défi du chômage . « On a tout essayé contre le chô-mage » disent les gouvernants. Tout, sauf ce qui marche… En 1996 déjà un colloque tenu à Paris par des économistes de renom mondial rappelait cette évidence.

109 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
Le beau discours d’Alain Juppé PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 07 Mars 2017 00:00

Pouvait-on attendre mieux de lui ?

 

On pouvait craindre qu’il annonce sa candidature, il était pressé de toutes parts de ce faire, et les médias se délectaient déjà à l’annonce de deux candidats de la droite et du centre. Son renoncement a donc été rassurant pour les soutiens de Fillon, et blessant pour les juppéistes qui faisaient son siège. Certes, il aurait pu le faire avec plus d’abnégation et d’élégance, mais l’homme était visiblement blessé d’avoir à s’incliner une deuxième fois devant son adversaire. On va donc lui pardonner les propos blessants qu’il a alignés pendant une demie heure :

- François Fillon a eu tort d’avoir évoqué un « complot imaginaire » et un « assassinat politique » ;

- Le rassemblement de la famille républicaine est devenu « plus difficile » parce que les manifestants du Trocadéro s’étaient « radicalisés » et que François Fillon a fait preuve « d’obstination ». « Le passage de témoin ne peut donc se faire que dans la douleur ».

Ainsi Alain Juppé a-t-il consciencieusement savonné la planche. Faut-il ajouter que sa conclusion peut s’entendre comme une nouvelle peau de banane ? Reconnaissant pourquoi ces primaires et cette campagne ont été des échecs pour lui, il a repéré deux causes : d’une part les Français veulent le renouvellement (« et je ne l’incarne pas ») d’autre part ils attendent l’exemplarité (« et je ne veux pas livrer mon honneur et ma famille en pâture »). Aveux courageux certes, mais qui peuvent aussi passer pour un nouveau croc-en-jambe, car c’est aussi suggérer que François Fillon, de son côté, n’incarne pas le renouvellement et n’hésite pas à sacrifier son honneur et sa famille. Mais retenons toutefois l’essentiel : d’entrée de jeu il a dénoncé le « fanatisme anti-européen » de Marine Le Pen, et « l’immaturité » d’Emmanuel Macron, candidat de François Hollande.

 
More Articles :

» Emmanuel Hollande

Emmanuel Hollande ou François Macron : cette moquerie (d’un goût approximatif) de François Fillon au cours de son interview sur les antennes de RTL jeudi dernier a tout de même une sérieuse valeur pédagogique : Macron ce n’est pas le...

» Nos craintes étaient justifiées, hélas !

Le numéro 1300 de la Nouvelle Lettre a été spécial à plusieurs points de vue. Publié à l’occasion de la cérémonie du cinquantenaire de l’ALEPS, il marquait aussi la 36ème année de parution de notre « bulletin de la paroisse...

» Nous partîmes cinq cents mais…

Par un prompt ressort nous nous vîmes nombreux à rentrer au bercail

» Pourquoi je défendrai Fillon

Je suis personnellement déterminé à défendre la candidature de François Fillon aussi longtemps qu’il ne sera pas mis en examen – il s’est engagé à se retirer dans ce cas. Peu m’importe de savoir si le « parquet national...

» Qu’est-ce qui viendra après le mariage pour tous ?

La loi Taubira s’inscrit dans un projet global d’aliénation morale

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...