Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

 

Economiste classique

Contresens sur la valeur travail

Adam Smith avait créé une ambiguïté en juxtaposant trois lectures de la valeur travail : travail incorporé, travail épargné, travail échangé. Ricardo va lever l’incertitude en choisissant la valeur du travail incorporé, malheureusement la mauvaise !

Lire la suite...
Pascal Salin : Quel candidat s’engage à une baisse forte des dépenses publiques et des impôts ? PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 29 Mars 2017 20:09

Baisse déterminante dans la lutte contre la stagnation et le chômage. La fiscalité écrasante et progressive explose pour financer des dépenses de redistribution qui n’aident pas les Français les plus démunis, mais les enferment dans l’assistanat et l’obsession des inégalités. C’est François Fillon qui est le candidat le plus lucide, Macron est disqualifié par la politique qu’il a menée, il ne peut se prétendre libéral. Article rigoureux et courageux.

 

TRIBUNE - Voilà bien longtemps que la France n'est plus le pays de la liberté en matière économique et sociale, déplore l'universitaire \*.

Il ne faut pas s'étonner si la France enregistre depuis des décennies une croissance faible et un taux de chômage élevé. Ceci est la conséquence logique des excès de fiscalité et de réglementations. Seul un retour à une plus grande liberté permettrait enfin à la France de retrouver la prospérité, mais aussi la sérénité et la paix sociale.

C'est ce qu'a bien compris François Fillon, lui qui n'hésite pas à remettre en cause les tabous français et qui fait un grand nombre de propositions précises et très souhaitables. C'est presque dans tous les domaines qu'il faut rendre aux Français leur liberté de choix. Ainsi, la détermination du temps de travail résulterait des accords contractuels entre employeurs et salariés au lieu d'être décidée de manière arbitraire et centralisée par l'État, une plus grande liberté de choix serait laissée aux assurés dans le domaine de l'assurance-maladie, la concurrence entre le secteur public et le secteur privé serait accrue en matière d'enseignement, etc. Dans le domaine de la gestion publique, François Fillon a proposé un programme solide de diminution à la fois des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires. Sans entrer dans le détail de ses propositions, on peut souligner qu'elles constituent un ensemble très cohérent, par exemple parce que l'allégement des réglementations rend possible la diminution du nombre de fonctionnaires.

C'est presque dans tous les domaines qu'il faut rendre aux Français leur liberté de choix.

Bien entendu, un tel programme est intolérable pour une gauche française qui reste accrochée à son idéologie et à ses tabous malgré l'échec effrayant des politiques qu'elle a mises en place. La droite, malheureusement, n'a pas osé remettre en cause ces politiques lorsqu'elle a été au pouvoir, ce qui prouve la force des tabous socialistes et de l'idéologie dominante (que véhiculent aussi la plupart des enseignants et des journalistes). Il est triste de constater que la France - que l'on prétend être le pays de la liberté - est devenue la risée du monde. Mais il est surtout triste que les Français soient devenus les victimes de cette incapacité à comprendre la réalité. Parallèlement, la stagnation économique et le chômage ont créé une situation conflictuelle où chaque catégorie essaie de vivre aux dépens des autres.

La France est par ailleurs entraînée dans un cercle vicieux car on essaie d'améliorer le sort de beaucoup de Français par des politiques de répartition et donc d'augmentation des prélèvements obligatoires qui sont à leur tour destructrices et appellent indéfiniment de nouvelles mesures de répartition sans que le sort des uns ou des autres en soit véritablement amélioré.

La stagnation économique et le chômage ont créé une situation conflictuelle où chaque catégorie essaie de vivre aux dépens des autres.

Il existe une réforme essentielle sans laquelle il est vain d'espérer le retour de la prospérité et la baisse du chômage. Cette réforme consisterait à diminuer considérablement ou même à supprimer la progressivité de l'impôt sur le revenu. L'instauration de ce qu'on appelle une «flat tax» (impôt à taux proportionnel, donc identique pour tous) serait évidemment très souhaitable. Mais on pourrait cependant admettre qu'un taux beaucoup plus faible que le taux général - ou même éventuellement nul - soit accordé aux titulaires de revenus faibles ou moyens. Il n'est pas surprenant que l'instauration d'une «flat tax» ait permis à un grand nombre de pays - dont certains en Europe comme l'Estonie - de retrouver la prospérité.

Des taux trop élevés détruisent en effet les incitations productives des individus (incitations à travailler, à entreprendre, à épargner et à investir) et incitent, par exemple, à l'exil et même à la fraude. Telle est la situation de la France. Et c'est ce formidable obstacle - la progressivité de l'impôt - qu'il convient absolument de détruire.

De façon plus générale, il faut sortir de la pensée unique et des politiques qu'elle inspire. Pour la première fois depuis des décennies, un homme incarne cet immense espoir, François Fillon. Mais tous ceux qui restent attachés au modèle socialiste ont réussi à détourner l'attention des Français des véritables problèmes qui les concernent. Il est temps de revenir à la seule chose qui compte, le projet politique qui améliorera le sort des Français. Il n'y a rien à espérer des nombreux candidats qui se réclament explicitement de la gauche, ni de Marine Le Pen dont le programme économique est proche de celui de la gauche ou même de l'extrême gauche.

N'oublions pas qu'Emmanuel Macron a été un des principaux inspirateurs de la désastreuse politique économique de François Hollande

Mais il faut surtout souhaiter que les Français évitent de donner une quelconque crédibilité à Emmanuel Macron. Son programme, ambigu et flou, est loin de permettre la rupture dont la France a tellement besoin. Par démagogie, Emmanuel Macron accumule des déclarations d'intention et des projets de réformettes censés plaire à droite ou à gauche, mais qui manifestent surtout son manque total de véritables convictions et de compréhension du monde dans lequel nous vivons. N'oublions pas qu'il a été un des principaux inspirateurs de la désastreuse politique économique de François Hollande. Et ce n'est pas parce qu'il a rétabli de la concurrence dans le marché du transport par autocar qu'on peut lui donner une étiquette de «libéral».

Il est d'ailleurs caractéristique qu'Emmanuel Macron obtienne de manière croissante le ralliement de personnalités importantes de la gauche qui voient certainement en lui un moyen de prolonger la politique de François Hollande. Et l'on doit aussi considérer comme un signe très négatif le ralliement de François Bayrou, lui qui, en votant pour François Hollande en 2012, a peut-être fait basculer les votes en faveur de ce dernier et nous a donc soumis à ce quinquennat terrifiant. Souhaitons donc que les Français aient la lucidité de comprendre où est leur intérêt et qu'ils ne prennent pas le risque d'avoir à regretter plus tard d'avoir permis la continuation des graves échecs du passé.

* Professeur honoraire d'économie à l'université Paris-Dauphine, ancien président de la Société du Mont Pèlerin et auteur de «La Tyrannie fiscale» (Paris, Odile Jacob, 2014).

Cet article est publié dans l'édition du Figaro du 22/03/2017

 
More Articles :

» Angela Merkel lance sa campagne

Rien de révolutionnaire : elle garde un cap qui vaut le succès à son pays

» L’insincérité : d’hier et d’aujourd’hui

« Insincérité » : le mot est celui de la Cour des Comptes qui a rendu jeudi dernier son rapport sur le budget de l’Etat 2017. Il qualifie les mensonges volontaires du gouvernement Cazeneuve. Mais il peut tout aussi bien désigner la façon...

» Budget 2018 : quand les promesses s’envolent

La première promesse du candidat Macron était de limiter le déficit budgétaire à 2,8 % du PIB à la fin de l’année 2018. Cela reposait sur trois hypothèses : connaître avec précision l’impact des mesures que le gouvernement Cazeneuve...

» Bayrou citoyen

Le Garde des Sceaux se couvre de ridicule et sa moralité flanche

» Déjà un député en infraction

C’est Sylvain Maillard ; l’un des quatre députés élus au premier tour

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1330 du 11 juillet 2017


Editorial : La Reconquête

Conjoncture : Taillables et Corvéables à merci

Actualité  : Hambourg : enterrement du G 20 - Les dépenses de Monsieur Hulot - Le service national : Macron relance l’idée de génie - Macron : retour à la baisse immédiate des impôts - Les ordonnances travail présentées à l’Assemblée

Actualité  : Des leaders libéraux ? - A la recherche des intellectuels libéraux - La rentrée de la Nouvelle Lettre


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...