Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
TURGOT (1727-1781) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Vendredi, 21 Janvier 2011 01:00

L’intérêt général, fruit des intérêts personnels

Turgot partage sans doute avec Adam Smith la paternité de la science économique ; contemporains, les deux hommes n’ont cessé de correspondre et de s’influencer mutuellement. Puisque l’économie se ramène au jeu de l’échange, les divers acteurs de la production y recherchent leur intérêt personnel. Les conflits d’intérêts sont naturels, mais ils se règlent harmonieusement par le contrat. Par contraste vouloir établir d’en haut un intérêt général et recourir à la puissance publique pour l’imposer ne fait que contrarier les intérêts des uns pour mieux servir les intérêts des autres. C’est en cela que les procédures marchandes sont supérieures aux administrations politiques.

 

Libre entreprise

« Laissez faire » : mis dans l’obligation d’harmoniser leurs intérêts personnels, les êtres humains vont faire preuve d’imagination, d’efforts, d’esprit d’entreprise et de commerce. Ils n’ont nul besoin de l’aide de l’Etat. Ils n’attendent de l’Etat que la sécurité de leurs personnes et de leurs biens, en protégeant en particulier le droit de propriété. Aux marchands reçus par Colbert qui leur demandait « que puis-je faire pour vous ? », un certain Legendre a répondu « Laissez-nous faire ». Le « laisserfairisme » (Maurice Allais) ne signifie pas laisser faire n’importe quoi, mais faire confiance aux initiatives privées pour régler la vie économique, au lieu que l’Etat soit toujours sur le dos des producteurs. On doit reconnaître et protéger une liberté individuelle fondamentale : celle de créer, celle de prendre des initiatives responsables. Il en va de la dignité de la personne humaine.  

Libre échange

La rencontre des initiatives privées et le jeu des contrats sont entravés par des barrières externes et internes. Il faut dégager la vie économique du cadre national dans lequel le mercantilisme l’a enfermé en faisant de l’économie, de la monnaie et de l’échange affaires d’Etat. Les nations prospères sont celles qui comme l’Angleterre commercent à longue distance, et pas celles qui comme l’Espagne ferment leurs frontières pour veiller à conserver leur or ou leur argent. La prospérité n’est pas la mission de l’Etat, mais celle des producteurs.

De même des barrières internes au pays ne peuvent engendrer que déséquilibres : pénuries et famines coexistent avec pléthores et gaspillages non loin de là, et cette situation ne fait l’affaire que des contrebandiers et des spéculateurs.  

Les obstacles politiques à la richesse de nations

Les principes de libre entreprise et libre échange, bases de la vie économique et de la richesse des nations, sont battus en brèche par les institutions et les réglementations mises en place par l’Etat. Au prétexte de canaliser ou de modérer les initiatives privées marchandes, se sont constituées corporations (jurandes), ligues et associations de toutes sortes qui n’ont pour but que de fermer les professions et de freiner ou bloquer toute innovation réelle. L’édit de 1776 prononçant la dissolution de ces « corps » causera la disgrâce de Turgot : la ligue des privilégiés et des protégés du Roi l’a emporté. Turgot avait déjà révolutionné le pays en 1774 avec l’édit sur les grains, donnant au marché du blé une vraie dimension nationale, alors qu’il était morcelé pour mieux servir les intérêts de ceux qui exploitaient les pénuries et spéculaient sur les prix. Pour réguler le marché, mieux vaut la concurrence que l’Etat, réceptacle de tous les ennemis de la concurrence. 

Turgot et les Physiocrates

Par la politique économique libérale qu’il a imposée à Louis XVI, Turgot s’est attiré les sympathies de tous ceux qui s’opposaient à la monarchie absolue au nom de la liberté : Voltaire et les Physiocrates l’ont admiré. Pourtant, mis à part le « laissez-faire » rien n’est plus étranger à l’esprit de Turgot que la Physiocratie. Tout d’abord les disciples du docteur Quesnay pensaient que la richesse des nations tenait à l’agriculture, tandis que commerce et industrie étaient « stériles ». Ensuite, s’ils étaient hostiles à l’intervention de l’Etat c’était parce qu’ils croyaient à un ordre naturel économique, une arithmétique rationnelle macro-économique, un genre d’équilibre général spontané. Turgot, pour sa part, voyait dans l’économie une expression du génie créateur de l’être humain, et non moins une harmonie sociale résultant des échanges sur un libre marché.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...