Commandez

Jacques Garello l www.libres.org

Lettre ouverte aux retraités actuels et futurs, cet opuscule est un véritable condensé de tout ce que Jacques Garello a écrit sur le sujet. A lire absolument si vous vous interrogez sur le futur du système des retraites par répartition.

130 pages, 12€

Bulletin de commande

Portait

Pourquoi la croissance de l’Etat ?

Au début du 20ème siècle, Adolph Wagner avait formulé une « loi économique » : les dépenses publiques occupent une proportion croissante du produit national. Une nation plus civilisée appelle un Etat plus dispendieux.

Lire la suite...
Quand François Fillon peut parler de son programme PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mardi, 11 Avril 2017 00:00

Ce qui se passe depuis une semaine est révélateur : François Fillon fait l’impasse sur « les affaires » et parle de plus en plus de son programme. Echapper aux pièges des interviews où les interlocuteurs reprennent avec une insistance malsaine et agressive les poncifs sur les emplois fictifs ou les costumes n’était pas facile ; sans doute Madame Angot a-t-elle rendu service au candidat en dépassant les bornes de la haine. Toujours est-il que François Fillon peut enfin parler de son programme, et marquer ainsi sa différence. D’une part, les électeurs peuvent mesurer la connaissance des dossiers et l’intelligence des solutions, d’autre part, François Fillon fait allusion à l’ignorance et la vacuité des projets d’Emmanuel Hollande et de Marine Le Pen. La campagne peut enfin prendre une dimension digne de la démocratie.
Pourvu que ça dure !

 

Eviter les pièges

Jeudi dernier, le 7 à 9 de RTL commençait mal : les premières questions des auditeurs portaient évidemment sur les affaires. François Fillon a coupé net : à 7h16 il fait remarquer qu’il n’a pas encore pu dire un seul mot de son programme et qu’il refusera désormais de répondre à ce genre de questions. Refus qu’il aura pu tenir pendant deux heures à l’exception d’un dialogue avec Elizabeth Martichoux, journaliste chef du service politique de RTL. Il est symptomatique que ce soit la personne qui invite le candidat et devrait donner le ton de l’émission qui relance une heure après la curée en revenant sur le «cabinet noir». François Fillon lui fait remarquer que si les dires des journalistes du Monde étaient confirmés il s’agirait d’une grave atteinte aux libertés publiques ; mais, visiblement, le Parquet National Financier saisi par six personnalités des Républicains ne met pas beaucoup d’empressement à ouvrir une enquête. La vérité sera connue lorsque la prochaine législature permettra la création d’une commission d’enquête parlementaire.

Dans le même registre, et en réponse à Madame Martichoux à nouveau, François Fillon a dénoncé l’interview des infirmières sur les antennes de France2 à propos des 39 heures à l’hôpital: une mise en scène avec des déléguées cégétistes.

 

Le thème de la fracture territoriale

Sur RTL, et plus encore à Brest devant la FNSEA, François Fillon a parlé de l’avenir des paysans et de la désertification de villes et régions de province. Un premier constat : il s’agit des conséquences de la stagnation due aux erreurs de la politique socialiste. Aucune solution n’est réaliste sans reprise économique, c’est la pierre angulaire du programme Fillon.

Depuis cinq ans, l’Etat s’est visiblement désintéressé de millions de Français, les écoles sont fermées, les hôpitaux sont clairsemés (les Agences Régionales de Santé ont été un échec), le numérique ne passe pas. Il faut maintenant un gigantesque effort d’investissement, autour de quatre piliers :

-  Un fonds de financement alimenté par des privatisations, parce qu’il ne sert à rien que l’Etat participe au capital de nombreuses sociétés françaises ;

-  La refonte des services publics : il faut supprimer les « services publics du passé » nés de l’ingérence de l’administration pour donner des moyens aux services nécessaires que sont le maintien de l’ordre, la santé et l’école ;

-  Une nouvelle conception de l’agriculteur-entrepreneur, qui ne peut plus être un fonctionnaire de la PAC (à renégocier), et qui doit développer de nouvelles activités tout en étant garanti par un compte couvrant les aléas climatiques et économiques ;

-  Une révision de la réglementation, l’élimination des normes françaises qui sur-transposent les  normes européennes.

 

De la santé à l’école en passant par la compétitivité

Abordé à propos des infirmières, le thème de la santé est traité à partir d’un principe général : des acteurs encouragés à travailler et entreprendre grâce à une rémunération digne de leur compétence, souvent méconnue ou entravée par la bureaucratie. La rémunération des heures supplémentaires à l’hôpital est risible, l’exercice des actes est sur-réglementé, la désertification médicale peut être enrayée par la création de maisons de santé, qui allient proximité et souplesse et peuvent attirer des médecins ruraux.

Aux auditeurs qui s’inquiètent de l’absentéisme et du recrutement des enseignants, François Fillon répond qu’il faut passer à deux jours de carence et ne pas organiser la formation pédagogique pendant les jours et heures de service. Il faut accroître le nombre d’heures de présence des enseignants dans les établissements. Cela suppose de donner plus d’autonomie aux chefs d’établissements, notamment dans le choix des équipes et des pédagogies. La malheureuse expérience du mercredi après-midi, ruineuse pour les collectivités locales et préjudiciable aux familles, doit être arrêtée.

François Langlet, économiste de France2 (une référence) s’inquiète de la compétitivité des entreprises françaises : ne faut-il pas une stratégie publique et volontariste, voire une palification pour faire face aux défis de la mondialisation et du numérique ? François Fillon fait remarquer que la rapidité et l’intensité des changements interdit toute rigidité, et c’est l’adaptation et l’innovation qui font la compétitivité. C’est aussi la flexibilité du marché du travail, la liberté et la rentabilité d’investir (l’ISF prive nos entreprises de tout capital français et les livre aux investisseurs étrangers), la baisse des charges sociales qui nous permettront de nous hisser au niveau de nos compétiteurs industriels, allemands et anglais.

 

L’Europe et la défense

C’est à Toulon vendredi soir que François Fillon avait choisi de développer avec précision son programme sur l’Europe et la défense. Choix judicieux : Toulon est avec Brest la ville de la Marine Nationale. Le soutien des élus locaux est sans faille puisque tous les députés du Var et des Bouches du Rhône, voire des Alpes Maritimes (Eric Ciotti), étaient présents, y compris le président de la Région PACA Christian Estrosi qui s’est fait siffler pour avoir demandé il y a quinze jours le retrait du candidat. Enfin, le Var est une terre d’élection du Front National, avec des gens très sensibles au patriotisme et à la sécurité.

François Fillon a fait un discours de 40 minutes particulièrement affûté.

Soixante ans après le Traité de Rome l’Europe est en crise, pour survivre elle doit maintenant se recentrer, et la France doit être au cœur de cette évolution. L’enjeu est considérable : l’Europe doit assurer la défense de la civilisation occidentale. Quatre missions sont prioritaires :

Faire respecter les principes du libre échange, notamment dans les rapports avec les Etats-Unis, qui n’acceptent pas la concurrence pour les marchés publics, qui ne respectent pas le mutuelle reconnaissance des normes ;

Restaurer la valeur de l’euro, pour qu’il puisse faire jeu égal avec le dollar et donner à l’Europe un instrument fiable de règlements monétaires internationaux ;

-  Revenir sur les accords de Schengen, et mettre en place une force de contrôle aux frontières de l’espace européen pour bloquer l’immigration ;

-  Constituer une Alliance Européenne de Défense : la couverture militaire de l’OTAN est compromise par Donald Trump. Avec le Brexit, l’Europe a perdu un tiers de son autonomie stratégique et seule la France a les moyens de servir une réelle communauté de défense : elle dispose de 30.000 hommes en opération et de la force de dissuasion nucléaire.

Encore faut-il que nos partenaires européens ne nous laissent pas la totale charge militaire et financière de cette alliance – ce qui est le cas aujourd’hui puisque la participation des autres pays sur les théâtres d’opérations en Afrique et au Moyen Orient est symbolique.

Encore faut-il aussi que le budget de la défense soit redressé, alors qu’il a fourni 40 % des restrictions budgétaires depuis 5 ans. L’objectif est celui de 2 % du PIB. Il faut améliorer la condition des militaires : moderniser les casernes, reprendre la formation et l’entraînement (et pour cela libérer l’armée de l’opération Sentinelle, à confier désormais à la police et la gendarmerie avec des effectifs accrus), créer une cyber armée pour lutter contre le terrorisme. L’armée doit rester professionnelle, et l’idée d’en faire un centre d’éducation de la jeunesse est à bannir (un mois de service militaire, colonie de vacances proposée par Macron). Par contraste, il faut compter sur les réservistes et honorer les vétérans.

 

Le vrai patriotisme

Il consiste non pas à se replier sur nous (c’est le déclin de Le Pen et Mélenchon) ni à diluer la souveraineté dans une illusoire construction européenne (c’est le chaos de Macron et Hamon).

Le vrai patriotisme consiste à rendre à la France sa fierté et son unité.

La lutte contre le totalitarisme islamique implique un investissement en sécurité. Les forces de l’ordre doivent être accrues et dispensées des nombreuses tâches administratives qui leur échoient et pourraient être assumées par des partenaires privés. Le rôle éducatif des familles et des écoles doit être restauré. Les parents doivent être responsables des écarts de conduite de leur enfants, jusqu’à se voir priver des prestations sociales (idée d’Eric Ciotti). L’école doit redevenir un lieu de discipline, de mérite, d’émulation (les uniformes doivent réapparaître) et d’intégration (les programmes pédagogiques doivent être réformés). Enfin, la lutte contre les salafistes et les prêcheurs de la haine « doit être menée avec nos frères musulmans pour qu’ils nous aident à faire le ménage ». Les relations de l’Etat avec la religion musulmane doivent se calquer sur celles qui ont été mises en place avec l’Eglise Catholique et le Consistoire Israélite de France.

Le patriotisme n’est pas le nationalisme. Il ne consiste pas à s’isoler du reste du monde, mais à aimer sa patrie, à se sacrifier pour elle comme l’ont fait des générations de soldats et de citoyens, mais aussi à travailler à la paix civile en luttant contre les communautarismes. Le patriotisme aujourd’hui est de reconstruire une France conquérante.

« Il reste 20 jours pour casser la baraque, et lever le drapeau de la France et de la liberté », conclut François Fillon.

 

 
More Articles :

» E. Macron : Quinze questions sans réponse

Macron se serait-il trompé dans sa déclaration de patrimoine ? Plusieurs juristes, parmi lesquels d’éminents professeurs de droit, posent 15 questions au candidat. Par exemple : où sont passés les 500.000 euros qu’il a reçus lors de son...

» Jean Philippe Delsol : Macron a oublié 500.000 euros dans sa déclaration de patrimoine

Il y a une omission grave dans la déclaration de Monsieur Macron, tant d’ailleurs dans celle du 24 octobre 2014 que dans celle déposée le 16 mars 2017 ès qualités de candidat à l’élection présidentielle. Pour l’IREF, c’est une...

» « Une nouvelle campagne commence »

François Fillon à nouveau « en marche »

» A la jeunesse française

Je m’adresse à cette infime minorité de jeunes qui ont manifesté contre un projet de loi dont on ne sait ce qu’il sera, mais dont on sait ce qu’il a été : une nouvelle manifestation de la tyrannie du statu quo, mais pis encore la preuve...

Flashes du jour

Macron guérit des écrouelles

Emmanuel Macron en visite à la Faculté de Droit de Lille

 

Lire la suite...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1318 du 18 avril 2017


Editorial : 23 avril : fête de la Miséricorde

Conjoncture : Diminuer les charges sociales

Actualité  : Turquie : la dictature est en place - Trump contre Kim Jong-Un

Spécial présidentielles  : Pourquoi nous, économistes, soutenons Fillon - Fillon - Macron : comparaisons

Lu pour vous  : Sur le site libres.org : veille de campagne

Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...